Social

Malaise à GET 974: Les contrats aidés pourraient chasser les ex-emplois jeunes


Après concertation, les salariés ont décidé de suspendre leur intention de faire grève
Après concertation, les salariés ont décidé de suspendre leur intention de faire grève
Une délégation de trois représentants du personnel de l'entreprise GET 974 a été reçue comme convenu ce matin en mairie de Saint-Leu.

Autour de la table, les élus et représentants ont répondu présents. Le Conseil général a diligenté la responsable du service transports, le TCO a fait de même. Le directeur de cabinet du TCO, le 1er vice-président du TCO, le 1er adjoint du maire de Saint-Leu et les deux conseillers généraux de Saint-Leu sont venus prendre la mesure de l'inquiétude de la vingtaine de salariés de l'entreprise implantée à Saint-Leu et Trois Bassins et spécialisée dans l'accompagnement dans les transports collectifs.

Après avoir pris connaissance de leur situation, les élus et responsables de service ont obtenu du personnel que tous s'accordent un délai d'une semaine pour clarifier les choses.

Rémy Gara, délégué syndical UNSA GET 974, considère qu'il était plus judicieux pour ses collègues et lui de calmer le jeu d'ici vendredi prochain. Tout d'abord pour donner une marge de manoeuvre aux politiques mais aussi pour des raisons financières, la première intention du personnel étant d'engager une grève dès aujourd'hui, selon l'évolution de la discussion.

Cet horizon n'est pas abandonné mais le personnel en appelle désormais à la responsabilité de tous les responsables de services et des élus, en leur donnant rendez-vous vendredi prochain à la même heure.

En cas d'échec, "nous déposerons un préavis de grève lundi 24 novembre à notre direction", prévient Rémy Gara. Une direction qui ne s'est d'ailleurs pas présentée ce matin lors de ce tour de table, ce qui a surpris le syndicaliste.

Les salariés de GET 974 étaient les emplois jeunes des années 2000

Rappelons que le renouvellement du marché public du Conseil général vis-à-vis de ce prestataire pourrait indirectement déboucher sur une forte dégradation de l'emploi chez 20 salariés. Il leur a été proposé d'accepter, soit un CDI à temps complet mais seulement pour 6 d'entre eux (sur 20 CDI), soit d'accepter que 14 emplois soient sauvés mais à temps partiel et avec des charges de travail supplémentaires. La troisième voie est sans issue : c'est le licenciement économique ! Aucun scénario ne convient évidemment aux salariés.

L'imbroglio réside dans la concurrence que créent désormais les contrats aidés de nouvelle génération. Financés à 80% par l'Etat, le Département n'aurait qu'à abonder à hauteur de 20% de leur salaire. C'est en utilisant l'enveloppe des emplois aidés que le Département envisage de créer 24 contrats aidés - a minima - qui devront en plus être formés par les agents de GET 974.

Ces derniers ont bien compris que cette nouvelle fournée viendrait tout simplement les chasser de leur propre emploi, alors qu'ils ont 12 ans d'expérience. Comble de l'histoire, les actuels employés de GET 974 sont les emplois jeunes de la fin des années 90 qui avaient été pérennisés à leur terme (5 ans) par le... Conseil général via la création de GET 974. C'était en 2002.

Rémy Gara va plus loin. "Derrière tout ça, il y a une volonté politique mais on ne sait pas vraiment laquelle. On est à quatre mois d'élections", soupire-t-il.
Vendredi 14 Novembre 2014 - 16:47
Lu 1802 fois




1.Posté par kld le 14/11/2014 17:09
??????????????????? ""Derrière tout ça, il y a une volonté politique mais on ne sait pas vraiment laquelle. On est à quatre mois d'élections", soupire-t-il. : pauvre réunion!

2.Posté par jean-jacques le 14/11/2014 18:04
Et oui...quand on ne sait que coller des rustines par dessus d'autres rustines ça ne mène nulle part !
Ces emplois aidés sont par ailleurs exploités par les politiques pour asservir des électeurs...
Banana's Républik de Bourbon !

3.Posté par le taz le 14/11/2014 19:41
on est donc bien en france...
et l'autre tache qui promet (une cinquième fois) que les impôts n'augmenteront pas...

vite vite, un vrai chef aux commandes et assez de tout ce délire de contrats bidons payés par de la dette !!!!

pour réduire le chômage, on touche à rien, et on multiplie les emplois aidés..... payés par de la dette.... qui in finé tue l'activité économique et donc augmente le chômage.

vive l'ENA et toutes nos grande écoles qui produisent ce genre d'absurdité.

4.Posté par béa le 14/11/2014 22:17
par solidarité , band gros salaire GET974 i peu donne un peu su zot salaire et fair un peu z'economie su zot zvantage ... pou sauve 1 emploi peut etre ???

5.Posté par papayou le 14/11/2014 22:22
A tous ceux qui veulent avoir un contrat aidé, voila votre avenir...

6.Posté par kld le 14/11/2014 22:37
"soit un CDI à temps complet mais seulement pour 6 d'entre eux (sur 20 CDI), soit d'accepter que 14 emplois soient sauvés mais à temps partiel et avec des charges de travail supplémentaires" : si c'est vrai , c'est légitime qu'ils se battent !

7.Posté par moin la di le 14/11/2014 23:36
Emploi utile mais ils ne servent à rien à s’asseoir de vrais carpes , il vaut mieux de miser cette masse salariale dans des agents de sécurité pour rendre plus sûr le réseau car jaune

8.Posté par Dipadutout ! le 15/11/2014 01:13
Normal qu'ils soient tous aux couleurs du LPA ?

9.Posté par claude le 15/11/2014 06:33
Complètement inutiles dans les cars jaunes ces GET974 sinon à parler voire s'amuser avec les chauffeurs.

10.Posté par Moin la di le 15/11/2014 09:02 (depuis mobile)
Bien vu comme moi post 9 ou on change de personnel de vrais accompagnateurs comme a la SNCF merci de ne pas reconduite ces potiches qui ne servent à rien sinon à bavarder avec les chauffeurs

11.Posté par kld le 15/11/2014 18:05
le orange c'est à la mode cette année , sa me fait penser aux boudhistes, sa c'est reposant §§

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales