Revenir à la rubrique : Faits divers

Moha La Squale condamné par le tribunal de Saint-Pierre

Il avait fait le déplacement le 10 septembre dernier et s’était défendu à la barre du tribunal correctionnel de Saint-Pierre. Mohamed Bellahmed, plus connu sous son nom de scène Moha La Squale, a été reconnu coupable de violences sans ITT et de menaces de mort.

Ecrit par zinfos974 – le mardi 24 septembre 2019 à 10H09

Ce mardi devant le tribunal de Saint-Pierre, le rappeur Moha La Squale a bénéficié d’une requalification des faits. La qualification de « menace de commettre un délit avec arme » a été muée en « violence sans ITT », faisant passer les faits au stade de simple contravention. Il est donc reconnu coupable de violences sans ITT et de menaces de mort.

Pour ces deux faits, il a écopé de 90 jours-amende à 50 euros et d’une amende de 300 euros pour la contravention. Les demandes des parties civiles, à savoir le couple qui avait été agressé par le chanteur, ont été jugées recevables. Ils reçoivent 600 euros en tout, soit 300 euros chacun.

« Comme sollicité par la défense, le tribunal a requalifié les faits de menace en contravention en le condamnant à une amende. C’est un épiphénomène qui est définitivement clos », s’est félicité ce matin l’avocat réunionnais de Moha La Squale, Me Norman Omarjee.

Les faits s’étaient produits en mars dernier après sa prestation aux Francolies. Ivre et, pour la première fois avait-il expliqué lors de son procès, sous l’effet du cannabis, le rappeur s’en est pris à un couple venu prendre un verre à l’hôtel Le Battant des Lames. L’hôtel situé sur le front de mer de Saint-Pierre accueillait d’ailleurs plusieurs artistes du festival durant ce mois de mars. Insultes, menaces de mort… le jeune rappeur est entré dans une colère noire face au refus de la femme de répondre à ses avances. 

Lors de son audience début septembre, l’artiste avait reconnu avoir bu 4 ou 5 mojitos et fumé du zamal pur. « Je ne connaissais pas », affirmait-il. Il reconnaissait également avoir proféré des propos injurieux, mais pas de menaces, tout en avouant ne pas se souvenir. « D’habitude, je ne bois pas autant », avait-il assuré face au juge. Les images de vidéosurveillance étaient accablantes, une « vidéo pas très glorieuse » dans laquelle « il ressort clairement que la victime est très calme et lui, hystérique », soulignait la procureure.

Dans cette affaire à « pression médiatique » reconnue par le parquet, la défense avait plaidé la notoriété de son client jouant en sa défaveur et demandé la relaxe. 

St-Pierre : Le rappeur Moha La Squale jugé pour menaces avec arme

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Leu : Le père de famille absent à son procès, mais bien présent dans la terreur

Un quadragénaire était jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir fait vivre un cauchemar à la mère de son fils et à sa famille. En plus des violences et des menaces de mort, il est soupçonné d’avoir dégradé plusieurs véhicules. Faute de preuves matérielles pour ces derniers faits, le tribunal a préféré aller au-delà des réquisitions sur le reste afin d’assurer la paix aux victimes.

Elle tente de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans les bagages

Un couple était jugé jeudi 18 avril 2024 par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour blanchiment d’argent, abus de biens sociaux et transfert d’argent non déclaré entre pays. La femme a tenté de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans ses bagages. Un couple atypique dont la gestion du magasin et des finances étonne. Le jugement a été mis en délibéré.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : Un procès au goût amer dont l’épilogue est attendu le 21 mai

Le procès de Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, s’est conclu après d’intenses débats judiciaires sur des accusations d’emplois fictifs et de détournement de fonds. Le délibéré de cette affaire politico-judiciaire, très attendu, sera rendu le 21 mai, en pleine période électorale. Les avocats des 11 prévenus, vent debout contre l’enquête préliminaire menée par des policiers spécialisés en la matière, ont unanimement plaidé la relaxe.