Revenir à la rubrique : Santé

Covid à La Réunion : Le CHU est à nouveau en tension

Voici le communiqué du CHU de La Réunion qui alerte sur la dégradation de la situation sanitaire et annonce souffrir d'une "très forte tension" sur l'ensemble de ses activités :

Ecrit par NP – le jeudi 23 décembre 2021 à 19H17

Le CHU de La Réunion alerte la population Réunionnaise sur la tension réapparue sur son offre de soins depuis la fin de semaine dernière, du fait de la dégradation de la situation sanitaire due à l’épidémie de COVID sur le territoire. Cette tension concerne également les autres établissements de santé du territoire.

La circulation du virus de la COVID-19 s’accélère à nouveau à La Réunion avec désormais un taux d’incidence de plus de 500 cas pour 100.000 habitants. De même, le rythme des admissions de patients en services de réanimations ou en services d’hospitalisation complète COVID augmente de manière continue.

L’arrivée sur le territoire du variant OMICRON, le relâchement des gestes barrière et un taux de vaccination de la population qui reste insuffisant sont des éléments de contexte préoccupants.

Afin d’éviter d’atteindre une nouvelle fois les seuils de saturation des capacités hospitalières, après près de deux ans de crise sanitaire au cours de laquelle le CHU a été en première ligne, se traduisant par un épuisement des équipes, aggravé par des possibilités fortement réduites d’arrivée de renforts compte tenu de la forte dégradation de la situation en métropole, les autorités du CHU appellent solennellement la population à la plus grande vigilance à l’approche des fêtes.

Suite à la cellule de crise du mercredi 22 décembre, le CHU a une nouvelle fois procédé à des augmentations capacitaires, notamment en service de réanimation. Néanmoins, avec un taux d’occupation très élevé dans l’ensemble des services hospitaliers, le CHU est dans le même temps en très forte tension sur l’ensemble de ses activités.

Cette tension concerne au demeurant également les autres établissements de santé du territoire, impliqués dans une dynamique de gestion solidaire de la crise COVID, établissements publics au sein du Groupement Hospitalier de Territoire (CHOR et GHER) et cliniques privées.

Elle fait craindre une dégradation dans les prochains jours et prochaines semaines de la capacité de réponse du CHU à la fois à l’épidémie de COVID, mais aussi à l’accès aux soins pour les autres pathologies, car la gestion de l’épidémie de COVID nécessitera certaines déprogrammations de soins médicaux et chirurgicaux en cours d’évaluation, même si les urgences restent assurées.

Au final, l’évolution très préoccupante de la courbe de contaminations par la COVID ces derniers jours créée une vive inquiétude pour la Direction et la communauté hospitalière.

En conséquence, le CHU appelle la population Réunionnaise :
– A accorder sa confiance au bénéfice de la vaccination, en particulier, pour les personnes vulnérables et ne pas prendre le risque de mettre en danger celles et ceux de nos concitoyens qui ont besoin de soins à l’hôpital. Pour rappel, 90% des patients hospitalisés en service de réanimation ne sont pas vaccinés
– A respecter scrupuleusement les gestes barrières et à se faire tester avant les fêtes de fin d’année afin de se protéger et de protéger ses proches

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les cas de coqueluche augmentent en France, comment protéger les nourrissons ?

Face à la recrudescence de la coqueluche en France depuis le début de l’année 2024, la Haute Autorité de santé (HAS) a publié aujourd’hui de nouvelles recommandations vaccinales.
Cette infection respiratoire, hautement contagieuse, a causé la mort de 17 personnes depuis janvier, dont 12 nourrissons âgés d’un à deux mois, un enfant de quatre ans et trois adultes de plus de 85 ans.

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.