Revenir à la rubrique : National

Les féministes lancent “l’alerte” sur les dangers de l’extrême droite

Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues ce dimanche pour dénoncer le danger que représente l’arrivée du RN au pouvoir pour les droits des femmes. À l’appel d’associations ou de syndicats, les opposants à l’extrême droite soulignent que toutes les minorités sont concernées par ce scénario.

Ecrit par N.P – le lundi 24 juin 2024 à 10H35
Photo : Twitter

Paris, Bordeaux, Poitiers, Limoge ou encore Lyon, ce dimanche les rues des grandes et moyennes villes du pays ont vu défiler des milliers de personnes contre l’extrême droite. En tout près d’une quarantaine de rassemblements dans toute la France. Près de 100.000 personnes, selon les organisateurs, 25.000, selon les forces de l’ordre, ont donc défilé pour dénoncer les risques de l’arrivée d’un gouvernement Rassemblement national. En tête des préoccupations, l’IVG, avec l’exemple des nombreux parlementaires RN s’étaient abstenus ou avaient voté contre la constitutionnalisation de l’avortement.

Au cri de “RN sexiste, riposte féministe” ou de ”Femme et jeune, la double peine”, les défilés se sont passsé dans le calme, avant de se disperser en bon ordre. Au-delà du risque pour les droits des femmes, c’est la défense des minorités et du droit à la différence qui étaient au cœur des messages des manifestants.

À Paris, les organisateurs ont revendiqué 75.000 manifestants, contre 13.000 pour la préfecture de police.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
13 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello, Première ministre : Les arguments en sa faveur

L’Humanité a révélé que le Parti communiste français a proposé le nom d’Huguette Bello comme possible Première ministre venue de la coalition de gauche. Une hypothèse formulée suite aux désaccords entre les grands partis et qui prend un peu d’ampleur en cette fin de semaine alors que le Nouveau Front populaire n’arrive pas à se mettre d’accord.

Des figures dissidentes de La France insoumise lancent un nouveau mouvement politique

Plusieurs anciennes figures de La France insoumise (LFI), n’ayant pas été investies par leur parti lors des législatives anticipées, ont annoncé aujourd’hui la création de leur propre mouvement politique.
Parmi ces figures, on retrouve Clémentine Autain, Alexis Corbière, Danielle Simonnet et Raquel Garrido.
Ce nouveau groupe se nomme l’Association pour une république écologique et sociale (L’Après).

Emmanuel Macron recadre ses troupes après les couacs de ces derniers jours

De retour d’un déplacement de 48 heures à Washington, Emmanuel Macron a convoqué les principaux cadres de son camp à l’Élysée pour une réunion de recadrage. La scène s’est déroulée en fin de matinée au premier étage du palais présidentiel, dans le salon Vert, où se sont réunis le Premier ministre Gabriel Attal, l’ancienne Première ministre Élisabeth Borne, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, le patron du parti Renaissance Stéphane Séjourné, l’ancienne présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, l’ex-patron du groupe à l’Assemblée Sylvain Maillard et la ministre déléguée à l’Égalité femmes-hommes Aurore Bergé.

Poupette Kenza maintenue en détention

Poupette Kenza, de son vrai nom Kenza Benchrif, a été maintenue jeudi en détention provisoire. Elle avait été interpellée le 4 juillet à son retour de Dubaï