Social

Grève illimitée dans la fonction publique: "On permet aux précaires de s'exprimer"


Photo d'illustration
Photo d'illustration
Ce jeudi, le SDUCLIAS-FSU 974 (Syndicat départemental unitaire des agents des collectivités locales, du ministère de l'Intérieur et du ministère des Affaires Sociales de la Réunion) a déposé un préavis de grève illimitée dans la fonction publique territoriale. "On permet aux personnels précaire de pouvoir s'exprimer. Ces derniers sont protégés par le préavis de grève déposé", explique Stéphane Carpaye-Tailamee, secrétaire départemental du SDUCLIAS-FSU 974. Il ne s'agit pas pour le syndicat de mettre en place une "action ponctuelle", mais de laisser dans le temps la possibilité aux personnels précaires de la fonction publique territoriale de s'exprimer sans crainte pour leur emploi.

Le syndicat souhaite poser la réflexion de la pérennisation des emplois précaires dans la fonction publique territoriale. "A la Réunion, 80% des employés de la fonction publique territoriale ne sont pas titulaires, la situation est à l'inverse de l'Hexagone où seulement 20% des employés ne sont pas titulaires", souligne-t-il. Autre problème soulevé, à taille égale le nombre d'employés de la fonction publique territoriale est deux fois plus important dans une collectivité réunionnaise que dans une collectivité en métropole. "On a le double d'agents à la Réunion et 70 à 75% du budget des collectivités est consacré à la masse salariale, les communes sont bloquées et ne peuvent pas faire les investissements nécessaires", ajoute-t-il.

"C'est un véritable casse-tête aujourd'hui que ce soit pour les employés, les familles mais également les collectivités", précise Stéphane Carpaye-Tailamee. Pour trouver des solutions, le problème de la surémunération est une nouvelle fois mis sur le tapis. "On pose la réflexion de la titularisation des précaires de la fonction publique territoriale et on avance le problème de la surrémunération. Faut-il réfléchir à sa suppression pour permettre une titularisation ? Ne faut-il pas mieux avoir un CDI plutôt que de vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête ? C'est dans ce sens que nous menons la réflexion", conclut-il.

Le syndicat n'a qu'une seule volonté en appelant à la grève illimitée, mobiliser l'ensemble des personnels précaires de la fonction publique territoriale et dire "stop" à l'emploi massif sans possibilité d'avenir.
Jeudi 23 Août 2012 - 11:18
Lu 3151 fois




1.Posté par PAT974 le 23/08/2012 12:11
pat974
Il fallait qu'on n'en arrive là.
Merci Messieurs les Maires et responsable des collectivités locales,La région,Le Conseil Général etc.....
Le clientélisme électoral tuera la Réunion.
Cette poule aux œufs d'or qu'es l'état finira par nous faire pleurer à jamais. A cause de votre égos.

2.Posté par catton le 23/08/2012 13:09
Ça monte le mécontentement non?
Si au bout de cent jours ça coince, il m'est avis qu'avant les calendes grecs ça va monter dans les tours!
Il me semble quand même que c'est bien beau d'avoir été élus les uns et les autres mais si c'est pour avouer son impossibilité à faire avancer le nourrin c'était pas la peine de nous bassiner avec le changement et nous dire que l'on connaissait la situation et que bordel de bordel qu'on allait voir ce que l'on allait voir et que ça allait changer scrogneugneu!
Énarques et technocrates de droites ou de gauche, même combat! mes poches mes proches et puis les autres allez donc voir si la soupe populaire à du beurre dedans!
Faudrait quand même que tous ces gens se méfient , c'est beaucoup plus facile de faire sortir les gens dans la rue que de les faire rentrer chez eux!
Même de Gaulle, qui avait reconnaissons le une autre stature historique que tous ces clowns sur diplômés et inefficaces a eu bien du mal en son temps!
A bon entendeur.

3.Posté par Thierry le 23/08/2012 14:16
Quand les précaires étaient dans la rue SEULS (300 puis 800), où étaient-ils ces fonctionnaires et leurs syndicalistes ???? eN VACANCES ...!!! Ils veulent s'engraisser sur le dos des précaires ...

On utilise les précaires à toute les sauces ... espérons qu'ils sauront différencier les combats ...

4.Posté par Caton2 le 23/08/2012 14:26
D'habitude ce genre de grève est réservée à la droite. La gauche "normale" serait donc anormale?
Je remarque la "cohérence" des revendications. Comment demander les titularisation des "précaires" dès lors qu'on admet que "à taille égale le nombre d'employés de la fonction publique territoriale est deux fois plus important dans une collectivité réunionnaise que dans une collectivité en métropole. "On a le double d'agents à la Réunion et 70 à 75% du budget des collectivités est consacré à la masse salariale, les communes sont bloquées et ne peuvent pas faire les investissements nécessaires"...
Selon quelle logique, après ce constat, peut-on demander la titularisation des précaires? Il faut les licencier, ainsi que peut-être des titulaires. Que c'est dur d'abandonner la "logique" du beurre + l'argent du beurre +++!

5.Posté par arrete ec sa le 23/08/2012 14:59
oté NOE oussa i lé ?

i entend pas li ?

6.Posté par Vouzalévoirlesgrèvekejvouprépare. le 23/08/2012 15:02
où va-t-on ? Les syndicats se méfient de leur propre gouvernement, ils ne supportent aucune réforme, et après ils se demandent pour quelle raison le pays est dans la merde. Faut dire que les syndicats n'ont aucune utilité à part, bien sur, organiser des manifs.
Une rentrée scolaire sans grève ,ça fait tache selon le point de vue syndical, peu importe quel est le gouvernement. Quand une grève de rentrée est devenue rituelle il est impossible de changer les "bonnes habitudes" des grévistes.
Le système est tellement dévoyé que la majorité des étudiants vont à l'école pour apprendre à manifester et à se rebeller contre l'autorité plutôt que de se préparer pour leur avenir professionnel.
Les syndicalistes aiment radoter sur des sujets qu'ils ne connaissent pas. Ils ne parlent que d'encore plus de personnels, d'aides, de fric et de "solidarité" sans jamais se demander si la france a encore les moyens de payer tous ces emplois électoralistes de complaisance.
Bizarrement, les médias aiment interviewer tous ces conseilleurs qui ne sont,évidemment, jamais les payeurs.

7.Posté par noe le 23/08/2012 19:25
Moi je ne fais que "couper" les jours de grève non travaillés ...
Les grèves de complaisance ne sont acceptables surtout que ceux qui les lancent , leurs supposées journées de grève ne sont en aucun cas coupées !
Les jours de non-boulot des moutons de Panurge sont sucrés .... la paye du mois suivant est coupée ! et là aucun recours possible ...
Certains sont plus malins , ils emmènent un certificat de maladie (1 jour coupé= journée de carence )ou une garde d'enfant malade (salaire non coupé) ...

8.Posté par kada le 23/08/2012 20:52
Persistance Resistance

Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.

Si l’Administration faisait correctement son travail, il n’y aurait pas de Combat

9.Posté par Caton2 le 24/08/2012 12:48
Lu dans Info Réunion ce matin, sous la plume de Jismy Ramoudou:
"Daniel Alamélou, conseiller municipal et général de Sainte-Suzanne, n'a pas mâché ses mots à l'encontre de son rival, Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne et président de la Cinor, sur sa gestion et son respect du personnel communal. L'ex-premier adjoint a surtout avancé une information surprenante : "Chaque signataire d'un contrat aidé doit adhérer au PCR et s'abonner à Témoignages". Et il a ajouté : "Cette pratique a cours dans la plupart des collectivités".
Tu veux un emploi, tu signes au PCR! Incroyable aveu!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales