Revenir à la rubrique : Culture

« Penser et agir en Réunionnais, c’est trouver des solutions externes et en faire la synthèse »

Comment penser et agir en Réunionnais ? José Macarty et Paul Mazaka livrent des pistes de réflexion dans un ouvrage intitulé « Être et ne pas être, introduction à la philosophie réunionnaise ».

Ecrit par Thierry Lauret – le mercredi 25 octobre 2023 à 06H53
Joé Macarty et Paul Mazaka.

À en croire Paul Mazaka, « l’identité culturelle est plus importante que l’identité génétique ou biologique ». Pour le formuler autrement, c’est le mode de vie et le patrimoine culturel des Réunionnais qui fondent leur identité, plus que la couleur de leur peau.

Ce postulat est partagé par son comparse José Macarty, qui le développe entre autres thèmes dans un ouvrage intitulé « Être et ne pas être, introduction à la philosophie réunionnaise » (Komkifo Editions). Si le travail de réflexion a été mené en duo, lors d’échanges hebdomadaires entre penseurs qui refusent la posture du savant-sachant, c’est bien José Macarty qui signe seul ce livre qui se veut « accessible » au plus grand nombre.

« Je considère que José, c’est la plume. D’autant plus il avait déjà mené une longue réflexion sur le sujet », justifie Paul Mazaka. « C’est un duo philosophique, on a échangé toutes les semaines, mais toutes les références citées dans le livre, c’est José. C’est pour cela que j’ai dit à José d’être l’unique auteur. »

Les deux amis se connaissent depuis plusieurs décennies, mais ont mené une quête « parallèle » avant que leurs chemins ne se rejoignent suite à la publication dans le magazine Zarboutan d’un article sur la philosophie réunionnaise de José Macarty qui s’apparente, avec le recul, à une forme d’ébauche du livre paru ces derniers jours.

« Ne jamais se regarder dans le miroir des autres »

José Macarty, ancien journaliste à Témoignages puis à Radio Korail, a voyagé à travers ses lectures, tandis que Paul Mazaka, ex-directeur des affaires culturelles d’Eric Boyer, a parcouru le monde avec des artistes (Gramoun Lélé, Danyel Waro) ou avec des tableaux (les expositions de la collection Vollard à Singapour ou New Delhi). Au terme de leurs pérégrinations, ils ont abouti à la même conclusion : la lointaine destination qu’ils pourchassaient pendant des décennies se trouvait sous leurs yeux, ici, à La Réunion.

«  On a commencé par redéfinir la philosophie », rembobine José Macarty. « Etymologiquement, la philosophie c’est la recherche de la vérité, qui passe par une pensée critique et rationnelle. Nous, avec Paul, on a voulu redéfinir les choses. » Rien de moins. « Oui : on dit que pour nous cette quête met en œuvre un peuple et son expérience. On considère que notre livre est d’abord une prise de pouvoir, car le véritable pouvoir c’est le pouvoir des mots. On se dit : il ne faut jamais se regarder dans le miroir des autres. Dans le miroir des autres on a toujours été défini comme un peuple de bons à rien, violent et alcoolique. »

Le duo considère que s’il existe une philosophie réunionnaise, celle-ci « doit transparaître dans tous les domaines de notre société » : cuisine, jardinage, musique, croyances religieuses, etc… « Il doit y avoir le même déterminant. Le premier déterminant, c’est notre capacité à emprunter à toutes les sources. On emprunte, mais on prête, on apprête (selon le Larousse : accommoder, préparer un mets d’une certaine manière, Ndlr), et c’est dans la façon d’apprêter que se situe la philosophie réunionnaise. Il y a une relation dialectique entre les deux. On apprête de telle façon qu’on aboutit à une synthèse, comme la cuisine réunionnaise. On emprunte et on apprête aussi pour résoudre les contradictions », développe José Macarty.

Paul Mazaka sourit malicieusement en évoquant le sandwich mélangeant bouchons et frites, dénommé « américain », pour montrer jusqu’où peut amener l’esprit de synthèse. Un « besoin presque atavique de se mélanger » qui façonnerait notre personnalité. Pour lui, l’idée est de penser une philosophie, pas tant pour s’en gargariser que pour définir des solutions face aux défis qui se présentent à notre société et la fragilisent.

Il s’agirait ainsi de « penser et agir en Réunionnais, de trouver des solutions externes et d’en faire la synthèse. » José Macarty, lui, cite « L’Art de la guerre » de Sun Tzu ou le rappeur SCH pour parler d’une technique d’évitement héritée du maronnage, « lo kas kontour », qui pousserait le Réunionnais à ne pas trop se/en dévoiler et à se déporter stratégiquement sur un côté pour éviter certains problèmes. José Macarty reprend aussi ls mots du poète Alain Lorraine, pour qui « La Réunion ne se donne qu’après l’amour ».

Thèmes : La Réunion | Livre
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
15 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.

Léa Churros en duo avec KIM

Chouchou du public réunionnais, la chanteuse Léa Churros, vient de sortir un single avec l’une des artistes zouk phares au niveau national, KIM. Le clip a été dévoilé vendredi soir sur les plateformes de streaming et devrait très rapidement devenir un véritable succès.

Un pirate informatique s’attaque aux clips des artistes réunionnais

Le clip « Bondié » de Kénaëlle a été ciblé par un individu qui s’est fait passer pour un producteur et a obtenu le retrait de la vidéo de la plateforme de streaming YouTube. La chanteuse a déposé une réclamation auprès du site appartenant à Google et a appris que plusieurs autres artistes réunionnais avaient été visés par le même pirate.