Revenir à la rubrique : Santé

Le vapotage déconseillé pour le sevrage tabagique

Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a publié un avis pour demander aux professionnels de santé de ne plus conseiller le vapotage pour accompagner les patients dans leur démarche de sevrage tabagique. L’autorité sanitaire estime que l’on ne possède pas le recul nécessaire pour connaître le bénéfice-risque de la cigarette électronique.

Ecrit par 1776023 – le vendredi 07 janvier 2022 à 11H12

Dans un avis relatif aux bénéfices-risques publié le 4 janvier, le HCSP (Haut conseil de la santé publique) déconseille aux professionnels de santé de proposer la cigarette électronique comme outil de sevrage tabagique. L’organisme consultatif estime que les connaissances fondées sur les preuves sont insuffisantes pour les SEDEN (système électronique de délivrance de la nicotine).

« Ainsi, les professionnels de santé qui accompagnent un fumeur dans une démarche de sevrage tabagique se doivent d’utiliser des traitements médicamenteux ou non ayant prouvé leur efficacité », est-il précisé dans le texte. Cela fait notamment référence aux patchs et aux gommes à la nicotine, voire à l’acupuncture.

Protéger les jeunes

Le HCSP veut également maintenir les jeunes le plus éloignés possible des SEDEN. Il rappelle que l’initiation au tabac ou aux cigarettes électroniques est à retarder au maximum. C’est pourquoi le maintien de l’interdiction de vente aux mineurs est recommandé.

Cet avis relatif aux bénéfices-risques de la cigarette électronique est une actualisation de sa position de février 2016. Lors de son avis de l’époque, l’organisme avait considéré que les cigarettes électroniques pouvaient « être considérées comme une aide pour arrêter ou réduire la consommation de tabac ».

Cette actualisation provoque quelques divisions dans la communauté médicale. Certains spécialistes de l’addiction estiment que les SEDEN sont moins dangereux que le tabac. L’OMS a répété en juillet dernier que les cigarettes électroniques devaient être réglementées, car elles pouvaient être « dangereuses »

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.

Aurar : La plainte de la CGSS classée sans suite

Alors que le parquet a décidé de classer l’affaire et a notifié la CGSS en 2022, l’association n’a été informée de cette décision qu’en juin dernier. Une très bonne nouvelle pour l’Aurar, qui espère que la fin des investigations permette de renouer avec la confiance des patients.

Le vaccin contre le chikungunya Ixchiq autorisé sur le marché européen

La société pharmaceutique franco-autrichienne Valneva a obtenu l’autorisation de vendre sur les territoire de l’Union européenne son vaccin contre le chikungunya dénommé Ixchiq. Cette maladie transmise par le moustique tigre avait causé de nombreux morts dans l’île à son apparition en 2005.