Revenir à la rubrique : Mayotte

Emmanuel Macron à Mayotte pour l’opération ”Wuambushu” ?

Le président aurait pour projet de se rendre sur l’île aux parfums afin d’observer le déroulement de l’opération “Wuambushu”, nom de code de la grande opération anti-immigration clandestine. Cette dernière serait dirigée par nul autre que Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer.

Ecrit par 2572106 – le vendredi 24 février 2023 à 10H48

La grande “opération spéciale” que la place Beauvau voulait secrète s’étale désormais largement dans la presse. Décrite une première fois par Les Nouvelles de Mayotte, puis confirmée par les journalistes du Canard enchaîné dans l’édition du 22 février, l’opération “Wuambushu” semble prendre une autre ampleur. Signifiant en shimaoré “une tentative pour la première fois”, cette offensive viserait à mettre un coup d’arrêt à l’immigration clandestine. 

On annonçait déjà que les opérations seraient organisées par Gérald Darmanin, il semble désormais que le président en personne souhaite venir y adouber son protégé. Normalement prévu pour courant avril, afin de coïncider avec le débat parlementaire sur le projet de loi “asile et immigration”, cette opération serait surtout un tremplin pour Matignon pour le ministre de l’Intérieur, toujours selon le Canard. 

Toujours aucune vraie solution pour les problèmes de fond de Mayotte

Un corps expéditionnaire de cinq escadrons de gendarmes mobiles serait mobilisé, avec les effectifs locaux des forces de l’ordre. Si aucune information officielle n’a fuité du côté du gouvernement, le mois d’avril semble avoir été choisi pour lancer l’intervention. De son côté, la section régionale du syndicat de la magistrature dénonce une instrumentalisation de la justice et “exprime ses plus vives inquiétudes car cette opération s’inscrit également dans un calendrier politique précis, guidé par une logique sécuritaire et démagogique”. 

Le tribunal administratif de l’océan Indien (Réunion-Mayotte) se tiendrait prêt à faire face à la pluie de recours qui va logiquement suivre cette vague d’interpellations. Une chose est sûre, les bulldozers pour détruire les bangas sont déjà prévus. Au contraire, rien n’a fuité sur l’avenir de l’île aux parfums après cette opération. 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Choléra à Mayotte : L’ancienne directrice de l’ARS accuse les élus d’être responsables

Dominique Voynet, qui fut ministre de l’Environnement dans le gouvernement de Lionel Jospin et directrice de l’Agence régionale de santé de Mayotte de 2019 à 2021, appelle l’État à accélérer les travaux d’assainissement des eaux usées sur l’île pour freiner le risque de propagation du choléra. Et elle n’hésite pas à pointer du doigt la responsabilité des élus locaux, accusés d’immobilisme.

Un enfant meurt du choléra à Mayotte

Il s’agit du premier décès recensé par l’Agence régionale de santé. L’enfant habitait dans le quartier de Koungou dans lequel plusieurs cas de choléra ont été identifiés ces dernières semaines.

Mayotte : 26 cas de choléra détectés par les autorités

L’île aux parfums fait face à une augmentation préoccupante du nombre de cas de choléra. Alors que les autorités sanitaires avaient déjà repéré 13 cas, deux jours plus tard, ce sont pas moins de 26 personnes qui ont été diagnostiquées. Un centre de vaccination a été mis en place à Koungou, principal épicentre de l’épidémie.