Revenir à la rubrique : Faits divers

Quand un journaliste de la presse nationale se fait boxer…

Lors des visites ministérielles, les journalistes de la presse nationale se croient souvent tout permis, se permettant de bousculer, voire de pousser un confrère local pour lui piquer sa place. Hier, lors de la visite de François Fillon à Bras-Panon, et selon un « Echo » relayé par le JIR, un caméraman de la presse nationale a […]

Ecrit par Karine Maillot – le samedi 11 juillet 2009 à 15H41

Lors des visites ministérielles, les journalistes de la presse nationale se croient souvent tout permis, se permettant de bousculer, voire de pousser un confrère local pour lui piquer sa place.
Hier, lors de la visite de François Fillon à Bras-Panon, et selon un « Echo » relayé par le JIR, un caméraman de la presse nationale a été « boxé » par un confrère de la presse locale, après avoir été « sauvagement bousculé ». Heureusement, un membre de la sécurité de Matignon est venu à son secours.
Autre exemple, nous avons recueilli ce matin le témoignage d’une conseur d’une radio locale, RIL, qui nous a déclaré s’être « faite pousser tellement fort que j’ai failli tomber ».
Nos confrères de la presse nationale semblent oublier les règles minimales de savoir vivre quand ils se déplacent en « province« ….

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.

Soupçons d’emplois illégaux au cabinet de la Région : La stratégie d’enquête décriée par la défense

En début d’audience pour ce premier jour de procès, les 11 prévenus de la Région Réunion, dirigée par Didier Robert de 2010 à 2021, ont nié toute faute malgré les poursuites pour détournement de fonds, prise illégale d’intérêts et de recel après un contrôle de la Chambre régionale des comptes. L’enquête préliminaire a révélé des emplois potentiellement fictifs, des recrutements discrétionnaires et des rémunérations excessives. Les avocats de la défense contestent la procédure, arguant notamment de partialité et d’imprécision des motifs de poursuite.