Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

« Mafate : Comment les Mafatais ont été bernés ?

La réouverture de la piste de la rivière des galets est un soulagement pour les habitants du cirque comme pour les touristes souhaitant se rendre à Mafate. Pourtant la situation ne convient absolument pas et force est de constater que des engagements pris en début d’année n’ont pas été respectés.  En effet, au mois de […]

Ecrit par Vincent-Rivière – le samedi 13 mai 2023 à 17H43

La réouverture de la piste de la rivière des galets est un soulagement pour les habitants du cirque comme pour les touristes souhaitant se rendre à Mafate. Pourtant la situation ne convient absolument pas et force est de constater que des engagements pris en début d’année n’ont pas été respectés. 

En effet, au mois de Janvier, une délégation de mafatais et de taxiteurs a été reçue en sous-préfecture en présence de la maire de La Possession. L’ordre du jour était alors de calmer le mécontentement légitime de la population face à l’augmentation des tarifs des taxiteurs empruntant la piste de la rivière des galets. Pour rappel, l’interdiction de transporter des passagers dans les bennes obligeait les taxiteurs à augmenter leurs tarifs puisque le manque à gagner par rotation devenait trop important. 

Parmi les pistes de solutions évoquées : la réfection de la piste de la rivière des galets permettant de faire circuler des véhicules à plus fortes capacités, ainsi le coût d’une rotation pour un taxiteur devenait plus supportable et de fait la hausse des prix seraient moins forte, voire nulle. Il s’agissait donc d’augmenter la capacité de transport par rotation pour permettre aux mafatais et aux touristes de ne pas subir une augmentation de prix insupportable pour des familles dont la majorité vivent des minima sociaux. Il en va également de la survie de la vie économique du cirque de Mafate.

Aujourd’hui la piste de la rivière des galets est donc ouverte et les tarifs varient autour de 12 euros par mafatais et 16 euros par touriste, soit 24 et 32 euros pour un aller retour que l’ont soit résident du cirque ou simple touriste : c’est une augmentation trop importante ! En effet, les fameux camions à forte capacité de transport ne sont toujours pas disponibles, et les taxiteurs se voient obligés d’appliquer des tarifs élevés pour rester rentables. 

L’une des solutions les plus simples serait de ne pas appliquer l’interdiction de transport dans les bennes tant que les transports à forte capacité ne sont pas disponible permettant ainsi aux taxiteurs de ne pas pas augmenter leurs tarifs, c’est, il me semble l’un des engagement pris en début d’année. 

A moyen terme, il serait nécessaire de dégager une partie des fonds dédiés à la continuité territoriale pour désenclaver Mafate. Il est aussi nécessaire d’assurer un transport public pour les mafatais comme pour n’importe quel citoyen pour les mafatais, quitte à donner aux transporteurs une délégation de service public. Si l’ensemble de ces solutions peuvent prendre un certain temps à être mise en oeuvre, il est nécessaire qu’une aide d’urgence soit utilisée pour réduire l’impact de cette augmentation de tarif. Il n’est pas normal que des habitants soient contraints de dépenser de fortes sommes juste pour rejoindre le littoral, aller chez le médecin, faire leurs courses, et vivre tout simplement. 

J’appelle donc une nouvelle fois les autorités, la sous-préfecture, les municipalités concernées de La Possession, Saint-Paul et Salazie à se réunir autour d’une table avec les Mafatais et les transporteurs afin de trouver communément des solutions acceptables pour tous. En absence de solutions, il serait légitime de penser que les mafatais ont été bernés. 

Pour le mouvement Demain Ensemble, 
Vincent RIVIERE

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Connaître l’Histoire, c’est prendre du recul pour mieux aller de l’avant

La campagne pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet 2024 est venue nous rappeler l’importance fondamentale du travail d’histoire à mener dans nos sociétés pour qu’elles puissent rester démocratiques. Les propos du maire de la Plaine-des-Palmistes, chef de file du Rassemblement National à La Réunion, tenus le 18 juin à l’antenne de Réunion La 1 ère, ont provoqué une vague de réactions indignées, dont celles de candidats de son propre parti. Pour Johnny Payet, qui explique que « l’esclavage était une façon de vivre avant, il y a des années et des années », une conclusion s’impose : « aujourd’hui on ne doit plus parler d’esclavage ». Ces déclarations décomplexées du fait d’une situation de crise politique ne sont ni à prendre à la légère, ni le témoignage d’une pensée isolée. L’idéologie portée par le discours de cet homme politique n’est en rien un « détail de l’histoire ».

Devoir de mémoire obligatoire ?

Le maire RN de la Plaine des Palmistes a, semble-t-il, réalisé l’unanimité de la classe politique contre lui en prenant position contre l’idée d’un devoir de mémoire qui l’obligerait personnellement à fêter le 20 décembre. La revendication de cette liberté individuelle lui a valu un déferlement de réactions hostiles auquel même des candidats du RN ont participé. Ainsi, mis à part l’antisémitisme, Johnny Payet s’est trouvé accusé d’à peu près tous les pires travers qu’on puisse reprocher à un homme politique. Cette prodigieuse diversité des griefs portés contre lui garantit qu’il est vain d’espérer un fondement rationnel à ce qui apparaît avant tout comme un débordement émotionnel collectif contre l’homme à abattre du moment. Traditionnellement on parle de lynchage médiatique et, en l’occurrence, le terme ne semble pas usurpé.

Jardin des merveilles : l’expérience de Bangalore peut-elle faire éclore un aéroport Guerlain sur l’Arc Atlantique ?

Dans la célèbre plantation Guerlain de Mayotte, « jardin archipel » du canal du Mozambique ; se trouve à quelques centaines de mètres du centre de Combani l’une des plus importantes plantations d’Ylang-Ylang, la fleur qui a révolutionné le parfum, ainsi que des épices comme les clous de girofle et la vanille. Alambics, distillat d’essences, allée de cocotiers … Entre nature et architecture, l’univers de la parfumerie peut-il servir de laboratoire d’inspiration et de décarbonation de l’aviation du XXIème siècle ?