Revenir à la rubrique : Société

Jacques Bhugon révoqué de sa fonction de secrétaire général de la CGTR

​La Commission exécutive confédérale (CEC) de la Confédération générale du travail Réunion a pris sa décision. Elle révoque Jacques Bhugon de sa fonction de secrétaire général de l'organisation syndicale.

Ecrit par 1639 – le jeudi 18 mai 2023 à 13H26

La gestion financière de la branche métallurgie de la CGTR et le manque de transparence à la tête du syndicat aura eu raison de Jacques Bhugon.

Le syndicaliste élu à la tête de la CGTR en juin 2021 a été révoqué de son mandat de quatre ans par une majorité des votants au sein de l’instance de décision du syndicat des ouvriers.

 

Un climat de défiance et des arriérés de cotisation sociale que la CGTR branche métallurgie doit depuis six ans ont pesé lourd dans le choix des membres de la Commission exécutive confédérale du syndicat ce mercredi soir. A l’ordre du jour, la CEC devait se prononcer sur la révocation de son secrétaire général. Sur les 25 membres de la CEC, une majorité s’est prononcée en faveur de sa révocation.

Syndicat en première ligne lorsqu’il s’agit de reprocher au milieu patronal de ne pas honorer ses cotisations, le syndicat s’en trouvait donc très mal placé pour faire la leçon avec ses 94.000 euros de dettes sociales à verser à la Sécu. 

Le secrétaire général désormais révoqué a fait face, depuis le milieu de l’année dernière, à la méfiance d’une partie de ses camarades. Cela a commencé par un courrier adressé par des membres du CEC en juillet 2022 à Jacques Bhugon dans lequel ils exposaient leurs doutes concernant la gestion financière du syndicat émaillée de « quelques dépenses effectuées par carte bleue » ou encore de « remboursements de certains frais ». 

Des éléments que vous pouvez retrouver dans le détail dans notre article du 7 avril dernier. 

Vraie boulette comptable et possibles coups bas au sein de la CGTR


Malgré ses explications, Jacques Bhugon peinait à convaincre certains de ses camarades qui, malgré l’effort de transparence réalisé à rebours, demeuraient circonspects sur les décisions prises sans qu’ils en soient informés.

C’était par exemple le cas du 13ème mois ajouté aux indemnités du secrétaire général alors que celui-ci n’est pas prévu dans les statuts de l’organisation. Jacques Bhugon s’en était expliqué en plaidant « l’erreur de bonne foi » et rapidement rectifiée dans la réponse qu’il nous avait transmise en avril. Une réponse qui n’a calmé le jeu que pour un temps. 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Poste et la SEOR s’associent pour la création d’un Refuge Péi

La SEOR et la Plateforme Industrielle du Courrier de Saint-Denis ont collaboré pour transformer cette dernière en « site pilote » du programme Refuges LPO Péi en 2023, s’engageant à protéger la biodiversité locale et à sensibiliser les employés à la préservation de la faune et de la flore.

Des fermetures nocturnes à prévoir sur le boulevard Sud

Sur la RN6 boulevard Sud à Saint-Denis, pour permettre des travaux de fouille pour le raccordement au réseau électrique, la circulation sera interdite sur la contre-allée de la tranchée couverte Mazagran Doret dans le sens Nord/Ouest, de 20h à 5h les nuits du lundi 15 au mercredi 17 avril. Une déviation sera mise en place par la voirie communale.

Les Chroniques de tonton Jules #170

L’attaque de l’Iran sur Israël, la riposte prévisible d’Israël sur Téhéran, je ne vous en parlerai pas : toute la presse le fait et le fait bien. Mais encore faudrait-il, pour être informés, que vous écoutiez les radios, que vous lisiez les journaux, y compris en ligne, que vous visionniez les JT. Attention : je n’ai rien contre les réseaux dits sociaux mais ces derniers démolissent les neurones, le libre-arbitre et la raison critique : on avale le pré-cuit, on ne pense plus. Et ce sont bien ces derniers, libre-arbitre et raison critique qui nous distinguent de la paramécie.

Nos journalistes, je veux dire « nos vrais journalistes », contrôlent dix fois une information avant de la mettre en ligne. Les « faux journalistes », parés du nom d’influenceurs, ne vérifient jamais rien, comptant sur notre seule passivité. On constate alors que les bonobos et colibris nous surpassent côté cellules grises.

Je me contenterai, comme depuis pas mal de temps, de l’actualité courante ; laquelle contient suffisamment de quoi se lamenter, geindre ou s’esclaffer.

Fé roulé Férrère !

Une deuxième édition réussie pour le Festival de la Participation Citoyenne

Le Festival de la participation citoyenne, qui s’est tenu à Saint-Denis le 13 avril 2024, a réuni plus de 500 personnes autour de divers dispositifs de participation citoyenne, marquant également la clôture du Congrès Océan Indien de l’ANACEJ, avec des activités visant à renforcer la démocratie directe et l’engagement civique des Dionysiens.