Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Dan’ karo kan’, li lé kom’ in zoli manzelle !

Kom’ i fèt jordi lo patrimoine, mi vé rakont’ a zot tout’ mon zistoir.Dopi la rassass’ a mwin dan’ in ta rob’ kan, la coup’ a mwin è la mèt’ dan’ la tèr, po arriv’ en sick dan’ zot café. Antouléka, sa la été in somin malizé, po travayèr bitasion mé osi po travayèr tabisman.. […]

Ecrit par Jean Claude Comorassamy – le dimanche 17 septembre 2023 à 16H53

Kom’ i fèt jordi lo patrimoine, mi vé rakont’ a zot tout’ mon zistoir.Dopi la rassass’ a mwin dan’ in ta rob’ kan, la coup’ a mwin è la mèt’ dan’ la tèr, po arriv’ en sick dan’ zot café. Antouléka, sa la été in somin malizé, po travayèr bitasion mé osi po travayèr tabisman..

Zistoir manzelle dosick komense. In jour, bana la décid’ fé a mwin in pié de kan, rakont’ manzelle do sick. Zot la koup in morso kan avek son zié, la fouye in trou é la mèt’ à mwin do dan, aprè zot la arbous’ lo trou.

Mal gré dan’ malizé, ek dan’ fé nouar, dé troi jour pli tar, ma l’artrouv’ la limière, kan ma komense tir mon tèt sou la terr’. La lété gayar, avèk la pli, lo soleil, mwin lété vréman kontan de grandir.

Avec lo tan, pi ti lamp ti lamp ma fini par dev’nir un gadiam piè kan’. Kom’ in zoli manzelle, sék’ band’ travayers bitasion la di dosi mwin.

Zoli kom in’ zoli pyéd bwa, avek mon rob’ tout’ vèr ki envelop’ tout’ mon kor. Mé lo tan l’arivé, mwin la fini par larg’ mon flèr, é mwin lété fièr. Kar lo tan osi larivé po ké bana, i gard’ la kantité dosick, mwin nana dosou mon rob’.

Aprè zot la enlèv tout’ mon rob’, é la separ’ a mwin de mon razine a kou sab’. La mèt a mwin dan’ in’ zoli sarèt bèf, po désen’ lizine, ki apèl tabisman Stella.

Arriv’ en ba dan’ lo bèl sarèt, bana la mèt à mwin dosi in tapi roulan, po amèn a mwin dan’ in promié machine, jiska lo sinkième po perce à mwin é enlèv tout’ mon ji. Aprè mon ji la été condui dan’ in gro tiyo ver in gran bak.

La, la laiss’ a mwin arposé dan’ se gran bak en fèr po ké mi dékante pendan plisièr zèr.

Aprè la anvoye dan’ in takon sodière po enlèv tout’ dolo, é la sof a mwin180 dogré jiska mi arriv’ en siro.

Dan’ in not’ tiyo, la envoye a mwin enkor, dan’ dote zappareil pour ké lo siro i cristallise en masse cuite. Aprè, lo ban’ masse cuite la été essoré, po sépar’ lo sick é lé reste ké la veni an mélasse.

Apré, lo sick la été mi dan’ in ote zappareil po fé sec à mwin. Po fini, lo sick sora mi dan goni è fermé, sargé à la tèt jiska lo camion, è depuis stocké dan’ silo.

Voila mon zistoir nomé manzelle dosick lé fini. Mé kan zot va mèt a mwin dan’ zot lé/café lo matin, oubli jamé ban’ travayèr bitasion ek travayèr tabisman, sé zot nou vré patrimoine à la Réinyon !

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
21 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Connaître l’Histoire, c’est prendre du recul pour mieux aller de l’avant

La campagne pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet 2024 est venue nous rappeler l’importance fondamentale du travail d’histoire à mener dans nos sociétés pour qu’elles puissent rester démocratiques. Les propos du maire de la Plaine-des-Palmistes, chef de file du Rassemblement National à La Réunion, tenus le 18 juin à l’antenne de Réunion La 1 ère, ont provoqué une vague de réactions indignées, dont celles de candidats de son propre parti. Pour Johnny Payet, qui explique que « l’esclavage était une façon de vivre avant, il y a des années et des années », une conclusion s’impose : « aujourd’hui on ne doit plus parler d’esclavage ». Ces déclarations décomplexées du fait d’une situation de crise politique ne sont ni à prendre à la légère, ni le témoignage d’une pensée isolée. L’idéologie portée par le discours de cet homme politique n’est en rien un « détail de l’histoire ».

Devoir de mémoire obligatoire ?

Le maire RN de la Plaine des Palmistes a, semble-t-il, réalisé l’unanimité de la classe politique contre lui en prenant position contre l’idée d’un devoir de mémoire qui l’obligerait personnellement à fêter le 20 décembre. La revendication de cette liberté individuelle lui a valu un déferlement de réactions hostiles auquel même des candidats du RN ont participé. Ainsi, mis à part l’antisémitisme, Johnny Payet s’est trouvé accusé d’à peu près tous les pires travers qu’on puisse reprocher à un homme politique. Cette prodigieuse diversité des griefs portés contre lui garantit qu’il est vain d’espérer un fondement rationnel à ce qui apparaît avant tout comme un débordement émotionnel collectif contre l’homme à abattre du moment. Traditionnellement on parle de lynchage médiatique et, en l’occurrence, le terme ne semble pas usurpé.

Jardin des merveilles : l’expérience de Bangalore peut-elle faire éclore un aéroport Guerlain sur l’Arc Atlantique ?

Dans la célèbre plantation Guerlain de Mayotte, « jardin archipel » du canal du Mozambique ; se trouve à quelques centaines de mètres du centre de Combani l’une des plus importantes plantations d’Ylang-Ylang, la fleur qui a révolutionné le parfum, ainsi que des épices comme les clous de girofle et la vanille. Alambics, distillat d’essences, allée de cocotiers … Entre nature et architecture, l’univers de la parfumerie peut-il servir de laboratoire d’inspiration et de décarbonation de l’aviation du XXIème siècle ?