Courrier des lecteurs

L'intercommunalité… une vraie pompe à fric !

Jeudi 10 Novembre 2011 - 10:18

L'intercommunalité… une vraie pompe à fric !
A l'heure de la crise mondiale, des dettes françaises, où tout le monde compte chaque euro dépensé, que les taxes et impôts flambent sur le citoyen lambda, il y a dans le "Canard Enchaîné" de la semaine dernière, un excellent article sur l'intercommunalité qui correspond tout à fait au fonctionnement des machins locaux, qu'ils soient de droite ou de gauche, tels que CINOR, CIVIS, TCO et autre CIREST.

Au départ, conçu en 1992 pour faire des économies substantielles en partageant les dépenses, le groupement des communes étale actuellement son explosion des dépenses. D'abord par le nombre insensé de vice-président, quand on connaît le rôle très secondaire de ce titre dans le fonctionnement spécifique d'une collectivité ou d'une association (45 à Rouen par exemple chez Laurent Fabius et combien à la CINOR de vice-présidents jugés compétents dans leurs domaines de travail respectifs pour mériter d'avantages pécuniaires ?). Avec l'augmentation vertigineuse des indemnités qui vont avec ce titre ronflant, 279% entre 2000 et 2009 (pensez vous sincèrement que nos élus réunionnais ont refusé cette augmentation ?) alors que celles des conseillers généraux et régionaux étaient à la baisse (chiffres donnés par le ministère de l'Intérieur). Le "Canard" commente les effectifs des communes qui ne maigrissent pas en proportion dans cette mutualisation des moyens, mais bien au contraire, qui se multiplient. Si, entre 1998 et 2008, le nombre de ces fonctionnaires intercommunaux est passé de 120.000 à 233.000 celui des agents communaux augmentait en même temps de 8%. Combien à la Réunion avec des maires qui reconnaissent faire du social ! Et les salaires qui vont avec, tirés doublement de la poche des seuls payeurs, les personnes imposables. Vous, moi. Avec les impôts d'Etat et locaux qui ne cessent de grimper.

Et encore ! Si la différence était visible et le service bien fait du côté de ces intercommunalités à qui les mairies ont donné des délégations de service ! Les ordures sont toujours entassées sur les bas côtés ou devant des maisons et il faut attendre le mois suivant pour les ramasser, ce dont profitent des voisins venus d'ailleurs pour verser la nuit, leurs déchets (un grand merci à eux pour cette solidarité environnementale à l'envers) en augmentant le tas d'immondices et occasionner la venue des rats. Bonjour les maladies. Sans qu'aucun procès verbal ne soit notifié pour ces incivilités flagrantes, par les services de la police municipale qui rejettent eux, lors des demandes d'intervention, la faute sur l'intercommunalité, et le nombre insuffisant de collecte. Merci aux mairies qui ont peur de froisser leur électorat.

Et pendant ce temps, tous les mois, ces charmants conseillers intercommunaux tirent sur la manette magique pour entendre le doux bruissement des billets indexés qui tombent sur leurs comptes bancaires.

Merci à qui ?

JP
Lu 1412 fois




1.Posté par Scivardi viens, le 10/11/2011 10:05

du coté on regroupe les communes pour soi disant faire des economies et de l'autre quand les communes sont trop grandes on dit qu'il faut les decouper.

ne pas oublier qu'avant la creation des intercommunalités existaient deja les syndicats de commune et que ce sont Chevemenemnt et voynet qui a reformé la territorialité.

2.Posté par ndldlp le 10/11/2011 11:27

l'intercommunalité a un sens sur un territoire découpé en région et département.
à la Réunion, elles n'ont aucune légitimité.

une seule communauté d'agglo sur l'ensemble du territoire, chiche ?! voilà ce que devrait être la réalité du terrain, afin d'éviter redondances et son pendant, la magouille.

3.Posté par Caton2 le 10/11/2011 11:45

Source: http://www.observatoirededefensedescontribuables.com/618%20384%20%E9lus.htm

Les SIVU et les SIVOM sont aujourd'hui des structures essentiellement techniques, dont les budgets, les stratégies et les axes d'interventions sont établis exclusivement ou presque par les fonctionnaires qui régissent ces syndicats. Les élus se contentent généralement d'avaliser des décisions qui leur sont soumises et aux quelles ils ne comprennent rien. (...)
Ces SIVU et SIVOM ne sont que de simples chambres d'enregistrement par des élus noyés de décisions prises à leur place par des fonctionnaires et technocrates.
Un maire attentif aura pourtant soin d'y nommer quelques-uns de ses amis pour les récompenser financièrement de quelques services rendus ou à rendre... Pour autant, et (...) pour peu qu'un maire rajoute à ses mandats celui de président du syndicat intercommunal à vocation scolaire de son SIVU, il aura tôt fait de rajouter 819 ou 968 € mensuels aux 3 924 ou 4756 € qu'il perçoit déjà. Et nous n'avons choisi là que l'exemple d'un " petit " élu, maire d'une commune modeste au sein d'une modeste communauté de communes...

Frais de représentation illimités...
En plus de leurs indemnités, les maires bénéficient de certains avantages en nature. Les frais de représentation en font partie.
" Cette indemnité a pour objet de couvrir les dépenses supportées par le maire à l'occasion de l'exercice de ses fonctions: réceptions ou manifestations de toute nature qu'il organise ou auxquelles il participe", dit la loi. Légalement, qui décide l'octroi de ces largesses ? Les conseils municipaux: Ils peuvent voter "sur les ressources ordinaires, des indemnités au maire pour frais de représentation ", dit la loi.
Mais ces budgets consacrés aux frais de représentation doublonnent avec les budgets " communication " ou événementiel que la plupart des municipalités affectent au financement des réceptions ou manifestations ". En réalité, très souvent, les frais de représentation sont un complément d'indemnité déguisé.
Des frais de représentation peuvent être alloués aux présidents de communautés et de syndicats intercommunaux.
C'est souvent le cas. L'élu qui cumule les mandats est à même de cumuler les frais de représentation, ce dont il ne se prive généralement pas.

Voyages d'agrément chaque année
Les élus locaux partagent avec les parlementaires la passion des "voyages d'étude " à l'étranger. Ceux-ci sont le fait de petits syndicats intercommunaux aussi bien que des conseils régionaux les plus puissants. Ces coûteux voyages ont un caractère annuel: aux beaux jours, les élus locaux s en vont de par le monde, parfois accompagnés de leur conjoint, pour se " former" et " s'informer ", disent-ils. Vincent Quivy, dans son ouvrage " Chers élus, ce qu'ils gagnent vraiment " (2010, le Seuil), note que 1' on voyage beaucoup dans les instances locales. Le maire du village de Barbizon (Seine-et-Marne) va au Japon, les élus de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) vont à Breda (Pays-Bas), à Courcouronnes (Essonne), on se rend en Suède, les élus du syndicat intercommunal de l'Allier (SIECA) visitent, fin mai, Palerme et Tunis. Les conseillers régionaux de Rhône-Alpes vont, dans le cadre du développement durable, observer le Brésil au mois d'avril et le pays de Galles au mois de juillet. Les élus de Saint Louis organisent des voyages d'études un peu partout dans l'Océan Indien...
Les chambres régionales des comptes, qui contrôlent les collectivités locales, sont rarement convaincues du bien fondé des arguments avancés par les collectivités pour justifier ces déplacements.

4.Posté par Bandes d'abuseurs le 10/11/2011 15:25

Merci Caton 2 pour tous ces renseignements judicieux.
Questions : A combien se chiffrent toutes ces petites récompenses d'élus ? Et que dit la loi à ce sujet ? Paye t'on les impôts pour ça ? Y a comme un gros problème, NON ?
Et quand Fillon parle d'austérité, les présidents de ces groupements de communes font quoi ? la sourde oreille et Ils continuent de plus belle, n'est ce pas ? Et nos représentants nationaux quémandent encore plus. "ça nou na droit"... un dicton local fortement utilisé.
Et si les réunionnais se sentaient un peu plus responsables !!!
A commencer par nos élus... qui dansent, dansent, dansent...

5.Posté par ndldlp le 10/11/2011 17:57

4.
qui chantent surtout..."trilaritron, j'ai pris le magot au bon"

6.Posté par Gérard Jeanneau le 10/11/2011 21:04

Et le TCO de Vergès and C° où l'on trouve quelques Verts bien rouges, a fait son plein de vice-présidents.

Plus de détails si on suit le lien ci-dessous.


7.Posté par Gérard Jeanneau le 10/11/2011 21:11

Et notre bon député, fort dynamique, Patrick Lebreton, sait mobiliser son monde pour parfaire la formation.

Encore un lien qui explique tout cela !

8.Posté par Caton2 le 10/11/2011 22:26

6. À propos des "vice-présidents"
Source:http://www.observatoirededefensedescontribuables.com/618%20384%20%E9lus.htm

La prolifération des juteuses vice-présidences
Un vice-président a, en principe, la mission de soulager le président d'un certain nombre de tâches. Mais, pour un simple élu d'une institution locale, accéder à la vice présidence, c'est augmenter fortement ses revenus aussi la fonction est-elle très convoitée. Pour contenter la plus large clientèle possible, les feudataires locaux n'hésitent pas à multiplier les postes de vice-président, la plupart honorifiques. En plus d'un président, on élit donc, dans l'allégresse, d'innombrables vice-présidents.

Plafonnement par la loi
La loi a plafonné la pro-portion des vice-présidents a un tiers des élus : ce n'est pas très contraignant... L'inflation des vice-présidences est galopante: 26 à La Rochelle, 30 dans l'agglomération de Perpignan, 32 dans la métropole lilloise, 40 dans la communauté urbaine de Lyon. Le conseil général du Lot-et-Garonnea 11 vice-présidents pour 40 élus, le conseil régional de Rhône-Alpes en a 15, le conseil général de I 'Isère aussi.... S'il n'y a pas assez de vice-présidences disponibles pour contenter tous ceux qui doivent l'être, qu'à cela ne tienne: on se rabat sur la fonction de conseiller " délégué " qui est une vice-présidence camouflée.

9.Posté par NON! le 11/11/2011 20:00

C'est aussi vrai à la CIVIS comme à la CIREST.
Entre vice présidents à gogo et nervis copains comme cochon sans cerveau payés comme des ingénieurs, ya de quoi pleurer ses impôts

10.Posté par Logique ! le 13/11/2011 14:32

Si Sarkozy s'est augmenté de 172% et les conseillers des Cinor, Cirest, TCO (gérés par la Gauche) etc... de 279%, cherchez l'erreur ! pour quelles responsabilités ?
Les mêmes mettent en avant (élément de langage de la Gauche dans les débats en direction des gogos) le taux d'augmentation du salaire du Président de la République (qui a estimé gagner moins que son premier ministre ! ). Discutable.

11.Posté par bertel le 13/11/2011 17:44

bertel
"10.Posté par Logique ! le 13/11/2011 14:32 "

Dans cette légalité qui ne profite qu'aux "zélus" ... il n'y a ni droite, ni gauche... il n'y a que des "zemprofiteurs" !!!

Mais l'exemple doit venir d'en-haut... nous savons tous ce qu'on dit du poisson dont la tête est .....

Bertel de Vacoa

12.Posté par vieutang412 le 14/11/2011 07:39

On finira par y arriver, tout doucement mais surement "ti lamp, ti lamp" nous supplanterons Naples au niveau Mafia, on va gagner, on va gagner! je pense même que l'on a déjà un petit peu d'avance.....

13.Posté par @Caton2 le 20/11/2011 18:46

Le maire de Courcouronnes ne va pas qu'en Suède, il va aussi au Canada, en Chine, aux USA, au Gabon, etc.. et cela dans le cadre de ses fonctions d'élu !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Décembre 2019 - 14:43 Quand la RATP et la SNCF sabordent la France !