Politique

L'AJFER marche et distribue pour Mélenchon

Mercredi 11 Avril 2012 - 17:54

L'AJFER marche et distribue pour Mélenchon
Les jeunes de l'AJFER (Alliance des jeunes pour la formation et l'emploi à la Réunion) étaient cet après-midi dans les rues du centre-ville de Saint-Pierre pour distribuer des tracts et tenter de rallier quelques électeurs à la cause de Jean-Luc Mélenchon, candidat du font de gauche aux élections présidentielles.

Pour Gilles Leperlier, le président de l'association, cette opération vise à sensibiliser les électeurs sur les propositions de Jean-Luc Mélenchon et notamment sur le "SMIC à 1700 euros, la proposition phare" du candidat selon lui.

L'AJFER ambitionne de clarifier cette proposition auprès des Réunionnais et de démontrer que c'est possible. Le président de l'AJFER en est convaincu, "il y a de l'argent en France (...) Il faut un partage de la richesse et c'est ce que prône Jean-Luc Mélenchon. Aujourd'hui, augmenter le SMIC à 1700 euros, ça ne coûte que 30 milliards d'euros. Il faut se mobiliser en masse pour l'élection du 22 avril qui est capitale pour l'avenir de la Réunion et de la France".

Un salaire-maximum à 360.000 euros par an

Outre cette conséquente augmentation du SMIC, les jeunes de l'AJFER défendent l'idée d'un "salaire maximum fixé à 360.000 euros par an soit 20 fois le SMIC et là aussi, ce serait des milliards d'euros récupérés pour financer le SMIC à 1700 euros", lance le président de l'AJFER.

Pour les très petites entreprises, Gilles Leperlier évoque la création d'une caisse de solidarité afin de les aider à mettre en place cette augmentation de salaire eu sein de leur entreprise. Pour l'AJFER, un salaire minimum à 1700 euros ne permettrait pas d'épargner mais de relancer la croissance par la consommation et de créer de la richesse en France.

Après Saint-Pierre, les jeunes militants doivent se rendre à Saint-Louis. Ils ont prévu de distribuer prochainement 100.000 tracts et 10.000 auto-collants.

Lilian Cornu
Lu 1389 fois



1.Posté par donchoa le 11/04/2012 19:49

Je travaille dans une TPE où chaque mois le patron doit faire des miracles pour arriver à 'sortir' les salaires. Allez lui expliquer comment passer le smic à 1700€, ça l'intéressera! Mélenchon fait de la pure démagogie en se basant sur les entreprises du CAC 40, qui comme son nom l'indique, ne compte que 40 entreprises. Mais la réalité est que la France est composée de MILLIONS de PMI PME, comment fait-on pour celles-là?

2.Posté par Melenchon viens le 11/04/2012 20:14

Hier Melenchon a ete superbe sur France inter en expliquant le smic a 1700 euros. Il a mouché les arguments de patrick Cohen et puis ceux de bernard Guetta.

la performance magistrale a été rapportée sur Arret sur images:

3.Posté par michel le 11/04/2012 20:42

Mélenchon ? Mélenchon ? C'est pas lui qui est cité dans cet article de Libé d'avril 2000 ?
http://www.liberation.fr/societe/0101331937-jean-luc-melenchon-veut-oublier-la-sages://
Contrairement à ce qu'affirme le post 2, Mélenchon ne pas été très convaincant face à Patrick Cohen sur France Inter, notamment sur la question du travail à temps partiel, sujet qu'il maîtrise apparemment assez mal.

4.Posté par Révolution! le 11/04/2012 22:08

A Donchoa. Le smic à 1700 est motivé par la nécessité d'établir un véritable partage des richesses. Il faut 30 milliards d'euros pour augmenter le SMIC à 1700€ brut.

Au cours des 25 dernières années, dix points de la richesse totale produite en France sont passés de la poche des producteurs (travailleurs) à celle des rentiers. Cela représente 193 milliards d'euros/an.

Aujourd'hui le capital est taxé à 18% pendant que le travail l'est à 42% environ. En taxant pareillement le capital et le travail, cela rapporte 100 milliards d'euros par an!

Depuis 1998, le revenu moyen des 0,01% les plus riches a augmenté de 51%, ils s'agit de 6 000 personnes. Pendant ce temps, pour 90% des salariés, l'augmentation a été de 3,1%, ils sont 23 millions.

ALORS L'ARGENT EXISTE, IL FAUT JUSTE LE RÉCUPÉRER!

Dans les années 80, le SMIC était à 4.000 Francs. Et avec cette somme, on pouvait s'acheter 1300 baguettes. Aujourd'hui, avec le SMIC, on ne peut en acheter que 1000 ! Le SMIC a donc perdu 300 baguettes, soit 30% de sa valeur.

Enfin, le SMIC d'aujourd'hui c'est juste 119 euros au-dessus du seuil national de pauvreté.

Comment vivre avec 1 100 euros/mois?N'y- a-t-il pas un problème dans le partage des richesses? Comment accepter que quelques milliers s'en mettent plein les poches pendant que des millions de personnes ne vivent plus mais essayent de survivre?

Le SMIC à 1700€, ce n'est autre que l'application qui aurait du être fait depuis des années suite à l'augmentation du coût de la vie.

Quand on gagne plus, on consomme plus, du coup se sont des carnets de commandes qui se remplissent à nouveau, de l'activité qui se créée donc de l'emploi, des salariés contents et le parton de la petite entreprise aussi.

Le Front de Gauche plaide aussi pour la mise en place d'un salaire maximum dans l'entreprise et au niveau national. Pas plus de 360 000€/an et l'écart entre le plus petit et le plus grand salaire ne peut etre supérieur à une échelle de 1 à 20.

Se pose alors la question de la transition entre le moment où le SMIC sera augmenté et le moment où il y aura les effets concrets sur l'économie.

Pour cela, le FG propose la mise en place d'un pôle public bancaire afin d'aider financièrement à taux zéro ou très bas les entreprises. Il faut savoir au passage, que les charges patronales qui pèsent le plus aujourd'hui sur les entreprises ne sont pas les cotisations sociales patronales mais les charges financières suite aux prêts engagés auprès des banques.

La mise en place d'une caisse de solidarité active a aussi été pensée afin dans un premier temps d'aider les petites et très petites entreprises à financer le SMIC à 1 700€. Cette caisse sera financé par un prélèvement exceptionnel sur la trésorerie des grandes et très grandes entreprises dont les bénéfices annuels avoisinent les 40 milliards d'euros et dont la trésorerie de celle-ci est à ce jour de 170 milliards d'euros.

La CSP sera financée, sur le long terme, par les cotisations des entreprises : une part plus élevée pour les grandes et les très grandes entreprises, et moindre pour les autres. Gérée par les salariés, les entrepreneurs, les Collectivités territoriales et l’Etat, la CSP sera structurée en Caisse Nationale, Caisse Régional et Caisse primaire, sous le contrôle de la Caisse des Dépôts. Les objectifs de la CSP seront de soutenir les entreprises qui ont des difficultés financières provisoires en négociant pour elles avec les banques. La CSP pourra également apporter son aide sous forme de capital, moyennant un droit de vote, un accès aux dividendes, voire une prise de contrôle si nécessaire, car la CSP peut s’opposer à la liquidation d’une entreprise et en assurer la reprise. La Caisse de Solidarité Productive est autofinancée par les entreprises elles-mêmes et l’Etat n’a pas à débourser un seul centime pour la faire fonctionner.



C'est un peu long mais j'espère vous avoir apporté des réponses. Changer le système dans lequel nous sommes n'est pas une chose facile mais ce n'est pas impossible. Nous devons le faire, parce qu'on ne vit plus on survit, parce que trop de choses ne tournent pas rond.

Ceux qui sont à la direction du pays aujourd'hui continueront de nous dire "c'est la crise, on y peut rien, il faut vous serrer la ceinture", ils ont tout intérêt à le faire. Avec Mélenchon nous pensons que ceux-là doivent s'en aller et que le peuple doit reprendre sa place. L'humain d'abord.

5.Posté par Les sous de MELENCHON le riche le 12/04/2012 00:32

Monsieur JEAN-LUC MELENCHON

DEPUTE EUROPEEN (depuis 2009 représentant du Sud Ouest) :

Sans complexe, il reçoit chaque mois :

Une indemnité parlementaire 7665 € brut soit 5 963 € net + une indemnité de frais généraux 4202€euros + une indemnité journalière de subsistance de 298 € + les frais divers : téléphone, avion, SNCF,etc…

Soit, au total pour son mandat de député européen :

5 963 € net + 4202 € + (298 € x 30) = 19 105 € netpar mois + bien sûr, les frais de transport.

SENATEUR de L’ESSONNE :

Sans gêne (aucune), il reçoit aussi chaque mois :

Indemnité parlementaire 5.514,68 € brut + indemnité de résidence 165,44 € brut + indemnité de fonction 1420,03 € brut + indemnité représentative de frais de mandat de 610 € + les frais d’avion, de taxi, de SNCF, de téléphone, de poste, etc...

Soit, au total estimé pour son mandant de sénateur : 17 000 € net par mois.

TOTAL MANDAT EUROPEEN ET MANDAT DE SENATEUR : 36 105 € par mois !

Soit, 433 260 € euros par an (360 fois le SMIC !)

Ceci sans compter quelques autres bricoles… En effet, ce gauchiste misérable a été conseiller, puis adjoint à MASSY, puis vice président du ConseilGénéral de l’Essonne, et qui sait si ce monsieur a un jour travaillé, c'est-à-dire « travailler vraiment »(embaucher le matin et débaucher le soir) pour avoir un salaire dans une entreprise, (il faut expliquer car nos parlementaires ne savent pas de quoi il s’agit)...et dans ce cas, il devrait percevoir quelques retraitesen plus... ?!

Autre particularité de cet homme « près du peuple » : Il est sénateur de l’ESSONE et député européen duSUD OUEST … Un grand écart géographique mais aussi, un grand écart idéologique entre ses idées de prolo révolutionnaire et son train de vie seigneurial.

La prochaine fois que vous verrez ce guignol à la Télé en train de vomir sur les Français qui ont de gros salaires ou ceux qui ont réussi, rappelez vous que ce monsieur est un monument d’hypocrisie à deux pattes... une imposture vivante !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter