Revenir à la rubrique : Faits divers

« Mon voisin terrorise la résidence »

Max Bonilla, retraité, habitant de la Résidence Le Grand Bleu à Montgaillard à Saint-Denis, vit un calvaire depuis mars dernier. Son voisin, qu'il décrit comme malade, ne cesse de tourmenter les habitants du quartier. 28 d'entre eux auraient rencontré des problèmes similaires. Aujourd'hui interné, son sort reste incertain, et le voisinage s'inquiète de son retour. Le habitants se posent une question, à juste titre: "Pourquoi cet homme dangereux n'est-il pas pris en charge?"

Ecrit par SH – le mardi 22 octobre 2013 à 16H14

La musique à fond, des hurlements au milieu de la nuit, des pierres projetées contre les baies vitrées, des pneus crevés, une véranda en feu et puis un jour, des menaces de coups de couteau… « Trop c’est trop, affirme Max Bonilla, 56 ans, il va finir par tuer quelqu’un et là ce sera trop tard ».

L’homme a été placé au mois de mars dans un appartement du rez-de-chaussez de la Résidence Le Grand Bleu par une société de tutelle qui le représentait. La Société Croix Marine, qui a pour objet d’exercer la protection, l’entraide psychologique et sociale en faveur des handicapés et inadaptés psychiques, a ensuite pris en charge son loyer ainsi que d’autres démarches administratives.

Nadège Hoarau, directrice adjointe de la Croix Marine, explique: « les personnes chez nous ont le droit de choisir leur lieu de domicile et nous les accompagnons dans les formalités de tous les jours ». Cette protection est assurée après une expertise médicale qui est transmise au procureur. « Le problème c’est qu’une fois sur place, l’individu peut être source d’ennuis, auquel cas il est hospitalisé. À ce moment là, il n’est plus sous la tutelle de la Croix Marine ».

« J’ai bien compris que ce monsieur était malade quand il a commencé à jeter des pierres contre ma baie vitrée. Lorsque je lui ai demandé ce qu’il faisait, il m’a répondu qu’il avait faim », explique de son côté Max Bonilla.

Il menace le jardinier de coups de couteau

Selon ce dernier, le service de tutelle aurait déposé son voisin dans cet appartement sans se soucier des dégâts qu’il pourrait causer: « Après eux, il est passé à La Croix Marine, où il aurait apparemment agressé son tuteur ».  

Les autorités seraient intervenues à plusieurs reprises. Une fois en garde à vue, un médecin médico-judiciaire aurait déclaré l’individu comme « cohérent ». Relâché, il menace le jardinier de coups de couteau quelques heures plus tard…

« Il nous a tous effrayés. Il est interné depuis deux mois, à la clinique des Flamboyants au Port, semble-t-il, mais nous ne savons pas quand il rentrera ». Selon Max Bonilla, le propriétaire de l’appartement ne veut rien savoir car les allocations que touche son locataire sont automatiquement versées pour payer le loyer. Pour la Croix Marine, « Si la personne est relâchée après son hospitalisation, c’est qu’elle est à priori apte à vivre en société ».

Max Bonilla a porté plainte, posé une main-courante, contacté le procureur et n’a toujours pas obtenu de réponse.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.