Revenir à la rubrique : Non classé | Politique

Tribune des professionnels de l’audiovisuel réunionnais : « Nous n’acceptons pas l’intolérance du RN »

Tribune co-signée par les organisations les plus représentatives de l'audiovisuel réunionnais.

Ecrit par N.P. – le vendredi 05 juillet 2024 à 17H17

La Réunion, le 4 juillet 2024

Nous, producteurs cinéma et audiovisuel, auteurs et réalisateurs, techniciens de La Réunion, à l’instar de nos collègues de Métropole, nous tenons à réaffirmer solennellement notre inquiétude quant à l’issue des élections législatives du 7 juillet 2024. Nous participons toutes et tous ici à créer des films prônant la diversité, le respect de l’autre, et d’une manière générale, à une vision humaniste de la société. Nous exprimons de forts doutes sur la volonté du Rassemblement National de garantir la liberté d’expression telle que nous la connaissons
aujourd’hui. Les partis d’extrême droite ont toujours – toujours ! – combattu et restreint en priorité cette liberté dès qu’ils ont été au pouvoir.

Particulièrement à la Réunion où le « vivre ensemble » peut être considéré comme un modèle de tolérance, nous n’acceptons pas l’intolérance du RN et nous vous invitons toutes et tous à voter en conséquence.

– REYONE : syndicat des producteurs Réunionnais.
– Syndicat de la filière du cinéma et de l’image Animée.
– CINEASTES de la Réunion : Association d’auteurs.trices, réalisateurs.trices et scénaristes de La Réunion
– Association CINEKOUR
– Association LA KOURMETRAGERIE.

Tribune des professionnels de l’audiovisuel en Métropole.
Juin 18, 2024

Fierté nationale, l’audiovisuel public dont les succès sont avérés, est un pilier de notre démocratie et de notre culture.

Lundi 10 juin, M. Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national (RN), a réitéré que « la privatisation du service public de l’audiovisuel, c’est trois milliards d’euros d’économies ». Cette intention de privatisation a été confirmée le 16 juin dernier par M. Jordan Bardella.

Ce type de décision peut détruire directement des centaines de milliers d’emplois et un pan entier de l’économie. La télé et la radio publiques sont, entre autres, les premiers
partenaires d’une filière qui compte plus de 300.000 salariés, devant le secteur de l’agriculture et de la pêche (273.000 salariés) et l’industrie pharmaceutique (100.000 salariés). L’onde de choc d’une telle décision, entraînera également vers les abîmes nombre de chaînes et radios privées confrontées à un marché publicitaire déjà saturé.

Comme l’éducation nationale, la santé, ou la police, il s’agit d’un service public qui joue un rôle essentiel. Il assure une information indépendante et non soumise aux pressions politiques et commerciales, garantissant un pluralisme des points de vue. Il offre un accès
gratuit et universel à l’information, au cinéma, au spectacle vivant, aux événements sportifs majeurs, réduisant les inégalités sociales et permettant à chaque citoyen de participer pleinement au débat et à la vie démocratique. Il remplit une mission éducative et
culturelle cruciale, y compris dans ses émissions de divertissement et programmes pour les enfants, diffusés sans publicité .Il renforce la cohésion sociale du pays et participe au rayonnement de la culture française.

Radio France et France Télévisions assurent un rôle essentiel en proposant aussi surtout une information et des programmes de proximité, dans toutes les régions, sur tout le territoire métropolitain et ultramarin. Elles sont régies par des normes éthiques strictes,
garantissant la confiance du public.

Aucun pays européen ne s’est risqué à privatiser l’audiovisuel public.

Le RN, agissant à visage découvert, propose une mesure qui laisserait un marché de l’information et de la création soumis aux seuls intérêts privés au détriment de la recherche de la vérité, du contradictoire et de la diversité des récits, en l’absence du contrepoids d’un pôle audiovisuel public fort et indépendant.

Est-ce la France que nous voulons ?
Le 7 juillet prochain, nous avons toutes et tous le droit fondamental de nous exprimer.
AAFA – Actrices & acteurs de France associés
ADEFI – Association pour le Développement de la Fiction en Pays de la Loire
AGRAF – Les Auteurs groupés de l’animation française
ALATAC – Collectif des techniciens de post-production en Hauts-de-France
AnimFrance – Association des producteurs d’animation
APAGE – Association des Producteurs Audiovisuels du Grand Est
APARR – Association des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel de Bourgogne-Franche-Comté
APIFA – Association des Producteurs Indépendants d’Occitanie
ARDA – Association des directrices et directeurs de casting
ARP – Société civile des auteurs-réalisateurs-producteurs
DIRE – Distributeurs Indépendants Réunis Européens
E.A.T. – Écrivaines et écrivains Associés du Théâtre
F3C-CFDT – Communication conseil culture
FNSAC-CGT – Fédération Nationale des Syndicats du Spectacle, du Cinéma, de l’Audiovisuel et de l’Action Culturelle
GARRD – Guilde des Auteurs Réalisateurs de Reportages et Documentaires
GNCR – Groupement National des Cinémas de Recherche
La Boucle documentaire
La CGT Radio France
La PEÑA – Produire en Nouvelle-Aquitaine
La SCAM – Société civile des auteurs multimédia
La SRF – Société des réalisatrices et réalisateurs de films
LPA – Les Producteur.trice.s Associé.e.s de la Région Sud
Normandie Films
PARC – Association des Producteurs associés en région Centre
RHIZOM – Association des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel en Hauts-de-France
SATEV – Syndicat des agences de presse audiovisuelles
SCA – Scénaristes de Cinéma Associés
SEDPA – Syndicat de Distribution de Programmes Audiovisuels
SFA-CGT – Syndicat Français des Artistes interprètes
SFR-CGT – Syndicat français des Réalisateurs
SDI – Syndicat des Distributeurs Indépendants
SNAC – Syndicat National des auteurs et des compositeurs
SNME-CFDT – Syndicat National des Médias et de l’Écrit
SNMS – Syndicat National des Metteuses et metteurs en scène
SNRT-CGT – Syndicat National de Radiodiffusion et de Télévision audiovisuel
SNTPCT – Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision
SPECT – Syndicat des producteurs créateurs de programmes audiovisuels
SPI – Le syndicat des Producteurs Indépendants
SPIAC-CGT – Syndicat des Professionnel. les des Industries de l’Audiovisuel et du Cinéma CGT
U2R – Union des réalisatrices et réalisateurs
UPC – Union des Producteurs de cinéma
USPA – Union syndicale de la Production Audiovisuelle

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

Huguette Bello à Matignon : LFI accuse le PS de blocage

Le Conseil national du Parti socialiste (PS) a annoncé samedi soir qu’il ne validait pas la candidature de la présidente de la Région Réunion, Huguette Bello, au poste de Première ministre. Le PS appelle à poursuivre les discussions au sein du Nouveau Front populaire (NFP) pour trouver un candidat consensuel. De son côté, le coordinateur de La France insoumise (LFI), Manuel Bompard, a reproché au PS de « tout bloquer » et a convoqué ce dimanche les instances de LFI pour une réunion d’urgence.