Revenir à la rubrique : International

Les Etats-Unis souhaitent intervenir aux côtés d’Israël en cas d’attaque de l’Iran

Le risque d'un conflit généralisé au Proche-Orient entre l'Iran d'un côté et Israël et les Etats-Unis de l'autre n'a jamais été aussi élevé. La Chambre des représentants va bientôt se prononcer sur une demande d'intervention des forces américaines contre l'Iran en cas d'intervention de ce pays contre Israël. Autre signe de l'aggravation de la situation : le président Joe Biden se rendra en Israël mercredi.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le mardi 17 octobre 2023 à 12H28

Le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis, Michael McCaul, a annoncé ce matin qu’il présenterait dans les plus brefs délais un projet de loi autorisant « si nécessaire » le recours à la force militaire américaine si l’Iran intervenait dans le conflit comme son ministre des affaires étrangères en a brandi la menace si les forces israéliennes entamaient une opération terrestre à Gaza.

De son côté, le président Joe Biden se rendra mercredi en Israël pour rencontrer les responsables israéliens, avant de partir pour la capitale jordanienne Amman où il s’entretiendra avec le roi Abdallah de Jordanie, le président égyptien al-Sissi et le chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Thèmes : Bande de Gaza | Israël
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
39 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Iran : La mort du président annoncée par les médias d’Etat

Les opérations de recherches se poursuivent dans nord-ouest du pays où a disparu l’hélicoptère transportant plusieurs officiels iraniens, dont le président Ebrahim Raïss. Pour autant, plusieurs médias d’Etat ont déjà annoncé la mort de ce dernier, avec celle de Hossein Amir-Abdollahian, le ministre des Affaires étrangères.

Vladimir Poutine assure que l’armée russe n’a pas l’intention de conquérir Kharkiv

Vladimir Poutine a déclaré vendredi que l’objectif de l’offensive russe dans la région de Kharkiv, en Ukraine, n’était pas la conquête de la ville. Selon le président russe, cette opération militaire répond à des attaques ukrainiennes contre le territoire russe, notamment à Belgorod, et vise à établir une « zone de sécurité » le long de la frontière. Ces propos ont été tenus lors d’une conférence de presse à Harbin, en Chine.

Poutine a précisé que bien que les forces russes progressent quotidiennement, la conquête de Kharkiv n’est pas actuellement envisagée. « Nous créons une zone sanitaire en réponse aux agressions subies sur notre territoire », a-t-il ajouté, en faisant référence aux bombardements ukrainiens sur des zones résidentielles russes.

Du côté ukrainien, le président Volodymyr Zelensky a affirmé que la situation autour de Kharkiv avait été « stabilisée » malgré la nouvelle offensive russe lancée le 10 mai. Lors d’une conférence de presse, Zelensky a indiqué que les troupes russes n’avaient pénétré que jusqu’à 10 kilomètres de la frontière ukrainienne et que dans certains secteurs, il n’y avait eu aucune avancée russe significative.

Zelensky a également expliqué que la construction de fortifications à la frontière avait été rendue impossible à cause des bombardements continus. Il a visité la région jeudi et confirmé que la première ligne de défense ukrainienne, plus au sud, n’avait pas été atteinte par les forces russes. Ces informations ont été rapportées par plusieurs sources médiatiques ukrainiennes, dont RBK Ukraine et Ukrainskaïa Pravda.

Vaccin contre le chikungunya : Bonnes nouvelles pour Valneva

Valneva, une entreprise spécialisée dans les vaccins, a partagé des résultats encourageants issus de l’étude pivot de phase 3 pour son vaccin monodose contre le virus du chikungunya.
L’analyse menée six mois après la vaccination a confirmé l’innocuité et l’immunogénicité du vaccin chez les adolescents, renforçant les données positives initialement observées au 29ème jour post-vaccination.