Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

La LDH appelle les acteurs publics à mieux respecter les droits de l’enfant

Alors que l’année 2009 est celle du 20ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), la Ligue des droits de l’Homme (LDH) tient à exprimer sa vive préoccupation à l’égard de politiques qui tendent à faire de la jeunesse « une classe dangereuse », tout en ignorant certaines difficultés auxquelles celle-ci est confrontée. Au […]

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 18 juin 2009 à 13H06

Aucune image à la une trouvée pour cet article.

Alors que l’année 2009 est celle du 20ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), la Ligue des droits de l’Homme (LDH) tient à exprimer sa vive préoccupation à l’égard de politiques qui tendent à faire de la jeunesse « une classe dangereuse », tout en ignorant certaines difficultés auxquelles celle-ci est confrontée.

Au gré des diverses réformes, on assiste à un alignement de la justice des mineurs sur le droit de commun. Au nom d’une sorte de présomption de suspicion, on en vient à arrêter des enfants de 6 et 10 ans, à préconiser des contrôles systématiques à l’entrée des établissements scolaires, à tenter de développer un fichage généralisé  des enfants dès le plus jeune âge…Parallèlement, on dénigre le travail de prévention, on retire des moyens à l’Education nationale, on supprime des  postes en Rased et on envisage de supprimer la scolarisation des plus petits au profit de jardins d’éveils, éventuellement payés par les familles.

Ces questions ont été abordées par le comité international pour les droits de l’enfant des Nations unies lors de l’audition de la France. Ce comité s’est aussi dit préoccupé par le nombre de suicides parmi les adolescents (ce qui nous préoccupe évidemment à La Réunion où le taux de suicide chez les jeunes est plus élevé qu’en métropole) et a demandé ce que les pouvoirs publics comptent faire pour venir en aide aux deux millions d’enfants qui vivent en dessous du seuil de pauvreté.
La LDH sera attentive à l’ensemble des observations et recommandations finales du Comité des droits de l’enfant et rappelle que la CIDE s’impose à l’ensemble des autorités françaises. 

Au sortir d’un congrès consacré à « la société de surveillance », elle s’adresse plus particulièrement au ministre de l’Education nationale et au Recteur de La Réunion pour lui demander comment ils comptent prendre en compte les réserves exprimées par le Comité à propos de la base de données Base-élèves.
La LDH se déclare pleinement solidaire des citoyens et en particulier des éducateurs (et directeurs d’école à La Réunion) qui sont menacés ou sanctionnés alors qu’ils entendent que l’exercice de leurs missions ne porte pas atteinte aux droits des enfants et de leurs familles.

« Société de surveillance, vie privée et libertés » sera le prochain thème du dîner-débat de la section de Saint-Denis le 26 juin prochain. Parmi les invités, une représentante syndicale de l’Education Nationale nous fera le point sur les pratiques de fichage des élèves à La Réunion (Renseignement au 0692 69 01 71).
La LDH invite tous les acteurs publics réunionnais à faire vivre ce 20ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant.

Pour la Ligue des droits de l’Homme,
Christophe Pomez
Président de la section de Saint-Denis
Membre du comité central national

PJ : Déclaration du Comité central réuni le 13 juin 2009 : Protéger les droits de l’enfant contre la « société de surveillance ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le Bon sens

(Les humains seraient-il monstrueusement insensés ?)