Revenir à la rubrique : Social

Elle vit dans un logement insalubre depuis 7 ans

Soutenues par le collectif Le Manguier, plusieurs familles tentent tant bien que mal d’obtenir, après des années de démarches, un nouveau logement. A la Réunion, plus de 200 dossiers de droit au logement opposable sont déposés chaque année. Un bilan qui sera notamment évoqué en début de semaine prochaine par les intervenants locaux. Le rapport de la fondation Abbé Pierre sur le mal logement sera présenté à cette occasion.

Ecrit par Melanie Roddier – le vendredi 15 mai 2009 à 15H40

Zalifa Ioussouf est sur son lit qui est situé à l’entrée de la maison, dans le séjour, son bébé de 11 mois dans les bras. Elle vit depuis 2002 dans ce logement insalubre, rue de Tassigny à Saint-Denis, avec ses six enfants. Ici, chaque jour, on craint la présence des rats. « Ils sont encore plus nombreux qu’avant« , déplore Mme Ioussouf. Alain Didelot, responsable du collectif le Manguier, qui œuvre pour les publics migrants à la Réunion, s’inquiète des éventuelles morsures et de la maladie de la leptospirose.

Dans la cuisine, on ne compte plus les fuites d’eau sous l’évier, le robinet est cassé et les prises électriques sont en piteux état. La salle de bains et les toilettes sont également très dégradés. On peut ajouter à cela les coupures d’électricité, les trous dans le carrelage et les fenêtres détériorées. (Voir la vidéo).

Prioritaire pour le droit au logement opposable

Le logement est enfin déclaré insalubre en 2006. Depuis, les démarches se succèdent pour le relogement de cette dame. En janvier 2008, celle-ci dépose un dossier pour le droit au logement opposable. Pourtant considérée comme prioritaire, Zalifa Ioussouf demeure encore dans ces locaux, tout comme les quatre autres familles voisines.

Les démarches sont très longues. « Les délais pour la Réunion sont plus importants qu’en métropole parce qu’il n’y a pas de logement. Le temps moyen pour un traitement de dossier est de six mois, puis encore six mois pour être relogé. En ce moment, nous sommes au-delà du temps moyen« , rappelle Alain Didelot.

Pas de grand logement

Zalifa attend mais on lui répond qu’avec ses six enfants, le dossier est complexe. « Cela fait dix ans qu’ils justifient l’attente par le fait qu’il n’y a pas de grand logement. Qu’attendent-ils pour en construire ? Mme Ioussouf pourrait au moins être relogée dans un T4« , explique Alain Didelot.

Cet exemple est caractéristique de toutes les familles qui souffrent de mal-logement à la Réunion. Entre 200 à 300 dossiers de droit au logement opposable sont déposés tous les ans. Au mois de février 2009, 44 familles ont été relogées parmi les dossiers déposés en 2008.

Cette problématique fera l’objet la semaine prochaine d’une conférence au Cinépalmes à Sainte-Marie présentant le rapport annuel de la fondation Abbé Pierre sur le mal logement. Ce dernier est alarmiste et parle de « fragilisation des mécanismes » et d’un « manque de solidarité »Télécharger le rapport

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Croix Marine : Les syndicats en appellent à l’arbitrage du préfet

Selon l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974, l’administratrice provisoire de la Croix Marine se serait prononcée en faveur de la liquidation de l’association dès le mois de septembre. Les élus du CSE et les syndicats réclament la négociation au préalable d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

L’administratrice de la Croix Marine recadrée par l’Inspection du travail

A la veille des négociations pour le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) de la Croix Marine, qui s’ouvrent ce mercredi matin, l’Inspection du travail a fait parvenir un courrier à l’administratrice provisoire de l’association Michelle Narayani, la rappelant à ses devoirs d’information aux élus du CSE, mais aussi aux salariés s’agissant de leurs possibilités de reclassement ou de transfert dans des structures équivalentes.