Revenir à la rubrique : Mayotte

La délégation mahoraise pour les jeux des jeunes de l’océan Indien rassemblée avant le grand départ

Composée de 92 participants dont 50 sportifs répartis en trois disciplines, la délégation mahoraise s'est réunie afin d'entendre les consignes ce 26 novembre dernier.

Ecrit par NP – le mercredi 30 novembre 2022 à 11H33

Du 4 au 12 décembre prochains se tiendront les Jeux des Jeunes à l’Île Maurice, réunissant les délégations des membres de la Commission à la Jeunesse et au Sport de l’Océan Indien (CJSOI), à savoir La Réunion, Mayotte, Dijbouti, l’Île Maurice, les Seychelles, Les Comores, Madagascar.

La délégation mahoraise sera composée de 92 participants dont 50 sportifs répartis en trois disciplines : le beach-hand, le futsal et la pétanque; et 12 jeunes en concours culturels à savoir spectacle musical, assemblée des jeunes et e-sport.

L’encadrement de la délégation est assuré par la DRAJES avec la participation du CROS. Tous les participants ont été rassemblés pour entendre les consignes le 26 novembre dernier au matin à la MJC de Mtsapéré. 

Le président du Conseil départemental, le recteur de l’académie et le secrétaire général de la préfecture ont inauguré ce temps fort d’union avant le départ effectif qui se fera le 2 décembre au matin pour une aventure remplie d’échanges, d’émulation et, souhaitons-le, de nombreuses médailles. 
Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Il faut peut-être en tuer » : Le vice-président du Département de Mayotte condamné à 3 mois de prison avec sursis

Salime Mdéré était jugé pour avoir déclaré en direct sur une chaîne de télévision publique mahoraise « Il faut peut-être en tuer » au sujet des délinquants qui affrontaient la police lors de l’opération Wuambushu. Trois mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende avaient été requis. Le tribunal a décidé d’aller au-delà des réquisitions et le condamner à trois mois de prison et 10.000 euros d’amende pour provocation publique.