Revenir à la rubrique : Communiqué | Politique

Jean-Hugues Ratenon : « Beaucoup redoutent une explosion de ces violences et des affrontements entre les habitants »

Le député Jean-Hugues Ratenon souligne l'urgence d'actions concrètes de l'État face aux violences à La Réunion et à Mayotte, appelant à des solutions immédiates lors de la réunion prévue entre le Préfet et les maires de l'île.

Ecrit par N.P. – le mercredi 03 avril 2024 à 14H27
Image d'illustration de Jean-Hugues Ratenon

Le communiqué :

C’est donc cet après-midi que le Préfet de La Réunion organise la réunion, que j’avais demandé dans un courrier le 07 mars dernier au représentant de l’État, avec tous les élus et tous les acteurs concernés par le phénomène des violences dans notre île.

Un problème qui n’est pas si nouveau que ça et j’avais à plusieurs reprises alerté sur le sujet car Mayotte était en proie, et l’est toujours, à des graves crises du fait de la démission de l’État à tous les niveaux : santé, éducation, logement, eau potable, contrôle de l’immigration, co-développement avec les Comores, …mais aussi et surtout la réalisation de l’égalité sociale qui apporterait de meilleures conditions de vie aux Mahorais. Ne pas attendre 50 ans comme pour La Réunion.

Face à la démission de l’État, les habitants de l’ile aux parfums ont exprimé à travers plusieurs manifestations leur colère face aux manques de moyens dans les services publics et face aux violences. C’est ainsi que j’ai mis en garde le Gouvernement depuis plusieurs années sur le risque que ces violences soient importées à La Réunion.

Malheureusement il y a eu très peu de réponses et décisions adaptées de l’État pour enrayer cette spirale. Aujourd’hui la situation est alarmante et dans plusieurs villes des faits inacceptables se produisent. Un climat anxiogène s’est installé dans notre île. Beaucoup redoutent une explosion de ces violences et des affrontements entre les habitants des deux départements français de l’Océan Indien : Mayotte et La Réunion.

Ce n’est pas stigmatiser une communauté en disant cela. C’est la réalité. Ce sont des faits.

Au mois de janvier de cette année : le maire de St André Joé Bédier a écrit au 1er ministre pour notamment poser le problème des enfants isolés. Lettre morte pour l’instant.

Au mois de mars : les maires réunis sous l’égide de l’AMDR ont appelé le représentant de l’État à agir vite. Ils ont, à juste raison, rappelé que la sécurité est de la compétence de l’État. « C’est un souci de manque de moyens humains dans les forces de police et de gendarmerie, mais aussi dans la Justice » a déclaré son président. La population craint que la situation actuelle s’aggrave et que le phénomène de violences entre bandes rivales évolue en guerre de gangs sur fond de trafic de drogue et d’humains.

La Réunion connaît une situation de surpopulation carcérale. On atteint des chiffres inédits. Le Syndicat FO pénitentiaire tire la sonnette d’alarme. On compte 800 détenus pour 560 places à la prison de Domenjod par exemple.

« C’est assez spectaculaire, et on se retrouve avec des effectifs en baisse. 86 détenus sont hébergés au sol parce qu’il n’y a plus de place pour les accueillir. On se retrouve avec des effectifs en baisse », dit encore le syndicat à un média hier.

Cette surpopulation carcérale est aggravée par les transferts de détenus de Mayotte vers les prisons de La Réunion créant des tensions entre les détenus. Un problème que j’ai constaté moi-même lors de mes différentes visites dans les centres pénitentiaires pour lequel j’ai demandé au Gouvernement d’agir, comme la construction d’une 2ème prison à Mayotte ou de transférer ces détenus dans les établissements de l’Hexagone.

Les problèmes sont connus. Des propositions sont avancées par les uns et les autres. L’État ne peut plus et ne doit plus se défausser. La balle est dans son camp et ne pas faire semblant de s’en occuper réellement comme en annonçant l’interdiction des ports d’armes et les combats de rue ! C’est enfoncer des portes ouvertes.

La réunion de cet après-midi, prévue à 14h en préfecture, doit déboucher sur des décisions concrètes et immédiates. Il faut arrêter avec les « grandes messes ».

  • Régler les problèmes des transferts de détenus. S’il est possible de transférer des détenus de Mayotte vers La Réunion, pourquoi ne pas le faire aussi dans le sens inverse ?
  • Solutions concrètes pour les mineurs isolés et délaissés.
  • Augmenter les effectifs de police, gendarmerie spécialisés dans les violences urbaines et de la lutte contre la drogue.
  • Augmenter les effectifs dans les prisons.
  • Augmenter les effectifs de la PAF.
  • Réaliser l’égalité sociale et donner plus de moyens aux services publics de Mayotte.
  • Interdiction du muringué dans l’attente d’une codification.
  • Etc..

J’espère que c’est l’objectif de la réunion de cet après-midi.

Jean Hugues RATENON

Député de La Réunion

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Emmanuelle Wargon : “La Réunion peut progresser sur le photovoltaïque”

Pour son troisième jour de visite, Emmanuelle Wargon, la présidente de la commission de régulation de l’énergie, s’est rendue dans la nouvelle centrale photovoltaïque de la rivière des Galets au Port. L’ancienne secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire du gouvernement d’Edouard Philippe a salué les progrès de l’île pour la transition énergétique.