Courrier des lecteurs

L'arnaque du grand débat

Dimanche 27 Janvier 2019 - 17:19

L'arnaque du grand débat
Les Gilets Jaunes, au départ, revendiquent plus de justice fiscale, de démocratie, et des politiques rendant la vie plus simple. A la place, ils ont droit à un Grand Débat à base de réunions publiques et de discours fleuves d’Emmanuel Macron. Tout cela pour résorber la fracture entre le pays et la classe politique? On peut en douter.

Une lettre du Président à tous les Français, une plate-forme numérique, des discours marathons retransmis par toutes les chaînes d’infos, une secrétaire d’état co-animant une émission avec un célèbre présentateur: l’exécutif n’a pas lésiné sur les moyens pour mettre en scène le Grand Débat National. Grand Débat voulu par M. Macron lui-même comme symbole d’un dialogue restauré entre les Français et leurs dirigeants.

Au-delà de la forme déjà discutable, c’est l’initiative qui pose problème: pour qu’il y ait débat, il faut que les débatteurs soient sur un relatif pied d’égalité, sans que l’un d’entre eux soit à la fois organisateur, juge et partie. Emmanuel Macron impose le Débat, décide de sa forme, pose les questions, choisit les thèmes, sélectionne les contributions retenues, et finalement prend les décisions. Avec sa lettre aux Français, le Président fixe le cadre théorique du Débat en des termes qui rendent impossible toute remise en cause de sa politique ou de l’idéologie qui se cache derrière.

Par exemple, pour réduire la pression fiscale, on pourrait envisager d’augmenter la contribution des plus privilégiés. Pour M. Macron, c’est simplement inconcevable. Par exemple, le retour de l’ISF n’est pas un débat. Tout comme l’injustice de la taxe foncière, la même pour deux propriétés équivalentes dans une même commune, mais dont l’une est le fruit d’un héritage familial tandis que l’autre est en train de se construire à coup d’endettement sur des décennies. Tout comme il est inconcevable de ne pas tailler dans le budget de l’Etat, même si cela permettait de rendre nos hôpitaux ou nos administrations un peu plus efficaces.

Le Débat est donc profondément biaisé. Car si, comme le présente Emmanuel Macron dans sa lettre, aucune question n’est interdite, en revanche, certaines réponses le sont. Dès lors, le Grand Débat apparaît tel qu’il est: une grande opération de communication destinée à nous expliquer encore une fois combien la politique gouvernementale est indispensable, quand bien même nous ne l’aurions pas encore comprise.

Le but n’est pas de discuter d’égal à égal sur les problèmes du pays, mais de nous convaincre que les "solutions" que l’on nous impose sont les bonnes, qu’on les veuille ou non. Une curieuse conception du Débat. D’autant plus gênante qu’elle permet à Macron de s’offrir une tribune en or pour exposer son projet politique à quelques encablures d’une élection européenne qui s’annonce à hauts risques pour le parti présidentiel. Bien sûr, le tout aux frais du contribuable.
Depuis plusieurs semaines, le pays traverse une crise politique sans précédent.

Dans ce contexte, le Président devrait faire primer l’écoute, le dialogue, et la réconciliation, sur l’idéologie afin de maintenir l’unité de la nation. Il a choisi une autre voie: plutôt que d’engager un réel dialogue, il a opté d’en donner l’illusion: de favoriser l’image sur le réel, soit précisément ce que les Français ne tolèrent plus.
Bruno Bourgeon
Lu 1117 fois



1.Posté par GIRONDIN le 27/01/2019 18:13

C'est dit.

2.Posté par JORI le 27/01/2019 20:01 (depuis mobile)

Je ne vois pas vos solutions, est ce un oubli de votre part ?. Quelqu''un disait: " la critique est aisé mais l''art est difficile. Mais comme vous savez qu''il ne sortira rien de ce grand débat, pouvez-vous aussi me donner les numéros du loto du coup ?

3.Posté par Pierre Balcon le 28/01/2019 07:43

En 1996 on a eu droit aux Assises du développement qui se sont terminées en eau de boudin. On a mis la poussière sous le tapis et tout le monde est rentré à la maison

En 2008 Mme Le Penchard nous a offert les Etats Généraux du développement qui se sont terminées en un Comité téodule dont on n'a plus entendu parler.. La seule séquelle de l'exercice est qu'on nous a "collé" un sous préfet de plus , venant de l'oligarchie parisienne .

En 2016 Mme Bareigts a prétendu innover en lançant une consultation citoyenne par internet dont on ne se souvient même plus de la suite.

Mme Girardin, qui ne voulait pas être en reste, a remis le couvert avec des Assises en 2018. Je mets au défi quiconque de me trouver un participant à cette mascarade , en dehors des fonctionnaires de la rue Oudinot.

Aujourd'hui on nous invite au Grand Débat .

Bon appétit .

En réalité cette pseudo démocratie participative directe est devenue un simple moyen de manipulation des masses . L'outil caché , ce ne sont pas les rencontres organisées par le Prefet , ce sont les médias qui font ou défont les "opinions" . La cible : les boites crâniennes décervelées des foules, sur laquelle Gustave Lebon a tout dit ..

Jetons tout ce fatras aux orties et exigeons des institutions vraiment démocratiques .

Et d'abord attachons nous au respect de notre Constitution ( à rendre les cas échéant encore plus démocratique ) qui dit que :

- c'est le Gouvernement ( responsable devant le Parlement ) qui détermine et conduit la politique de la Nation ;
- le rôle du président est limité à être le gardien de nos institutions et l'arbitre ( pas un jouer de terrain )
- c'est à notre Parlement de définir le régime de notre monnaie ( pas à la BCE ) ;
- La France est une république décentralisée et les collectivités disposent d'une libre administration de leurs affaires . Ce n'est donc pas au Gouvernement d'arrêter leur régime fiscal et de supprimer sans consultation la taxe d'habitation qui va assécher leurs ressources.
- les médias sont libres et le CSA ( qui devrait être indépendant ) est le gardien de cette liberté. Donc stop à la concentration des medias dans les mains de milliardaires .
- La justice devrait être elle même indépendante et rendue au nom du peuple

4.Posté par microipi le 28/01/2019 08:50

avec macron c'est parle à mon c.. ma tête est malade ce mec fait son cinéma il joue la montre et il se fout du monde sa page est écrite il ne bougera pas , la France ira à la catastrophe et c'est voulu par le système qui vivra verra.

5.Posté par JORI le 28/01/2019 14:24

4.Posté par microipi le 28/01/2019 08:50
Quel est donc cet intérêt secret qu'aurait macron et donc selon vous la finance, à ce que la France aille à la catastrophe?. Dites moi donc ce qu'ils auraient à gagner??.

6.Posté par A mon avis le 28/01/2019 18:53

Monsieur Bourgeon, vous me donnez l'impression d'être dans la même posture que celle que vous reprochez à Macron : c'est à dire celle de "la sourde oreille" : en effet, vous condamnez, à priori le "grand débat" au prétexte que son organisation ne vous convient pas parce que Macron est sourd aux désirs des Français !

Je vais me faire l'avocat du diable.

Si je reprends votre phrase critique :
"Emmanuel Macron impose le Débat, décide de sa forme, pose les questions, choisit les thèmes, sélectionne les contributions retenues, et finalement prend les décisions."

- Nous pouvons remarquer que l'initiative d'un débat national de cette ampleur n'a jamais été proposé en France. Et contrairement à ce que vous dites en conclusion, c'est bien une forme de dialogue qui est enclenchée par ces débats.

- Et qu'un tel débat ne peut être réalisé sans organisation !
(remarque : on ne peut pas dire que les débats "libres" organisés sur les ronds-points débouchent sur des revendications très nettes qui évoluent au fil des semaines, et il n'est pas certain que toutes ces propositions fassent l'unanimité ni même soient approuvées par la majorité du peuple français : une foule, n'est pas le peuple)

Certes une organisation, quelle qu'elle soit, est toujours critiquable. Mais on peut observer que la participation de chaque citoyen est possible sous de multiples formes proposées, et même que chacun est encouragé à organiser ses propres réunions, et à proposer ses propres sujets, ce que vous ne manquerez pas de faire j'imagine !

Les thèmes abordés sont encadrés et balisés, dites vous. Macron fixe SES limites et SON cadre. Rien de plus logique qu'il rappelle le programme sur lequel il a été élu, et le cap que lui et son parti se sont fixés.
Mais il est dit aussi comme vous le remarquez qu'aucune question n'est interdite : et c'est aux citoyens qui participeront au débat d'exposer ce qui ne va pas et de faire des propositions. A ce niveau là tout semble possible.

Vous dites aussi : Macron "sélectionne les contributions retenues, et finalement prend les décisions."

Là, vous êtes dans le procès d'intention.

(prendre des décisions : c'est bien le président de la République et le gouvernement en place qui auront la compétence finale de prendre les décisions)

Mais, personne à ce stade du "grand débat" n'est capable de dire, s'il y aura une forte participation, et surtout ce qui sera fait de ses résultats, quelles contributions seront retenues, et quelles décisions seront prises.

C'est là la seule et vraie et grande question

Et là, le président de la République, n'a pas intérêt à se rater, car les conséquences pourraient être redoutables s'il n'en tenait pas compte. A-t-il mesuré l'ampleur du chantier qu'il a ouvert ?

Mais refuser a priori de participer, comme le préconisent la plupart des gilets jaunes n'est pas constructif, et surtout pas très responsable.

7.Posté par MARTIN LANE le 28/01/2019 22:35

@ mon avis : vous êtes encore trop jeune pour comprendre: les intérêts des banques ne sont pas les mêmes que ceux des citoyens lambda, comme l'intérêt des lobbys ne sont pas ceux d'un état.
Revenez nous chanter les vertus de Macron après les "européennes " parce qu'aujourd'hui, ce " débat" ressemble plus à une campagne pour l'U.E. qu'a une volonté d'écouter les français.
Les parlementaires de l'opposition ne sont pas muets : à quoi servent-ils, puisque depuis le début du mandat de Macron aucune de leurs propositions, aucun de leurs amendements n'a été écouté, voté ni même discuté.
Et aujourd'hui, Macron a besoin de l'avis des gaulois réfractaires, des illettrés, des riens, de ceux qui ne trouvent pas la langue de goethe musicale, de ce peuple sans culture, des alcooliques , des feignants, de la foule haineuse POUR SUBITEMENT TROUVER UNE SOLUTION ?
Votre naïveté me désarme, mais " les grands soirs " ne sont jamais venus autrement que par l'affrontement d'un pouvoir contre un autre .
Sachez aussi que cette colère du peuple n'est pas dirigée uniquement contre le président de la France, mais contre tout les gouvernements en place qui favorisent l'enrichissement des plus riches.
Ce n'est pas parce que les français accepteront une taxe " écologique" ( ou non ) que le problème sera réglé.
Croyez -vous que la sécu, les congés payés, l' école, l'université, les retraites, le R.S.A. les logements sociaux, le réseau d'eau, d'électricité et bien d'autres choses ont été donné " cadeaux" ?
Que pensez-vous de sa " politique " en tant que Ministre de l'économie ? ? En avez-vous mesuré les conséquences ?Croyez-vous encore en son "humanisme", sa " bonne foi" ?
Macron n'a pas été élu sur un programme, mais dois-je vous le rappeler, sur un projet , et le plus fort de son projet va à l'encontre du résultat d'un référendum qui fut proposé en son temps et dont le résultat n'a pas été respecté .Il se gardera bien de le proposer une nouvelle fois aux français, carLa plupart des français rejette l' U.E. et ça a l'air de vous échapper !
Qu'est-ce que ce " grand débat",sinon une campagne électorale ?
La participation au débat des gens contre l'ordre établi ne sera ni écoutée, ni entendue et encore moins prise en compte, alors on peut remplir des "cahiers", en ayant autant d'illusions qu'en mettant un bulletin dans une urne.

8.Posté par Luc-Laurent Salvador le 29/01/2019 11:38

Priscillia Ludosky sur Change.org a mis en ligne l'article de Mediapart qui, au-delà des points déjà mentionnés par Bruno Bourgeon, démontre avec témoignages et documents à l'appui une féroce volonté de Macron de noyauter le grand débat.

Ce dernier n'a pas commencé qu'il est déjà mort-né. C'est une arnaque, point barre. Seuls les gogos ne le voient pas ou ne veulent pas l'entendre (il n'est pire sourd etc.)

L'article de Médiapart est (encore ?) disponible ici :
https://drive.google.com/file/d/1pDRSS25sl203BPA0JIMNnlOtaAwMJCqb/view?usp=sharing

9.Posté par A mon avis le 29/01/2019 13:28

@ 8.Posté par Luc-Laurent Salvador

(il n'est pire sourd etc.)
Je ne vous le fais pas dire !......

Branchez votre sonotone !

10.Posté par A mon avis le 29/01/2019 13:34

@ 7.Posté par MARTIN LANE :

Votre laïus n'apporte aucun argument. Vous ne faites qu'énumérer les récriminations que vous répétez à longueur de commentaires.

Ne pas participer !
Ne pas voter !

Et rouspéter !


Telle est votre devise

11.Posté par JORI le 29/01/2019 17:38

8.Posté par Luc-Laurent Salvador le 29/01/2019 11:38
Dans tous les cas, s'il en sort quelque chose de ce grand débat les gj ne pourront pas se l'approprier et c'est pour cette raison qu'ils combattent ce débat de peur que l'on finissent par dire qu'ils n’auront rien apporter hormis la violence et la destruction. Pour rappel, deux autres manifestations ont eu lieu le week-end dernier, et les forces de l'ordre n'ont pas eu besoin d'y faire d'intervention et il n'y a eu ni violence ni dégradation. Excusez moi du peu!!.

12.Posté par Pierre Balcon le 29/01/2019 20:25

En effet , ce week end une manifestation de foulards rouges bien ordonnée !

Lors de cette manifestation macroniste des Foulards rouges, ce dimanche, la face réelle des « élites » s’est révélée aussi méprisante, mauvaise et grotesque que celle de leur champion, M. Macron.

Sur un panneau au graphisme mal plagié de l’artiste activiste Voltuan, ils affirmaient : « Nous sommes sans armes vous êtes sans âme », déniant ainsi aux gens du peuple le statut d’humains.

Tout au long du cortège, des insultes ordurières aux Gilets jaunes ont jailli de ces rentiers convenables, de ces retraités en loden, de ces bourgeois chapeautés :
« on vous nourrit, les chiens »,
« on va vous crever les tarés »,
« allez bosser, bande de cons »,
« fachos »,
« pourris »,
« assistés »,
« mort aux cons »,
« enfants gâtés »...
Et ils terminèrent leur démonstration de haine en scandant « merci la police » et « Gilets jaunes au boulot"

Oui, de quel côté se trouve, massivement, la violence et le fascisme ?

13.Posté par JORI le 29/01/2019 21:54 (depuis mobile)

12. Balcon. Selon vous vos amis gj seraient moins injurieux, moins violents, moins destructeurs, moins fascistes.... Nous ne lisons alors pas la même chose sur leurs gilets. Rappelez moi juste le montant des dégâts occasionnés par les 2 manifestation

14.Posté par MARTIN LANE le 29/01/2019 22:37

@ Amon avis : Je suis un acteur du tissu associatif et encore plus actif dans le monde économique. Si vous ne vous rendez pas compte des difficultés rencontrées par les actifs et les créateurs de richesses face à une administration publique dévoreuse de temps, d'énergie et de fonds , alors, je comprends votre complaisance dans le " projet Macron", mais attention : le collier étrangleur se serre et la laisse se raccourcit.
Mais je vous pose une question : qu'avez-vous aimer dans les actes de Macron en tant que ministre des finances , qui vous fassent aujourd'hui apprécier sa "politique" en tant que "président " ?
Me ferez-vous l'honneur, pour une fois, de décrire les actes politiques ou économiques qui vous font tant admirer le comportement et ses retombées au plan national comme à l'international , ou comme Jori, répondrez-vous par une autre question
Dire que mon précèdent post n'apporte aucun argument : je vous trouve sur ce point très " léger ", puisque vous-même, vous n'apportez aucune réponse ni argument .

15.Posté par A mon avis le 29/01/2019 22:41

@ 12.Posté par Pierre Balcon
Quelles sont vos sources ?

Libé n'est pas "macroniste"
https://www.liberation.fr/planete/2019/01/27/foulards-rouges-pour-la-police-et-le-dialogue_1705814

16.Posté par JORI le 30/01/2019 02:43 (depuis mobile)

14. Martin lane. Les gj, vos amis, doivent alors vous en vouloir de ne pas partager avec eux la richesse que vous dites produire. Vous devez donc faire partie de ces entrepreneurs qui exploite ses salariés. Enfin c''est ce que disent vos amis gj!!.

17.Posté par A mon avis le 30/01/2019 13:17

@ 14.Posté par MARTIN LANE :
Il s'agit ici de parler du grand débat, pas de la politique de Macron !

18.Posté par Luc-Laurent Salvador le 30/01/2019 17:09

@ 12. Pierre Balcon : bravo, excellent portrait. On voit tout de suite à qui on a affaire avec ces foulards rouges.

@ 14 Martin Lane : j'ai peur qu'il n'y ait pas de réelle possibilité de dialogue avec "a mon avis" et jori. Il faut s'en faire à l'idée. Comme dirait l'autre, l'échange, il y a des maisons pour ça !

19.Posté par JORI le 30/01/2019 19:36

18.Posté par Luc-Laurent Salvador le 30/01/2019 17:09
Il vous suffit juste de me prouver que ce que je dis serait faux!!.

20.Posté par MARTIN LANE le 30/01/2019 23:21

Mon dieu-jésus-marie-joseph ; à mon avis propose des liens qui confirment que la majorité du peuple français ( ou de la population, pour ceux que ce mot écorche)n'est pas représentée à l'Assemblée Nationale.
Jori qui nous affirme que la richesse produite en France ne vient pas de la sueur du front des travailleurs.
Et tout les deux viennent nous parler de débat ??
Et ces deux-là ne répondent à aucune questions simples, de bon sens et d’expérience : je les soupçonne d'être bien au frais et de n'avoir d'autre occupation que de trainer sur ce blog ( il sont présents tout les jours, à chaque heure )
Quand à exploiter des travailleurs : sachez que leurs payes est aussi importante pour moi, que la survie de l'entreprise : pas de boulot, pas de marché, c'est fermeture et 10 employés chez paul.
Sachez aussi Jori, que loin d'être satisfait des blocages de routes de gilets jaunes, nous sommes quelques entrepreneurs à les soutenir et à ne pas " chouiner " pour quelques milliers d'euros de perdus, mais que ceux qui profitent déjà d'exemptions de taxes, de report de payement sont les mêmes qui disent accuser 700 millions de " pertes" pour 10 jours : vous ne voyez toujours pas l'arnaque ?
Et si on s'attardait sur les chiffres du chômage du 4 eme trimestre 2018 ?
Messieurs Jori et à mon avis : comment expliquez-vous ce rebond ? Comment, alors que les gilets jaunes ont empêché l'activité économique de l'île que des dizaines d'entreprises ont fermé, que celle qui devait éclore ne l'on pas pu, expliquez-vous l'embellie des chiffres du chômage ?
Mais si le boulot de Macron est de diviser les français, alors, je lui tire mon chapeau .

21.Posté par A mon avis le 30/01/2019 23:21

@ 18.Posté par Luc-Laurent Salvador :
Votre commentaire est débile pour plusieurs raisons :
- il n'a aucun rapport avec le sujet de l'article de Monsieur Bourgeon : l'organisation du "grand débat"
- vous approuvez le "portrait" fait par P Balcon : ce n 'est pas un portrait mais le rapport de soi-disant insultes, dont P Balcon ne site pas ses sources !
- vos appréciations et sous-entendus sont simplement d'une stupidité affligeante !


22.Posté par JORI le 31/01/2019 01:49 (depuis mobile)

20. Martin lane. Où aurais je écrit que la richesse ne viendrait pas de la sueur des travailleurs ?. Vous n''arrivez même pas vous même à me donner les noms des centrales hydrauliques que macron aurait vendu alors que vous l''affirmez.

23.Posté par JORI le 31/01/2019 01:52 (depuis mobile)

20. Martin lane. Pourtant ça devrait être simple pour vous puisque C'est vous même qui l'affirmez. Et pourtant rien. Ah si, vous préférez faire diversion en prétendant que je ne vous réponds pas. C'est plus facile pour vous.

24.Posté par JORI le 31/01/2019 02:05 (depuis mobile)

20. Martin lane. Avec mon complexe d''infériorité Je vais avoir du mal à répondre à vos questions là où vous voyez les agissements d''un comploteur. J''ai du mal à voir la société que vous voulez. D''autant plus quand vous ne pouvez prouver vos dires.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Février 2019 - 16:26 la dengue et les dépôts sauvages!!!!!

Jeudi 14 Février 2019 - 16:08 Le Président des riches