Revenir à la rubrique : Faits divers

Les trafiquants de zamal surpris sur la Chaussée royale de St-Paul placés en détention… à la maison

​Les deux trafiquants de zamal cueillis sur la Chaussée royale de Saint-Paul fin mai ont été condamnés à de la prison ferme, mais leur condamnation pourra s’effectuer sous bracelet à leur domicile.

Ecrit par RL – le jeudi 07 juillet 2022 à 08H48

Le vendredi 27 mai en soirée, les policiers municipaux de Saint-Paul ne se doutent pas un seul instant qu’ils vont tomber nez à nez avec des trafiquants qui se baladent sans plus de précaution avec une telle cargaison de zamal. Tout aussi étonnés de se faire contrôler à cet endroit de la ville, les trafiquants avaient également baissé leur garde…

Les policiers municipaux patrouillent en ville ce soir-là. Il s’agit d’une nouvelle mission qui leur a été confiée depuis le mois de mars devant la recrudescence des nuisances nocturnes sur les lieux très fréquentés. Alors que leur périmètre de prédilection demeure le front de mer, leur regard est attiré par une voiture un peu mal garée sur la Chaussée royale, en entrée de ville. La présence du véhicule à cet endroit et en seconde partie de soirée étonne les policiers au point qu’ils décident de s’arrêter. 

À ce moment-là, le conducteur tente une manœuvre pour démarrer mais les policiers veillent. Ils s’approchent de la vitre côté conducteur et sont inévitablement interloqués par une forte odeur de cannabis qui émane du véhicule. 

La voiture faisait 15 kg de plus

La fouille commence et elle ne sera pas bien difficile tellement les deux trafiquants avaient négligé leur planque.

Ils mettent la main sur de nombreux sacs disposés sur la banquette arrière qui a été préalablement rabattue et sans aucune réelle volonté de dissimulation. Ils constatent que le véhicule léger est chargé de 15 kg de zamal. 

Les gendarmes sont appelés en renfort en vue de la saisie de la marchandise et de la voiture mais aussi pour débuter la garde à vue des deux occupants du véhicule. 

Ce mercredi 6 juillet, les deux compères ont été condamnés à 2 ans de prison dont un an assorti d’un sursis probatoire et pour la partie ferme, un aménagement sera possible en détention à domicile sous surveillance électronique. La DDSE est d’application assez récente. La mise en vigueur de la la loi du 23 mars 2019 remonte à mars 2020. Elle consiste donc en un aménagement de peine d’emprisonnement qui oblige la personne condamnée à demeurer aux périodes fixées à son domicile ou dans tout autre lieu désigné par la juridiction de jugement ou le juge de l’application des peines..

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le jeune chauffard ayant foncé sur des policiers interdit de séjour pendant cinq ans

Amir F., 28 ans, a comparu devant le tribunal correctionnel ce vendredi pour avoir volontairement foncé sur des policiers à Saint-Denis, sous l’emprise de l’alcool. Lors de l’audience, il a exprimé des excuses et affirmé ne pas se souvenir des événements. Le tribunal a prononcé une peine de trois ans de prison dont un avec sursis probatoire, une incarcération immédiate ainsi qu’une interdiction de séjour de cinq ans.

Korbey d’or : K.O debout pour Sergio Toinette condamné 4 ans de prison avec mandat de dépôt

Le 12 avril dernier, l’ancien dirigeant de Korbey d’Or était jugé pour abus de biens sociaux, corruption et blanchiment. Six de ses proches étaient également poursuivis dans cette affaire d’infractions économiques et financières dont le montant des détournements et des tours de passe-passe entre la société de services à la personne et ses satellites fait tourner la tête. Petit exemple d’un florilège, les 457.000 euros d’espèces qui se sont volatilisées pour se retrouver sur le compte des dirigeants via une porteuse d’enveloppes. Ce vendredi, le tribunal correctionnel a condamné Sergio Toinette à 4 ans de prison avec mandat de dépôt.