Revenir à la rubrique : Santé

Syndrome pieds-mains-bouche : Hausse des cas à La Réunion

Depuis quelques semaines, de plus en plus d'enfants sont atteints du syndrome pieds-mains-bouche sur plusieurs secteurs de La Réunion. Une maladie bénigne qui se traduit par la présence de lésions dans la bouche et au niveau des extrémités des membres pendant une dizaine de jours.

Ecrit par – le mardi 12 octobre 2021 à 10H25
Le syndrome pieds-mains-bouche est une infection virale bénigne due à plusieurs types de virus. Cette maladie contagieuse touche surtout les jeunes enfants, âgés de 6 mois à 4 ans, mais peut aussi toucher les enfants plus âgés et les adultes. Le virus pénètre dans la bouche, la gorge et se diffuse dans le tube digestif.

Les premiers symptômes

Avant l’éruption du syndrome pieds-mains-bouche, l’enfant peut :

– avoir de la fièvre (38 °C-39 °C) ; perdre l’appétit
– avoir des maux de tête ; se plaindre de maux de gorge
– présenter une rhinite
– ressentir des douleurs abdominales
– avoir la diarrhée.

Puis d’autres signes apparaissent au niveau de la bouche, sur les pieds et les mains.

Au niveau de la bouche

Le syndrome pieds-mains-bouche se traduit par un érythème pharyngé, rougeur de la bouche et de la gorge. Apparaissent ensuite des petits points rouges autour de la langue, sur les gencives et à l’intérieur des joues.

Ces points se transforment en petits sacs remplis de liquide qui éclatent rapidement. Ils laissent alors de petits ulcères ressemblant à des aphtes. Ils peuvent être très douloureux pour l’enfant, au point qu’il refuse de manger et de boire.

Au niveau des mains et des pieds

D’autres symptômes se développent surtout sur : les doigts et autour des ongles ; le dos ou les paumes des mains ; les plantes des pieds. Ces signes se présentent comme une éruption soudaine de petites taches rouges, qui peuvent devenir des vésicules et petites ampoules. Ces papulovésicules ne sont pas douloureuses et n’entraînent pas de démangeaisons sauf lorsqu’elles se transforment en vésicules et petites ampoules. Dans les cas les plus étendus de la maladie pieds-mains-bouche, les lésions peuvent être plus nombreuses et atteindre les bras, les jambes et les fesses, voire le ventre et le dos.

La forme grave

La maladie peut dans certains cas provoquer des éruptions étendues parfois associées à de graves complications : méningites, encéphalite, mais aussi des complications cardiovasculaires et respiratoires.

Le virus est contagieux

L’infection, causée par différents virus, est contagieuse et se propage par contact direct ou indirect avec :
– les sécrétions rhinopharyngées (du nez et de la gorge) et les gouttelettes de salive projetées dans l’air par une personne malade
– les lésions cutanées (vésicules) d’une personne infectée
– les objets contaminés par les selles.

Le virus peut survivre assez longtemps sur des surfaces et objets contaminés ; les mains qui manipulent des objets souillés, qui sont ensuite portées à la bouche.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Réunion face au cancer : Une étude révèle des disparités de survie avec l’Hexagone

La première étude sur la survie des personnes atteintes de cancer à La Réunion entre 2008 et 2018 révèle des disparités significatives de survie entre les différents cancers, mais également entre La Réunion et la France hexagonale. Cette étude met en lumière l’impact de facteurs socio-économiques sur les causes de la maladie et la nécessité d’adapter les stratégies de lutte contre le cancer au contexte local.

Épidémie de Leptospirose : Circulation à un niveau élevé

Santé Publique France océan Indien fait le point sur les circulations virales en cours à La Réunion. L’épidémie de Leptospirose a atteint un niveau plus élevé que les années précédentes. Une personne diagnostiquée est décédée, mais les autorités ne peuvent pas confirmer un lien entre le décès et la maladie bactérienne.

Un quart des élèves réunionnais de 6e sont en surcharge pondérale

À l’occasion de la Journée mondiale de l’obésité le 4 mars prochain, L’ARS et l’académie de La Réunion ont mené une étude conjointe sur la corpulence des enfants en classe de 6ᵉ. Sur 1.700 élèves, presque un quart d’entre eux sont déjà concernés par le surpoids.