Revenir à la rubrique : Santé

Le nouveau traitement contre la bronchiolite disponible dans les maternités de La Réunion

L'Agence régionale de Santé fait le point sur un nouveau traitement contre la bronchiolite à La Réunion.

Ecrit par N.P. – le jeudi 07 décembre 2023 à 09H38

Communiqué

Sur la période 2022-2023, 1 787 enfants de moins de 2 ans ont été hospitalisés pour bronchiolite. Les épidémies de bronchiolite sont généralement observées dans l’île pendant la saison chaude, de novembre à mars. Cette maladie, très contagieuse, peut être évitée grâce à un nouveau traitement préventif : depuis cette semaine, le nirsevimab (Beyfortus®) est proposé dans les maternités afin de réduire le risque d’infection chez les nourrissons. Il vient en complément des gestes de prévention qui restent essentiels pour limiter la propagation de cette maladie.

Un nouveau traitement « protecteur »

Souvent bégnine, la bronchiolite peut être très grave, entrainant parfois une hospitalisation en réanimation pédiatrique. Le nouveau médicament nirsevimab (Beyfortus®) va permettre de protéger les nouveau-nés et les nourrissons contre le virus responsable de la maladie.

Ce traitement préventif (anticorps monoclonaux) va empêcher le virus de la bronchiolite d’infecter l’organisme des bébés. Il protège les nouveau-nés et les nourrissons en quelques jours après l’injection et pendant au moins 5 mois.

Ce traitement est disponible dans les sept maternités de La Réunion :
– Centre Hospitalier Universitaire Nord
– Centre Hospitalier Universitaire Sud
– Centre Hospitalier Ouest Réunion
– Groupe Hospitalier Est Réunion
– Clinique Durieux
– Clinique Sainte-Clotilde
– Clinique Les Orchidées.

Il sera proposé aux parents pour les nouveaux nés, avant leur sortie de la maternité.

La campagne d’immunisation contre la bronchiolite a démarré dans l’hexagone en septembre 2023, et a connu un vrai succès. Elle démarre plus tardivement à La Réunion car les épidémies ne sont pas observées au même moment (période saison chaude à La Réunion).

À ce jour, les taux d’adhésion à ce nouveau traitement préventif dépassent les 60%, et atteignent même 80% dans certains établissements.

 

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Met enkor la pa assé!
2 mois il y a

certains et certains n ont pas encore appris d’une certaine escroquerie à la pandémie d’il y a 3 ans maintenant
Maintenant, on touche les bébés à la naissance
De mieux en mieux dans l ignominie!

Julie
Répondre à  Met enkor la pa assé!
2 mois il y a

et vous avez vous discours de je sais tout, pouvez vous nous donner le nombre d’années d’étude que vous avez fait en médecine pour vous permettre de la ramener

Dans la même rubrique

« Plus de 1.600 Evasan par an, et ça n’arrête pas d’augmenter »

Au cœur de la fronde qui oppose certains des élus les plus influents de l’île à l’Etat au sujet du non paiement de certaines prestations dues au CHU de La Réunion, la question du financement des Evasan interroge sur la volonté du gouvernement de maintenir ce dispositif dont le coût est évalué à 10 millions d’euros par an.