Revenir à la rubrique : Faits divers

Affaire « Subutex » : Le chef de cabine d’Air France en cavale

Rebondissement dans l'affaire de la fuite du "PNC" d'Air France. Révélé en début de semaine dans le Journal de l'île, celui qui était assigné à résidence dans un hôtel mauricien pour détention de substances illicites aurait pris la fuite en hors-bord depuis Maurice direction la Réunion... puis la métropole. Il serait donc dans l'Hexagone, en homme libre.

Ecrit par Magali Payet – le vendredi 10 juillet 2009 à 11H43

La cavale de Christophe Caterino, ce steward de la compagnie aérienne Air France qui purgeait sa peine à l’île Maurice pour avoir transporté dans ses valises quelques 50.000 cachets de « subutex », vire au roman policier… Le jeune homme de 34 ans aurait été aidé par un certain Vincent Lejeune. Ce dernier se serait procuré le bateau à bord duquel ils sont arrivés à la Réunion avant de s’envoler pour Paris.

Les autorités mauriciennes sont déterminées à retrouver le fugitif français. Le Journal de l’île indique dans ses colonnes que « même après le mandat d’arrêt international qui doit être délivré par le ministère public de Port-Louis (…) Christophe Caterino ne sera pas extradé. Car il n’existe pas de convention d’extradition entre les deux pays, et la France n’a pas pour règle d’extrader ses propres ressortissants. À noter aussi que la justice française n’a pour l’instant rien à reprocher au parisien ».

Son procès en appel devrait tout de même avoir lieu en l’absence du concerné. Reste à savoir maintenant ce qu’il va advenir dudit fugitif…

Le Journal de l’île indique par ailleurs que « l’affaire Caterino » prend une tournure politique. L’opposition mauricienne a interpellé le Premier ministre sur la surveillance des côtes de l’île sœur.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Leu : Le père de famille absent à son procès, mais bien présent dans la terreur

Un quadragénaire était jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir fait vivre un cauchemar à la mère de son fils et à sa famille. En plus des violences et des menaces de mort, il est soupçonné d’avoir dégradé plusieurs véhicules. Faute de preuves matérielles pour ces derniers faits, le tribunal a préféré aller au-delà des réquisitions sur le reste afin d’assurer la paix aux victimes.

Elle tente de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans les bagages

Un couple était jugé jeudi 18 avril 2024 par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour blanchiment d’argent, abus de biens sociaux et transfert d’argent non déclaré entre pays. La femme a tenté de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans ses bagages. Un couple atypique dont la gestion du magasin et des finances étonne. Le jugement a été mis en délibéré.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : Un procès au goût amer dont l’épilogue est attendu le 21 mai

Le procès de Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, s’est conclu après d’intenses débats judiciaires sur des accusations d’emplois fictifs et de détournement de fonds. Le délibéré de cette affaire politico-judiciaire, très attendu, sera rendu le 21 mai, en pleine période électorale. Les avocats des 11 prévenus, vent debout contre l’enquête préliminaire menée par des policiers spécialisés en la matière, ont unanimement plaidé la relaxe.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « La fin ne saurait justifier les moyens »

La procureure de la République Véronique Denizot a demandé la condamnation des 11 prévenus de l’affaire des emplois présumés illégaux de la Région, ce jeudi lors de la quatrième journée du procès, une peine de 5 ans d’inéligibilité étant notamment requise pour l’ancien président Didier Robert, visé pour prise illégale d’intérêts et détournement de fonds . L’actuelle mandature de la Région, partie civile du procès, a demandé un préjudice à hauteur de 1,5 million correspondant à la somme des salaires versés aux huit conseillers techniques poursuivis pour recel.