Revenir à la rubrique : Mayotte

Assassinat d’un jeune Mahorais à Reims : Un Guadeloupéen du même âge suspecté

Un homme de 21 ans a été mis en examen pour l’assassinat d’un Mahorais à Reims. La victime avait été retrouvée agonisante sur le parvis d’une église.

Ecrit par 1776023 – le vendredi 04 novembre 2022 à 10H24

Le jeudi 27 octobre, un jeune mahorais de 21 ans était retrouvé grièvement blessé sur le parvis de l’église Saint-Thomas à Reims. Il présentait une blessure à la tempe. Transporté à l’hôpital dans un état critique, Abraham Amada succombera à ses blessures deux jours plus tard, samedi 29 octobre. 

L’enquête a permis l’interpellation d’un homme du même âge, originaire de Guadeloupe. Il est suspecté d’avoir tué la victime, qu’il connaissait, à l’aide d’une arme à feu. Son interpellation a eu lieu lundi alors qu’il se promenait dans la rue avec un molosse et un couteau à la ceinture.

Il a reconnu les faits lors de sa garde à vue en expliquant avoir été menacé avec arme par la victime. L’auteur présumé explique qu’il était ensuite parti récupérer son arme de poing afin d’exiger des excuses de la victime. Ne les obtenant pas, il a fini par lui tirer dessus. Durant son audition, il a répété « à plusieurs reprises qu’il n’aurait pas agi » si la victime s’était excusée.

L’auteur présumé a été placé en détention provisoire. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Il faut peut-être en tuer » : Le vice-président du Département de Mayotte condamné à 3 mois de prison avec sursis

Salime Mdéré était jugé pour avoir déclaré en direct sur une chaîne de télévision publique mahoraise « Il faut peut-être en tuer » au sujet des délinquants qui affrontaient la police lors de l’opération Wuambushu. Trois mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende avaient été requis. Le tribunal a décidé d’aller au-delà des réquisitions et le condamner à trois mois de prison et 10.000 euros d’amende pour provocation publique.