Revenir à la rubrique : Mayotte

Mayotte : Quatre hommes jugés pour le viol d’une médecin

En mars 2019, une interne en médecine a été violée par quatre hommes à Mamoudzou. Lors du procès, la victime est revenue sur le calvaire qu'elle a subi. Le verdict est attendu la semaine prochaine.

Ecrit par NP – le dimanche 23 avril 2023 à 10H00

Un procès pour viol collectif a commencé le 19 avril 2023 à la cour d’assises de Mayotte, rapporte Mayotte Hebdo. Quatre hommes âgés de 24 à 30 ans sont accusés d’avoir violé une interne en médecine de 26 ans près d’une boîte de nuit à Mamoudzou en mars 2019, avec la circonstance aggravante de la réunion. Un cinquième accusé de 34 ans est jugé pour complicité de viol en réunion.

Le soir du 23 mars 2019, la jeune interne en médecine s’est rendue dans une boîte de nuit de Mamoudzou avec des amies pour fêter son anniversaire. Elle y a croisé un camarade avec qui elle avait des relations tendues. Ils sont sortis par une issue de secours pour en discuter. Ils ont tenté de revenir en frappant à la porte, mais le videur n’a pas voulu les laisser entrer. Le garçon a alors décidé de faire le tour pour entrer par la porte principale, mais la jeune femme, qui ne connaissait pas le chemin, s’est retrouvée seule.

1h30 de calvaire

Isolée à l’extérieur, elle s’est retrouvée entourée par un groupe d’hommes dont elle ne savait pas combien ils étaient. Elle a décrit un black-out de quelques secondes avant de se souvenir d’être allongée dans un coin sombre avec un homme sur elle. Elle a commencé à se débattre et à demander à son agresseur qui il était. L’agression a duré environ une heure et demie, avec deux hommes qui la pénétraient à tour de rôle. Elle a établi un contact avec eux pour éviter le pire avant de finalement réussir à s’enfuir en remontant jusqu’à la porte de secours et en demandant aux vigiles de lui ouvrir.

Les agresseurs ont été retrouvés grâce à leur surnom et identifiés grâce aux traces d’ADN retrouvées sur les vêtements de la victime. Lors du procès, la jeune femme a témoigné en pleurs, se souvenant des détails de l’agression. En tant que médecin, elle savait la procédure à suivre en pareille circonstance et les comprimés à prendre pour éviter les maladies sexuellement transmissibles.

Les accusés ont écouté attentivement le témoignage de la victime, mais l’un d’entre eux est resté prostré avec la tête baissée tout au long du procès. Certains d’entre eux sont connus de la justice pour des vols et des violences, dont un est impliqué dans le meurtre de Christophe Brousset à Kawéni en 2016.

Le verdict est attendu pour mardi ou mercredi.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] Contamination des végétaux à Mayotte : risque sanitaire élevé dû aux pesticides, les consommateurs appelés à la vigilance

La préfecture de Mayotte met en garde ses habitants quant à la contamination de végétaux aux pesticides. Les autorités mettent en garde les consommateurs qui sont invités à ne pas réaliser leurs achats de fruits et légumes auprès des vendeurs sur le bord des routes en raison du danger qu’est susceptible de représenter la consommation de ces produits. Parmi les substances présentes dans les produits analysés se trouve le Diméthoate, un insecticide prohibé depuis février 2016, mais aussi du chlorpyriphos-éthyl ou de l’hexaconazole surdosés.

Mayotte : L’épidémie de choléra s’étend à un nouveau quartier

L’épidémie de choléra qui sévit actuellement à Mayotte continue de susciter l’inquiétude, notamment après la confirmation hier d’un cas dans un nouveau quartier de l’île, portant le total à 67 personnes infectées.
Parmi les victimes figure une fillette de trois ans décédée la semaine dernière.

Choléra à Mayotte : L’ancienne directrice de l’ARS accuse les élus d’être responsables

Dominique Voynet, qui fut ministre de l’Environnement dans le gouvernement de Lionel Jospin et directrice de l’Agence régionale de santé de Mayotte de 2019 à 2021, appelle l’État à accélérer les travaux d’assainissement des eaux usées sur l’île pour freiner le risque de propagation du choléra. Et elle n’hésite pas à pointer du doigt la responsabilité des élus locaux, accusés d’immobilisme.

Un enfant meurt du choléra à Mayotte

Il s’agit du premier décès recensé par l’Agence régionale de santé. L’enfant habitait dans le quartier de Koungou dans lequel plusieurs cas de choléra ont été identifiés ces dernières semaines.