Revenir à la rubrique : Santé

45% de risques en moins d’être hospitalisé à cause du variant Omicron qu’avec Delta

Très vite, des chercheurs sud-africains, premier pays où est le variant Omicron a été séquencé, avaient émis l'hypothèse que ce variant était certes plus contagieux mais aussi moins dangereux. Ce qui n'était à l'origine qu'une impression vient d'être confirmé par une étude réalisée par l'Imperial College, à Londres, publiée ce hier.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 23 décembre 2021 à 16H17

Il ressort de cette étude que le risque d’être hospitalisé à cause du Covid-19 est inférieur de 40% à 45% pour les personnes contaminées par le variant Omicron du coronavirus par rapport à celles infectées par le variant Delta.

« Dans l’ensemble, nous trouvons des preuves d’une réduction du risque d’hospitalisation pour Omicron par rapport aux infections provoquées par Delta, selon la moyenne sur l’ensemble des cas durant la période de l’étude« , ont écrit les chercheurs dans le document.

Cette enquête se base sur les tests PCR positifs effectués en Angleterre entre le 1er et le 14 décembre.

En Afrique du Sud également

Parallèlement, une trentaine de chercheurs sud-africains de sept centres de recherches différents avaient publié mardi une pré-étude sur la nouvelle souche de Covid-19, sur le site scientifique medRXiv.

Ses conclusions sont particulièrement rassurantes, même si elles n’ont pas encore été été validées par la communauté scientifique : « Selon les données, le risque d’hospitalisation dues au variant Omicron serait cinq fois moins élevé qu’avec Delta« , expliquent-ils.

Attention toutefois. Ils expliquent en même temps que ce risque moins élevé proviendrait avant tout de la « forte immunité de la population » en Afrique du Sud où une bonne partie des habitants ont déjà contracté la maladie.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.

Aurar : La plainte de la CGSS classée sans suite

Alors que le parquet a décidé de classer l’affaire et a notifié la CGSS en 2022, l’association n’a été informée de cette décision qu’en juin dernier. Une très bonne nouvelle pour l’Aurar, qui espère que la fin des investigations permette de renouer avec la confiance des patients.

Le vaccin contre le chikungunya Ixchiq autorisé sur le marché européen

La société pharmaceutique franco-autrichienne Valneva a obtenu l’autorisation de vendre sur les territoire de l’Union européenne son vaccin contre le chikungunya dénommé Ixchiq. Cette maladie transmise par le moustique tigre avait causé de nombreux morts dans l’île à son apparition en 2005.

[Communiqué] Le CHOR présente le « Jeu des Émotions péi »

Le Centre Hospitalier Ouest Réunion (CHOR) a dévoilé mercredi 26 juillet 2024 le « Jeu des Émotions péi », un jeu de cartes co-créé par des artistes réunionnaises et des enfants hospitalisés. Soutenu par plusieurs institutions culturelles et sanitaires, ce projet innovant vise à aider les jeunes patients à exprimer leurs émotions à travers l’art.