Revenir à la rubrique : Faits divers

St-Philippe : En agrandissant sans autorisation, “La Case Volcan” a joué avec le feu

Son propriétaire et gérant était jugé ce jeudi pour avoir construit sa nouvelle cuisine et agrandi sa salle de restaurant sans les autorisations nécessaires.

Ecrit par P.B. – le vendredi 03 novembre 2023 à 08H16, mis à jour le vendredi 03 novembre 2023 à 16H12
Photo d'illustration

Comme dans la plupart des infractions au code de l’urbanisme qui finissent devant le tribunal, ce sont les voisins qui ont alerté les autorités. Les constructions du restaurant Saint-Philippois empiéteraient sur le terrain du voisin sur une dizaine de mètres. Les deux propriétaires sont en litige sur le bornage des parcelles.

Reste que Honoré, le propriétaire et gérant, qui s’est basé sur le pied de chandelle et de pimpin pour ériger ses extensions, s’est soustrait aux autorisations nécessaires. La déclaration préalable à l’extension de la cuisine ne correspond pas au plan et le permis de construire pour l’agrandissement de 40m2 de la salle de restaurant n’a pas été demandé. “Je suis quelqu’un de manuel. Je peux construire de petites choses, faire la cuisine mais les papiers je ne sais pas faire”, avoue l’homme d’une soixante d’années. Une charge déléguée à un expert-comptable, assure le gérant qui a cinq employés sous ses ordres.

Me Victoria Rouxel, pour la défense de madame, poursuivie pour les mêmes infractions, fait valoir une entreprise individuelle appartenant à Monsieur pour laquelle Madame ne sait pas grand-chose. Surtout, l’avocate rappelle que le cadastre ne vaut qu’en matière fiscale et que seul le bornage fait propriété et que là, il n’y en a pas.

La situation peut être ainsi régularisée, place la défense d’Honoré, malgré la volonté ferme des voisins de ne pas vendre la partie sur laquelle son client a empiété puisqu’on ne sait pas à qui appartient cette partie du terrain. Pour les infractions en tant que telles, l’avocat demande une sanction “proportionnée” face à la demande du parquet de “venir détruire une institution réunionnaise”, plaide-t-il.

Les deux avocats ont été entendus. Madame a été relaxée, Honoré a été condamné à une amende de 3.000 euros dont la moitié avec sursis pour les constructions sans autorisations. Le litige de bornage devant se régler au civil, la présidente du tribunal a demandé une mise en conformité des constructions dans un délai de 6 mois sous peine de 200 euros d’amende par jour de retard.

La constitution de partie civile et les demandes de dédommagement du voisin ont été jugées irrecevables.

Partager cet article
S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
cmoin
27 jours il y a

Encore une justice à la ramasse!
Il faut détruire ce qui a était fait sans authorisations!

Loulou
Répondre à  cmoin
26 jours il y a

Peut être que les magistrats en charge du dossier se régalent gratuitement dans ce petit restaurant du Tremblet !!! Il n’y a pas de petits profits en ce bas monde malgré des salaires 53% supérieurs à ceux de leurs collègues en poste dans l’hexagone.

jo cazanove
Répondre à  Loulou
26 jours il y a

Ne pleurez pas pour ce petit litige , pleurez sur la dette de la RNL 1 milliard à payer les grosses sociétés qui ont bosser sur cette route il y a litige avec la région Réunion donc le quoi qu’il en coûte c’est pour notre pomme! Ce restaurateur n’est qu’un petit .

Judge DreDD 💀
26 jours il y a

Construire sans permis pourquoi pas, mais sur une partie du terrain d’un autre avec qui vous avez un litige justement sur le bornage du terrain hum hum ben le père noël ça n’existe pas ! Il est culotté le mec !

valeo
26 jours il y a

Pouquoi les autorisations, c’est comme les permis de construire…Nou lé ché nou té, sa ta nou sa 😉

Bois rouge
26 jours il y a

Et celui de l ancien président de la cinord
Personne ne dit rien
Comme celui de St Paul on détruit vingt ans après
Et tous les jours ont tire la sonnette d alarme pour le manque de logements
Encore une justice a deux vitesse

Isa
26 jours il y a

Mal o qui…cela ne m,étonne pas…

Superman
26 jours il y a

Et la grosse villa sur les hauteurs de grand fond a St Gilles les bains qui n’est pas dans les normes on dit rien .honoré t aurait du être avocat comme ce grand homme.deux poids deux mesures

Dans la même rubrique

Tir de gomm-cogne à Saint-Philippe : 4 ans de prison pour l’auteur

Arrivé libre au tribunal, Jean-Donovan P. l’a quitté pour se rendre directement en prison. Reconnu coupable dans l’affaire du tir de gomm-cogne contre un jeune homme en mars 2022, il a été condamné à quatre ans de prison, dont un en sursis probatoire, avec mandat de dépôt.

Le procès du tir flash-ball St-Philippe se déroule ce mardi

Jean-Donovan P, le tireur supposé du tir de flash-ball qui a grièvement blessé un jeune homme le 18 mars 2022 à Saint-Philippe, est jugé ce mardi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre. Il est poursuivi pour violences avec usage d’une arme, une qualification que conteste la défense.