Revenir à la rubrique : Mayotte

Mayotte : Le mawlida shenge classé au patrimoine immatériel national

Le mawlida shenge est désormais inscrit de façon officielle dans la liste du patrimoine culturel immatériel (PCI) national, suite à un dossier soumis et présenté par le MuMA, le musée du patrimoine historique culturel et environnemental de Mayotte.

Ecrit par Nicolas Payet – le mercredi 17 août 2022 à 10H15

Le président du Conseil départemental, Ben Issa Oussei, a salué « une vraie reconnaissance de ce travail de qualité qui s’inscrit dans la volonté portée par le Département de mettre en avant les pratiques vivantes dont la mémoire est essentielle ».

Le patrimoine culturel immatériel (PCI) est une catégorie de patrimoine issue de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée par l’UNESCO en 2003. Il s’agit du premier élément du patrimoine de l’île de Mayotte à figurer dans la liste du PCI du ministère de la Culture, une fierté pour Mayotte entière et pour les pratiquants de cet art qui constitue une expression tout aussi culturelle, spirituelle qu’artistique, pour cette tradition qui joue une fonction autant symbolique qu’emblématique. 

Le samedi du MuMA du mois de novembre 2022 sera consacré à la célébration de cette inscription, en présence de professionnels et de praticiens du shenge.

Le Mawlida shenge est une pratique sociale et spirituelle de tradition soufie. C’est un ensemble indissociable comprenant toute une organisation sociale, du chant, de la musique, de la danse pouvant aller jusqu’à la transe. Il combine différentes esthétiques tant chez les femmes que les hommes. De plus en plus de jeunes pratiquent désormais cette discipline jusqu’alors réservée à des gens plus âgés.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mayotte : Les sortants favoris, le RN en embuscade

Si dans la première circonscription, la députée sortante Estelle Youssouffa (DVD) est ultra-favorite, Mansour Kamardine (LR) devra faire face à plus de difficultés, mais reste pour l’instant en tête des pronostics. Le RN, qui réalise de bons scores dans l’archipel depuis plusieurs années, a fait le choix de ne présenter qu’une seule candidate.

[Communiqué] Contamination des végétaux à Mayotte : risque sanitaire élevé dû aux pesticides, les consommateurs appelés à la vigilance

La préfecture de Mayotte met en garde ses habitants quant à la contamination de végétaux aux pesticides. Les autorités mettent en garde les consommateurs qui sont invités à ne pas réaliser leurs achats de fruits et légumes auprès des vendeurs sur le bord des routes en raison du danger qu’est susceptible de représenter la consommation de ces produits. Parmi les substances présentes dans les produits analysés se trouve le Diméthoate, un insecticide prohibé depuis février 2016, mais aussi du chlorpyriphos-éthyl ou de l’hexaconazole surdosés.

Mayotte : L’épidémie de choléra s’étend à un nouveau quartier

L’épidémie de choléra qui sévit actuellement à Mayotte continue de susciter l’inquiétude, notamment après la confirmation hier d’un cas dans un nouveau quartier de l’île, portant le total à 67 personnes infectées.
Parmi les victimes figure une fillette de trois ans décédée la semaine dernière.

Choléra à Mayotte : L’ancienne directrice de l’ARS accuse les élus d’être responsables

Dominique Voynet, qui fut ministre de l’Environnement dans le gouvernement de Lionel Jospin et directrice de l’Agence régionale de santé de Mayotte de 2019 à 2021, appelle l’État à accélérer les travaux d’assainissement des eaux usées sur l’île pour freiner le risque de propagation du choléra. Et elle n’hésite pas à pointer du doigt la responsabilité des élus locaux, accusés d’immobilisme.