Revenir à la rubrique : Social

Le KAF en conférence-débat cet après-midi à Saint-Louis

Le Conseil représentatif des associations noires de la Réunion (CRAN) et le chercheur en sociologie culturelle Laurent Médéa, organisent une conférence débat cet après-midi dans le quartier de Bel-Air à Saint-Louis. Au programme, ce sera l'origine du mot Kaf ainsi que l'histoire de ce groupe qui sera présenté au public avant d'aborder d'autres thèmes comme les positions socio-économiques du groupe KAF dans l'île.

Ecrit par Ludovic Robert – le samedi 23 mai 2009 à 15H00

Après trois ans de travail, l’ouvrage KAF est disponible dans les rayons des libraires locaux. Zinfos a interrogé Laurent Médéa sur la position du Kaf dans la société réunionnaise.

Laurent Médéa, vous organisez une conférence-débat à Saint-Louis cet après-midi. Que pouvez dire à nos internautes concernant l’image du Kaf dans nos institutions ?

« Les institutions forment les structures sociales influençant les comportements des individus. Ces institutions sont la famille, l’école, la religion, le droit, la propriété, l’économie et la langue. Les identités culturelles existent également dans ces institutions. Dans la société réunionnaise, les valeurs ethno-culturelles définissent les rôles des Kaf qui sont ainsi dévalorisés, dénigrés par les institutions.
Ces stigmatisations et ce racisme, hérités de l’esclavage et du colonialisme, font partie intégrante de la formation de l’identité collective.
Les Réunionnais ont une identité modernisée et occidentalisée, marquée par le rejet de l’identité Kaf ; même si, dans le même temps, l’identité culturelle Kaf est considérée comme la plus proche de l’identité culturelle originelle réunionnaise.
 »

Quels sont les symboles et l’identité culturelle du Kaf ?

« Utiliser un Rouler et un Kayam revêt une dimension symbolique, qui va au-delà de la pratique musicale. Dans le Servis Kaf, ces instruments symbolisent le contact avec le sacré (…). Ces symboles représentent l’Afrique et Madagascar et ont été dévalorisés et cachés pendant l’esclavage, le colonialisme et la Départementalisation, donc par extension, on a dévalorisé et dénigré aussi ses pratiquants.
En interdisant le Maloya, on attaque les symboles africains et malgaches et indirectement on nie le passé et l’histoire mais aussi on prive les pratiquants de culture. On a vu l’éradication du Carnaval, on a essayé d’éradiquer le Moringue, on a vu l’interdiction du Maloya et actuellement on essaie d’éliminer la pratique du Créole dans l’espace privé. Ainsi, tout le savoir, l’histoire, les symboles, les vestiges du passé Kaf et surtout la religion n’existent presque plus (…) dans la mémoire collective et individuelle des Réunionnais.
 »

Peut-on parler d’un rejet de la langue créole et si oui, existe t-il un lien avec la condition Kaf ?

« Le rejet de la langue du groupe Kaf, part importante de l’identité culturelle Kaf, est un rejet de l’identité culturelle réunionnaise elle-même et à l’intérieur d’elle-même de la dimension africaine de cette identité. Les Réunionnais qui s’opposent à l’utilisation de la langue créole rejettent, de manière consciente ou non, la part africaine de leur identité culturelle réunionnaise…. »

Le Conseil Représentatif des Association Noires (CRAN) de la Réunion invite donc le public à sa conférence-débat demain, samedi 23 mai, de 16h à 18h à la salle Triouvallouvar, n°60 rue Valmy Bel Air à Saint-Louis.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Croix Marine : Les syndicats en appellent à l’arbitrage du préfet

Selon l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974, l’administratrice provisoire de la Croix Marine se serait prononcée en faveur de la liquidation de l’association dès le mois de septembre. Les élus du CSE et les syndicats réclament la négociation au préalable d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

L’administratrice de la Croix Marine recadrée par l’Inspection du travail

A la veille des négociations pour le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) de la Croix Marine, qui s’ouvrent ce mercredi matin, l’Inspection du travail a fait parvenir un courrier à l’administratrice provisoire de l’association Michelle Narayani, la rappelant à ses devoirs d’information aux élus du CSE, mais aussi aux salariés s’agissant de leurs possibilités de reclassement ou de transfert dans des structures équivalentes.