Revenir à la rubrique : Faits divers

Il agresse la secrétaire et le docteur de SOS médecin à 2h du matin

La nuit du 11 au 12 juillet dernier ne fut pas de tout repos pour SOS médecins nord. Il est 2h du matin lorsqu'un individu fortement alcoolisé fait irruption dans les locaux et agresse verbalement la secrétaire médicale.

Ecrit par 1167938 – le jeudi 14 juillet 2022 à 06H26

Jean-Yves N., 44 ans, a un besoin urgent de voir un psychiatre et, alors qu’il a beaucoup bu, il décide de rendre une visite qui n’a rien de courtoise à SOS médecins nord. Il insulte la secrétaire médicale et lui lance : « Je ne parle pas aux femmes, mi totoche a ou« , puis s’en prend au mobilier. Le médecin de permanence, occupé avec un enfant en détresse respiratoire, sera obligé de sortir pour le prendre à part dans un autre cabinet.

Il s’installe, met les pieds sur le bureau et lui jette sa carte vitale à la figure. Loin de se calmer, il balance ce qu’il trouve, obligeant le médecin à retourner à l’accueil. Fort heureusement, le praticien finit par le maitriser en attendant la police. Il est contrôlé à 1,12 g/l d’alcool dans le sang, placé en dégrisement puis en garde à vue. 

À la barre, il reconnait les faits, expliquant qu’il voulait que le docteur l’envoie par ambulance au CHU pour voir un psychiatre car il est lunaire et bipolaire. « Je souhaite me soigner », explique-t-il au président.

Comparaissant sous le coup d’un contrôle judiciaire pour des faits identiques à la mairie de Saint-Denis en juin dernier, il prétend ne plus s’en souvenir. Interrogé sur les 14 mentions de son casier, le prévenu devient laconique, affirmant : « C’est du passé, j’ai payé, je n’ai rien à dire« .

Le parquet souligne « la gravité des faits » et demande « une haute sanction au regard de son casier judiciaire » en requérant 2 ans de prison dont 1 an de sursis probatoire ainsi que le maintien en détention.

« Il souhaite la détention afin d’être pris en charge pour régler son problème psychiatrique« , répond la défense qui plaide pour une partie ferme moins importante.

Le prévenu est condamné à 1 an de prison dont 6 mois de sursis probatoire. Un mandat de dépôt est décerné à son encontre. 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Agression sexuelle incestueuse : Comment en apporter la preuve 20 ans après ?

Accusé d’agression sexuelle sur sa nièce il y a vingt ans, un oncle fait face à la cour d’appel après une relaxe controversée à St-Pierre. Entre souvenirs douloureux et absence de preuves matérielles, la quête de vérité confronte la justice à un défi. La décision attendue le 26 septembre pourra-t-elle apporter une réponse à ce drame familial présumé ?

Chronique judiciaire : Les différents profils des prédateurs de mineurs

Lors de l’audience du tribunal correctionnel de Saint-Pierre de jeudi dernier, plusieurs audiences concernaient des faits d’agressions sexuelles sur mineurs. Si les intentions des prévenus étaient les mêmes, ce sont les différents types de profils et de contexte qui interpellent, démontrant malheureusement que le danger peut venir de partout.