Revenir à la rubrique : Social

« Les assistants d’éducation coûtent trop cher à l’Etat »

L’"Association réunionnaise des assistants d’éducation" et le "Kollektif des assistants d'éducation de l'île de la Réunion" s'unissent pour demander au Gouvernement de prendre une décision politique pour pérenniser les emplois des assistants d'éducation non titulaires.

Ecrit par Karine Maillot – le jeudi 11 juin 2009 à 08H13

Le « Kollektif des assistants d’éducation de l’île de la Réunion » et la Kassed (Association réunionnaise des assistants d’éducation) se sont donné rendez-vous le mercredi 17 juin prochain devant le Rectorat pour obtenir un Conseil. Les agents de l’Etat non titulaires se dirigeront ensuite vers la Préfecture pour déposer une motion. Objectif : demander au Gouvernement de pérenniser les contrats des 348 assistants d’éducation de l’île.

L’intersyndicale, à savoir le Snalc, le Snes, le Cftc et le Safptr attendent du Gouvernement une pérennisation des assistants d’éducation, étant donné leur ancienneté et « du fait qu’un certains nombre d’entre eux sont aujourd’hui des pères et des mères de famille » affirme Eddy Couillaud, représentant syndical du Snalc et co-fondateur de Kassed. Un grand nombre d’agents occupent leur postes depuis onze ans. « Aujourd’hui l’Etat veut nous accompagner vers les secteur marchand alors que l’heure est au licenciement sur le marché » s’insurge Brigitte Restia, assistante d’éducation. De son côté, Eddy Couillaud rappelle que les écoles ont besoin des assistants d’éducation et qu’elles se mettent à chercher de nouveaux agents, « mais en contrats précaires. Il faut croire que « les assistants d’éducation coûtent trop cher à l’Etat ».

Le Rectorat a mis en place une cellule de reclassement et d’accompagnement vers le secteur marchand. « On ne voit pas le rapport entre le secteur marchand et l’éducation nationale » s’étonne Eddy Couillaud. « On nous demande de partir sans que nous ayons eu aucune reconnaissance et d’aborder le secteur marchand sans formation. Nous devons rester dans l’Education nationale, c’est une évidence ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Croix Marine : Les syndicats en appellent à l’arbitrage du préfet

Selon l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974, l’administratrice provisoire de la Croix Marine se serait prononcée en faveur de la liquidation de l’association dès le mois de septembre. Les élus du CSE et les syndicats réclament la négociation au préalable d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

L’administratrice de la Croix Marine recadrée par l’Inspection du travail

A la veille des négociations pour le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) de la Croix Marine, qui s’ouvrent ce mercredi matin, l’Inspection du travail a fait parvenir un courrier à l’administratrice provisoire de l’association Michelle Narayani, la rappelant à ses devoirs d’information aux élus du CSE, mais aussi aux salariés s’agissant de leurs possibilités de reclassement ou de transfert dans des structures équivalentes.