Revenir à la rubrique : International

La vie s’est-elle autodétruite sur Mars ?

Des chercheurs français ont publié une thèse dans la revue Nature Astronomy où ils concluent que Mars a pu avoir accueilli la vie, mais que celle-ci s’est elle-même donné la mort.

Ecrit par NP – le vendredi 21 octobre 2022 à 10H36

Une équipe de scientifiques français a publié une thèse selon laquelle la vie sur Mars a pu exister. Pour cela, ils ont comparé l’hypothèse la plus probable de la création de la vie sur terre avec le contexte martien, où l’eau était probablement dans sa croûte.

L’hypothèse de la vie sur terre

Il y a 4 milliards d’années, les conditions pour l’apparition de la vie sur Terre sont devenues favorables pour l’évolution et la complexification de la biosphère. La vie n’avait pas encore créé la photosynthèse, la source primordiale d’énergie aujourd’hui. Les microbes primordiaux utilisaient alors des espèces chimiques (gaz) libérées par la planète.

Des micro-organismes appelés « méthanogènes hydrogénotrophes », se nourrissaient du CO2 (dioxyde de carbone) et du H2 (dihydrogène), alors en grande quantité dans l’atmosphère. En contrepartie, ils relâchaient du méthane (CH4) qui s’est accumulé et a réchauffé le climat. La libération de ces gaz a permis de créer les conditions de l’habitabilité sur Terre.

Une même évolution sur Mars ?

Les scientifiques se sont alors demandé si ce scénario avait pu se produire sur Mars au même moment. L’équipe a alors couplé trois modèles concernant les connaissances et hypothèses sur la planète rouge. Il s’agit du volcanisme à la surface de l’étoile rouge, des caractéristiques physicochimiques de la croûte poreuse de Mars et la biologie d’hypothétiques micro-organismes méthanogènes martiens.

Ce modèle a produit plusieurs scénarios. Plusieurs d’entre eux indiquent que le maintien de l’eau liquide à la surface n’était pas possible et que la glace recouvrait la planète. Dans ce cas, le CO2 et le H2 atmosphériques ne pouvaient pénétrer dans la croûte et alimenter les organismes qui s’y trouvaient potentiellement.

Toutefois, la majorité des scénarios indiquent la présence d’eau liquide à la surface de la planète rouge, au moins dans les zones les plus chaudes. Une situation qui aurait permis la création d’une biosphère souterraine par des micro-organismes méthanogènes.

Une autodestruction de la vie ?

Si effectivement des micro-organismes ont pu vivre dans la croûte martienne, cette biosphère souterraine basée sur la méthanogénèse a considérablement impacté l’atmosphère en surface en consommant la grande majorité de son H2 et relâchant une quantité importante de CH4.

Comme le H2 a un effet de serre plus puissant que le CH4, le climat de Mars s’est brutalement refroidi à la surface, favorisant l’expansion de la glace. Les micro-organismes se seraient alors enfoncés plus profondément pour trouver un climat adéquat, mais se sont donc éloignés de leur source atmosphérique d’énergie. La vie aurait donc rendu Mars moins habitable.

Une hypothèse qui vient renforcer l’idée de « goulot d’étranglement Gaïen » selon laquelle ce ne sont pas les conditions pour l’apparition de la vie qui manquent dans l’univers, mais plutôt que la vie a du mal à garder ses conditions d’habitabilité pour perdurer.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

L’île Maurice va inaugurer la base militaire indienne d’Agaléga le 29 février

Dimensionnée et équipée pour accueillir des navires, des avions et probablement des sous-marins, la base militaire indienne construite sur l’île mauricienne d’Agaléga sera inaugurée le 29 février en présence de Pravind Jugnauth. Le premier ministre de l’île Maurice est pourtant raillé par la population pour avoir nié l’existence de cette enclave militaire indienne sur le territoire national.

Alamanda Polymers, laboratoire du succès de Willy Vayaboury aux Etats-Unis

Grâce à la mobilisation de sa famille à Saint-Pierre et le soutien financier de son associée américaine Joy Bowman, Willy Vayaboury s’est forgé au fil des années une solide réputation à Huntsville, Alabama, dans l’univers impitoyable de la recherche et de l’industrie pharmaceutique.

Les prix du cacao s’envolent, une forte inflation attendue à Pâques

Le prix du cacao a augmenté en l’espace de 18 mois. La tonne se négocie actuellement à 5 874 et 5 386 dollars sur les marchés de Londres et de New York. Cette augmentation représente un pic sans précédent depuis 50 ans. Nul doute qu’à l’approche des fêtes de Pâques, cette augmentation aura une conséquence en bout de chaine pour le consommateur.