Revenir à la rubrique : Mayotte

Mansour Kamardine : « Non aux politiques publiques mortifères ! »

Avec l'arrivée prochaine de la Première ministre Élisabeth Borne à Mayotte, le député Mansour Kamardine demande à la population de venir l'accueillir en nombre afin de montrer son désaccord sur les priorités gouvernementales pour le 101e département.

Ecrit par N.P. – le mercredi 29 novembre 2023 à 15H39

Le communiqué :

Non aux politiques publiques mortifères ! Oui à la co-construction, c’est-à-dire à la prise en compte des priorités des Français concernés !

Une visite officielle à Mayotte d’Elisabeth BORNE est annoncée pour le 8 décembre 2023. Ce serait le 1er déplacement d’un chef de gouvernement depuis 15 ans dans le 101ème département français. Il est également annoncé que le programme de la Première Ministre serait axé autour des constructions scolaires, des logements sociaux et de la politique maternelle et infantile. Bref, le traitement social des échecs de la politique de maîtrise des frontières serait le cœur battant de l’action gouvernementale.

En effet, actuellement, pour absorber les conséquences de l’immigration clandestine massive, il faudrait construire, à Mayotte, une salle de classe par jour et un quartier d’habitation par mois ! Or ces deux politiques sont mortifères pour Mayotte, car elles contribuent à un appel d’air permanent à l’immigration qui déstabilise le territoire. Plus on construit d’écoles, plus les 200 000 gamins vivant aux Comores viennent à Mayotte ; plus ils y viennent et plus nous construisons ; plus nous en construisons et plus ils y viennent. C’est un cercle vicieux et un puits sans fond dont la conséquence est indubitablement, dans les faits, le remplacement des populations locales par des populations étrangères, comme en atteste le taux de gamins d’origine étrangère dans nos écoles qui dépasse les 80%. C’est inacceptable !

Dans le même temps, le gouvernement refuse de mettre fin au titre de séjour spécifique à Mayotte qui transforme l’île en zone de concentration dans laquelle les Français ne représentent plus que le tiers de la population et où ils subissent la loi des gangs, des atteintes permanentes aux biens et aux personnes et des violences barbares qui terrorisent littéralement, comme ces derniers jours, des quartiers entiers.

Mayotte est en feu, les Mahorais sont sous le joug de la terreur, mais le gouvernement privilégie le traitement social de l’immigration incontrôlée ! Or traiter les conséquences sans traiter les causes ne fait qu’amplifier le problème !

Malgré la demande unanime de la société civile mahoraise et des élus, le pouvoir exécutif refuse d’envisager la convergence sociale réclamée à cor et à cri par les Mahorais au nom de l’égalité républicaine, mais également pour se maintenir dignement sur leur territoire plutôt que de le fuir pour des régions plus clémentes de la France.

Malgré cette profonde divergence exprimée avec force au Conseil départemental de Mayotte au ministre délégué aux outre-mer mardi 28 novembre et fidèle à notre tradition d’accueil de nos hôtes de marque, je demande aux Mahorais de venir nombreux réserver notre meilleur accueil à la Première Ministre le 8 décembre, lui montrer ainsi la richesse de notre culture régionale, mais également lui dire notre ferme désaccord quant aux priorités gouvernementales actuelles de notre territoire.

Cette politique à sens unique, faisant fi des priorités des Français directement concernés, nous la rejetons. Nous ne la voulons pas. C’est pourquoi nous proposons à la Première Ministre une autre politique, celle qui privilégie les priorités des Mahoraises et des Mahorais. Serait-ce trop demander en démocratie ?

La société civile et les élus ont dit avec force, dans deux réunions différentes le 28 novembre, au ministre délégué aux outre-mer qui est venu leur parler de l’attendu projet de loi Mayotte, qu’ils demandent au gouvernement de rétablir l’ordre public, de restaurer la sécurité, de maîtriser les frontières en priorité et en urgence, pour ensuite mettre en œuvre une politique de développement durable et non une politique en tout axé sur l’accueil des étrangers.

Ce que nous lui proposons, c’est, avec les fonds prévus pour les écoles à Mayotte, qu’il aille construire des écoles aux Comores. Ce que nous lui proposons pour Mayotte, c’est de construire, sous le sceau de l’urgence, les infrastructures porteuses de développement économique, social et culturel durable de l’île et notamment concernant les mobilités, les routes nationales, la piste longue aéroportuaire et le port de Longoni. Ce que nous voulons, c’est une citée judiciaire, le second hôpital, la seconde prison, l’université. Ce à quoi nous aspirons, c’est à la convergence sociale promise depuis 2015 et qui doit être une réalité pour 2026 au plus tard et le versement de dotations de droit commun aux collectivités territoriales. Un traitement équitable, serait-ce trop demander dans un État de droit ?

C’est dans cette direction que nous invitons le gouvernement à nous accompagner s’il veut construire ce territoire avec nous et pour nous, Français de l’océan Indien. Autrement, comment comprendre que le gouvernement entende co-construire pour Mayotte et avec les Mahorais quand il annonce la mobilisation d’une dotation de 850 millions d’euros pour le futur contrat de plan État-Région, alors qu’il projette de les affecter à la scolarisation et aux logements d’étrangers.

À Mayotte, comme partout en France, les Français comptent également !

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La ministre chargée des Outre-mer se rendra à Mayotte prochainement

Marie Guévenoux, nouvelle ministre chargée des Outre-mer, a rencontré les élus mahorais et a annoncé l’opération d’évacuation du stade Cavani et la préparation de l’opération Wuambushu 2. Par ailleurs, elle indique qu’elle sera à Mayotte dans « le prolongement de l’installation du nouveau préfet de Mayotte, François-Xavier Bieuville.

Mayotte : Les barrages se reforment ce samedi

Des responsables de barrages à Mayotte ont décidé de reprendre les blocages en réponse à la condamnation de deux des leurs à quatre ans de prison, suite à l’attaque d’une gendarmerie fin janvier dernier.

Fin du droit du sol : Une remise en cause de l’appartenance de Mayotte à la France selon Moroni

La fin du droit du sol à Mayotte annoncé dimanche dernier par Gérald Darmanin pour contrer l’immigration illégale en provenance majoritairement de l’archipel des Comores a réveillé les ardeurs des autorités comoriennes. Pour ces dernières, la mesure proposée par le ministre de l’Intérieur français serait « le début d’une remise en cause de la soi-disant appartenance de l’Ile Mayotte à la France ».

Les Forces vives de Mayotte réagissent aux annonces de Gérald Darmanin

Le collectif « Les Forces vives de Mayotte » déplorent le choix du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer de s’attaquer à la suppression du droit du sol alors que les manifestants réclamaient en priorité la fin du « séjour territorialisé » et craignent « un détournement » de leur revendication majeure.

Thierry Robert ouvre un restaurant à Mayotte

L’insécurité permanente que subissent les habitants de Mayotte est peu propice aux affaires des commerçants. C’est dans ce contexte anxiogène que l’ex-élu réunionnais Thierry Robert lance un appel aux politiques péi afin qu’ils se saisissent sérieusement de la situation mahoraise. Une île où Thierry Robert fait justement des affaires.