Revenir à la rubrique : Faits divers

Ravine-des-Cabris : L’auteur du car-jacking retrouvé grâce à l’analyse de son sang

Un homme était jugé au tribunal correctionnel pour avoir menacé et volé sa victime alors qu’elle était dans son véhicule à l’arrêt. C’est l’analyse du sang laissé sur la portière qui a permis de l’identifier.

Ecrit par 1776023 – le mercredi 22 juin 2022 à 16H13

Il est 23h le 9 décembre dernier lorsque Anthony*, qui sort de son travail, se rend à une banque de la Ravine-des-Cabris. En retirant de l’argent, il entend deux individus derrière lui. Inquiet, il se dépêche de rentrer dans sa voiture, mais l’un d’eux bloque la porte. Ce dernier exige 20 euros sinon il menace de brûler sa voiture. Pendant ce temps, son partenaire profite de la vitre baissée pour subtiliser la sacoche d’Anthony. Les deux hommes s’enfuient en courant avant de brûler la sacoche.

Les enquêteurs vont arriver sur les lieux et prélever du sang de l’un des auteurs qui est resté sur la portière. L’échantillon est envoyé pour analyses dans l’espoir de voir s’il correspond à un nom enregistré dans le fichier des empreintes. Le résultat est positif et l’auteur, Brian*, est identifié.

Interpellé en mai, Brian va d’abord nier devant les enquêteurs. Ceux-ci vont alors le confondre avec leur preuve scientifique, ce qui le pousse à avouer. Il ne donne par contre pas le nom de son complice, qu’il accuse pourtant de la majorité des faits. Il affirme cependant avoir voulu récupérer la sacoche pour la rendre à la victime, mais son complice l’aurait brûlée avant. Une affirmation qui agace passablement le tribunal.

Présenté aux juges, le prévenu va reconnaître les faits. Ses déclarations vont être totalement confirmées par Hugo*, la victime. Celui-ci précise souffrir d’un retard mental en raison d’une maladie lors de son enfance. Sa soeur présente à ses côtés explique qu’il a particulièrement été traumatisé par ce qui s’est passé.

Son quatrième procès en 2022

Âgé d’à peine 20 ans, le prévenu compte 7 mentions à son casier judiciaire. Surtout, il en est à son quatrième procès de l’année. Dans l’obligation de trouver un travail à l’issue de ses dernières condamnations, il explique aux enquêteurs qu’il ne cherche pas d’emploi pour se consacrer à ses enfants. Des enfants qu’il n’a pas vus depuis un an. 

« Il a une réalité à géométrie variable. Au début, il nie. Il finit par avouer lorsqu’on lui met sous le nez les éléments de la procédure avant de charger son acolyte. On a une victime plus fragile que les autres, mais au moins elle se lève le matin pour travailler » argue la procureure. Elle requiert une peine de 175 heures de travaux d’intérêt général (TIG) et l’obligation de dédommager la victime. 

Me Bruno Raffi va se saisir de cette réquisition, axée sur la réinsertion, pour défendre son client qu’il a pourtant bien secoué durant le procès. « Mme la procureure a bien dit ‘à l’égard’ et non ‘contre’. C’est ce dont il a besoin. Il a besoin d’égard vis-à-vis de sa personne. Car s’il n’en a pas envers lui, il n’en aura pas pour les autres. Mais il doit comprendre que cette clémence qui lui est faite, c’est la der des der », prévient-il.

Les juges seront moins indulgents que le Parquet et le condamnent à 10 mois de prison et 180h de TIG. Il doit également dédommager la victime à hauteur de 1000 euros pour le préjudice moral.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L’audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l’effet de l’alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu’elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.