Revenir à la rubrique : Animaux

Maltraitance animale: Cri d’alerte de la SPA et manifestation ce samedi

Le cou entaillé par une chaîne trop serrée… C’est ainsi que Marcel est arrivé, lundi dernier, au refuge du Grand Prado de la SPA, à Saint-Marie. Deux jours plus tôt, le jeune chien a dû être soigné d’urgence et opéré après avoir été sauvé par un bienfaiteur.  « Une horreur, témoigne Hélène, bénévole au refuge. Comment […]

Ecrit par GG – le jeudi 05 février 2015 à 16H57

Le cou entaillé par une chaîne trop serrée… C’est ainsi que Marcel est arrivé, lundi dernier, au refuge du Grand Prado de la SPA, à Saint-Marie. Deux jours plus tôt, le jeune chien a dû être soigné d’urgence et opéré après avoir été sauvé par un bienfaiteur. 

« Une horreur, témoigne Hélène, bénévole au refuge. Comment peut-on laisser faire ça ? » Avec son époux Bertrand Chevallier, ils tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme car le cas de Marcel ne serait pas isolé : « En cette période de l’année nous avons l’habitude que les abandons soient en augmentation importante, mais cette année est malheureusement une année record. Le téléphone sonne à longueur de journée pour signaler un abandon« .

Problème, les refuges sont déjà saturés et ne peuvent plus accueillir de nouveaux arrivants. La situation est devenue telle qu’ »un poste a dû être créé pour gérer les cas de maltraitance uniquement« .

Fin novembre, une pétition comptant plus de 22.000 signatures a été adressée à la préfecture et à la DAAF pour demander l’augmentation du nombre de places dans les refuges, « mais on attend toujours« , ajoute Hélène.

La SPA est en grogne : Si elle félicite la Cinor qui permet de stériliser chiens et chats gratuitement toute l’année, l’association accuse le TCO de ne mener « aucune action » sur le territoire Ouest. « Le sort des animaux semble être le dernier des soucis des politiques », lâche la bénévole.

La SPA et plusieurs associations de défense des animaux ont décidé de manifester ce samedi à partir de 10 heures devant la fourrière de Cambaie, à Saint-Paul, pour réclamer des campagnes de stérilisation massives, une action de sensibilisation auprès de la population et une condamnation systématique des auteurs de maltraitance animale.

 

MARCEL, amené au refuge du Grand Prado avec le cou entaillé par une chaîne, la plaie était purulente et les mouches tournaient autour :

 

KENZA et VERA, deux jeunes chiots sortis de l’enfer avec l’aide de la gendarmerie. Elles étaient attachées à des volets avec des laisses très courtes et ne pouvaient à peine s’asseoir :

 

DIOUK, enfermé dans une cage pendant très longtemps. Il vivait dans ses urines et ses excréments, la nourriture était jetée à travers la grille de sa cage, pourtant il est adorable :

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Environnement, protection animale : Quand Marion la di, Marimoutou la fé

Ce jeudi, l’équipe Mission Protection réalisait un cleanwalk au volcan afin de ramasser les déchets. Une action en faveur de l’environnement et de la protection animale organisée pour la deuxième fois à La Réunion par l’entreprise Ultra Premium Direct, en collaboration avec l’association YouCare. Pour porter la voix de la nature et des animaux, plusieurs personnalités venues de métropole aux côtés de notre Miss Réunion 2022, Marion Marimoutou.

« Le chien » : Un texte poignant qui ne vous laissera pas indifférent

Sensible à la cause animale, la rédaction de Zinfos974 a choisi de mettre en avant ce courrier des lecteurs poignant. « Un texte tiré d’une histoire vraie concernant la situation des chiens à La Réunion », nous précise l’auteur. Une situation de maltraitance malheureusement trop banale sur notre île.