Revenir à la rubrique : National

Nouvelle-Calédonie : Emmanuel Macron annonce des mesures d’urgence

Le président de la République liste les mesures de soutien économique prises pour la Nouvelle-Calédonie qui traverse une crise meurtrière.

Ecrit par N.P. – le jeudi 23 mai 2024 à 21H55

Communiqué du ministre des Outre-mer

La Nouvelle-Calédonie a connu ces derniers jours des événements tragiques et des destructions importantes. A l’occasion de son déplacement en Nouvelle-Calédonie, le président de la République a annoncé un ensemble de mesures pour faire face à l’urgence et poser les bases de la reconstruction.

Mission dédiée

Une mission interministérielle compétente sur la reconstruction, qui sera déployée dans les prochains jours sur place et sera pilotée par Anthony Requin, haut fonctionnaire du ministère de l’Économie et des Finances, a été mise en place. Une cellule dédiée à Paris permettra de faire le relais.

Cette mission sur place, en lien avec Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, et Marie Guévenoux, ministre déléguée chargée des Outre-mer, qui a présidé une réunion dédiée à ce sujet le 23 mai, aura notamment la responsabilité de : chiffrer les dégâts, décliner les modalités opérationnelles de mise en place des mesures d’urgence et proposer, en discussion avec toutes les parties prenantes, la gouvernance et les pistes pour la reconstruction et la diversification de l’économie.

 

Mesures d’urgence

Pour répondre à l’urgence de la situation, l’État déploiera un ensemble de mesures visant à soulager la trésorerie des entreprises et à aider au paiement des salaires et des coûts fixes des entreprises touchées.

Pour ce faire et apporter une aide financière aux entreprises, un fonds de solidarité sera notamment créé. L’État accompagnera également les collectivités locales, qui ont la compétence en matière économique en Nouvelle-Calédonie, pour la mise en œuvre de dispositifs d’activité partielle et d’exonération de charges en veillant à une juste répartition des efforts entre l’Etat et les collectivités.

Les modalités de mise en œuvre de ses instruments de soutien feront l’objet de travaux par la mission sur place et les services des ministères compétents. Elles seront détaillées prochainement.

Banques et assurances

Afin de couvrir au mieux les sinistrés des violences des derniers jours, les assureurs et les banques se sont par ailleurs engagés, lors d’une réunion qui s’est tenue le 22 mai avec Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, à une mobilisation exceptionnelle.

La durée de déclaration des sinistres, normalement de cinq jours, sera portée à 30 jours, afin que tous les sinistres puissent être déclarés aux assureurs.

Dès les sinistres déclarés, la profession s’engage à verser des acomptes sur indemnisation dans les meilleurs délais.

Les assureurs s’engagent aussi à apporter le plus grand soutien aux PME et TPE touchées par des sinistres en appliquant avec la plus grande bienveillance leurs contrats.

Enfin, les assureurs faciliteront la mise en œuvre des expertises, en développant autant que possible les télé-expertises et en envoyant de métropole un contingent d’experts dans les prochains jours.

En parallèle, les banques s’engagent à soutenir la trésorerie et l’investissement des TPE et PME néo-calédoniennes.

Les TPE et PME en tension de trésorerie pourront obtenir de manière amiable un report jusqu’à trois mois de leurs échéances de remboursements de prêts bancaire ou une facilité de caisse en l’attente du versement de leur indemnité d’assurance.

Enfin, l’État lancera, en lien avec les banques de Nouvelle-Calédonie et l’Agence française de Développement (AFD), un prêt garanti pour la reconstruction à destination des entreprises néo-calédoniennes.

 

Bâtiments de l’État et des collectivités

Des mesures d’exception seront prises pour permettre la reconstruction de ces bâtiments dans les meilleurs délais. Une attention et un soutien tout particuliers seront apportés aux écoles détruites ou endommagées.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
40 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contre l’alliance avec le RN, Eric Zemmour exclut Marion Maréchal-Le Pen de Reconquête

Les tensions sont vives au niveau national alors que les partis et représentants d’extrême-droite ainsi que ceux qui leur tendent la main s’entredéchirent. Marion Maréchal-Le Pen avait démarré les pourparlers avec Jordan Bardella pour une union d’extrême-droite en vue des Législatives. Une alliance rejetée par Eric Zemmour qui a accusé sa tête de liste des Européennes de l’avoir trahi. Il l’a donc exclue de son parti.

Emmanuel Macron propose une nouvelle majorité gouvernementale aux Républicains, Socialistes et Verts

Emmanuel Macron a exposé en fin de matinée, pendant une conférence de presse qui a duré près de trois heures, sa stratégie à une dizaine de jours du premier tour des élections législatives consécutives à sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale.
Il a invité à un rejet des extrêmes, le Rassemblement National (RN) et La France Insoumise (LFI), même s’il ne les cite pas explicitement, et à une réunion des démocrates au sein d’une nouvelle majorité de gouvernement et autour d’une « fédération des projets » des républicains comprenant selon lui les sociaux-démocrates, la droite gaulliste et les écologistes.
Les premières réactions, aussi bien au Parti Socialiste (PS) que chez Les Républicains (LR), semblent indiquer qu’ils ne sont pas prêts à franchir le pas. En tous les cas, pas avant le premier tour. Il pourrait en être autrement après le 7 juillet, dans l’hypothèse où ce serait le seul moyen d’éviter une arrivée du RN au pouvoir.

Législatives 2024 : Emmanuel Macron présente son programme

Le président de la République s’est exprimé ce mercredi midi au sujet des Législatives 2024. Il a d’abord salué le travail de son gouvernement face à l’effritement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, avant d’évoquer les résultats des Européennes et les mesures qui seront au cœur du programme pour les élections législatives.

Le RN arriverait en tête selon un premier sondage sur les intentions de votes aux législatives

TF1 vient de publier les résultats d’une enquête menée par l’Ifop sur les intentions de vote au premier tout des législatives du 30 juin prochain auprès d’un échantillon de 1 089 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 205 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, réalisée du 10 au 11 juin 2024. Les chiffres sont des pourcentages des suffrages exprimés.
On découvre que le RN arriverait dans toutes les hypothèses en tête, mais qu’il serait talonné par la Gauche. Le parti d’Emmanuel Macron serait distancé.
Attention. Il ne s’agit là que d’un sondage réalisé à trois semaines du scrutin. Mais surtout, il ne s’agit que de projections sur des pourcentages de votants du premier tour et ne correspondrait en rien avec le nombre d’élus susceptibles de se faire élire au second tour. Il ne tient bien évidemment pas compte des consignes de vote qui pourraient être données (ou ne pas être données) par les candidats battus du 1er tour. Et ne répond par exemple pas à la question d’un éventuel front républicain anti-RN.
Mais surtout, il ne peut anticiper l’éventuel « effet de vague », c’est à dire la dynamique dont pourrait profiter le RN après sa victoire aux Européennes.