MENU ZINFOS
Société

Elle se bat pour renouer des liens avec sa fille, endoctrinée par une "secte" à Maurice


Sur fond de conflit familial, la fille de Sabrina a été endoctrinée depuis ses 5 ans par la CTMI, un mouvement pentecôtiste subversif basé à Maurice. Si elle dénonce un "lavage de cerveau", la mère esseulée espère renouer des liens avec son enfant, devenue majeure.

Par - Publié le Vendredi 24 Juillet 2020 à 10:29 | Lu 5988 fois

"Je veux juste pouvoir lui parler normalement". Cela fait de longues années que Sabrina se bat pour avoir des contacts avec sa fille, que l'on appellera Elodie, endoctrinée par la CTMI (Church Team Ministries International) basée à Maurice. Et c’est à sa propre famille qu'elle doit s'opposer : à sa mère, la grand-mère d'Elodie, et à sa soeur, la tante. Sa fille, aujourd’hui majeure, vit sous leur toit depuis ses cinq ans, sous les règles de l'Eglise Chrétienne (l'autre nom de la CTMI).

La CTMI est un réseau pentecôtiste fondé par un pasteur et sa femme, Miki et Audrey Hardy, dont les pratiques dénoncées comme sectaires ont fait couler beaucoup d’encre. C’est après avoir survécu à un grave accident que la mère de Sabrina, Mauricienne, se rapproche de l’Eglise Evangélique Missionnaire de Chaville, partenaire de la CTMI (sur notre île, la CTMI dispose aussi de relais, avec l'ACMIR, l'Assemblée Chrétienne Missionnaire de la Réunion). La famille vit alors dans le Sud de la France.

"Ça se passait très mal avec ma mère", raconte Sabrina. Adolescente, elle part à Maurice poursuivre ses études, où elle est logée chez des membres de l'Eglise Chrétienne. Mais c’est au moment de l’affaire Alladee, scandale qui a ébranlé l’Eglise Chrétienne, soupçonnée à l'époque d’avoir participé à un "kidnapping" d’enfants. "J'ai refusé de suivre leur enseignement religieux le jour où j'ai entendu les rumeurs au sujet du départ des enfants Alladee en Afrique du Sud. La fille était ma meilleure amie", retrace-t-elle. "J’ai retourné ciel et terre pour la retrouver". Ses investigations ne sont pas appréciées, et Sabrina est renvoyée en France.

"Je ne la reconnais pas"

De retour dans l’Hexagone, en raison de grosses tensions familiales, Sabrina quitte le domicile pour aller vivre chez des amis. "J’ai appris qu’ils avaient déménagé à Maurice, sans rien me dire", se souvient-elle être tombée des nues. Elle roule alors sa bosse, vit de petits boulots, et rencontre le père de sa fille, laquelle naîtra en 2001.

Peu après, sa mère reprend contact en raison d’un décès dans la famille et lui suggère de venir à Maurice. Sabrina, qui vient de se séparer du père d'Elodie et dispose de la double nationalité, y voit une opportunité de ressouder les liens familiaux. Une décision qui aura du mal à passer pour le papa, bien qu’elle affirme avoir aujourd’hui tout son soutien dans ses démarches. "Ma famille avait besoin de ma présence pour léguer des biens familiaux, ma mère m'a retrouvée pour ça, je l'ai su en arrivant à Maurice", reproche-t-elle.

Là-bas, toute la famille vit dans le domicile légué à sa sœur. Mais Sabrina explique ne pas y être la bienvenue. Elle décide donc de prendre le large avec Elodie, mais sa mère et sa sœur préviennent la police pour espérer récupérer l'enfant. "Elles disaient que je la maltraitais. On a été trop matraquées, ma fille avait peur de la police. Je n'ai pas eu d'autre choix que de la laisser à ma mère pour faire cesser tous ces contrôles. J'ai promis à ma fille que je me battrai pour elle".  

L'Eglise Chrétienne organise de nombreux événements, à Maurice et ailleurs. (Photo : Facebook CTMI)
L'Eglise Chrétienne organise de nombreux événements, à Maurice et ailleurs. (Photo : Facebook CTMI)
Puis, elle tombe malade, et doit partir en France se faire soigner. "À la demande de ma mère, j'ai signé un papier disant que je lui laissais ma fille pour aller me faire soigner à l'étranger. Je le regrette profondément", exprime celle qui martèle : "Je ne l'ai pas abandonnée". Si Sabrina n’a jamais fait de demande de visa pour Elodie, elle suppose que sa mère l’a fait à sa place, utilisant son identité.
 
Après avoir été soignée, nouvelle épreuve pour Sabrina, qui raconte avoir été "expulsée illégalement en pleine trêve hivernale". Relogée, elle indique ne pas avoir pu quitter la France, les services de la préfecture l'ayant mise en garde sur le risque de perdre l'intégralité de ses droits au relogement. "Un avocat m'a fait un document que j'ai soumis à toutes les administrations. Le document expliquait la situation de ma fille et que ma situation locative actuelle ne me permettait pas d'aller à Maurice." Un papier qui rappelle au passage qu'Elodie est mineure et que ses droits "doivent être protégés par le gouvernement français"
 
Pendant tout ce temps, les maigres échanges qu'a Sabrina avec sa fille passent par sa mère ou sa sœur. Lorsqu’elle retrouve une stabilité, Elodie a déjà subi un "lavage de cerveau". "Quand elle me parle, je ne la reconnais pas". Elle décide alors de ne pas aller la chercher "de force", craignant les réactions de sa mère et de sa sœur.
 
La crainte d'un mariage arrangé

Pour tenter de sortir sa fille des griffes de la CTMI, Sabrina a frappé à de nombreuses portes. "En 2015, j’ai alerté le 119", explique-t-elle. Mais aussi l’ambassade, le commissariat, des associations comme la Miviludes, l'ADFI et le Gemppi, la CRIP, le défenseur des droits, le ministère des Affaires étrangères mais aussi le ministère de la Justice. "J’ai tout fait", assure-t-elle. En vain. Jusqu’à octobre 2019. "J’ai été convoquée par un commissariat de ma localité pour me présenter dans le cadre d’une audition", informe-t-elle. "La demande venait du procureur suite à une saisine du ministère de la Justice". 

Lorsqu’elle en parle avec sa famille, elle reçoit un appel de sa fille. "Elle m’a proposé qu’on redevienne une famille unie à condition que j’abandonne la procédure", rapporte Sabrina. Hors de question, pour celle qui tient à mettre les dérives de la CTMI en lumière, et aimerait que son histoire permette au moins à d’autres cibles d’éviter le piège. Elle est d'ailleurs soutenue par le Concerned Parents Group, qui sensibilise sur les "groupes religieux malsains" et regroupe des parents dans son cas, les familles touchées étant nombreuses.

Aujourd’hui, Sabrina sait qu’elle ne peut plus forcer Elodie, 19 ans, à rentrer en France. Déplorant qu'elle n'ait "pas obtenu ses diplômes", elle n’a qu’une crainte : qu’elle fasse les frais d’un mariage arrangé. "Elle n’a plus de passeport ni de visa étudiant, elle est en situation irrégulière", suppose celle qui redoute même qu’une union ait déjà eu lieu. 

"Si je suis pour ma famille une simple raison administrative qui permet à ma fille de rester sur le territoire, je ne veux pas cautionner le plan d’Audrey Hardy et je sollicite publiquement la déchéance de ma nationalité mauricienne", exprime-t-elle avant de confier :"Le père et moi nous sommes tous les deux dépassés par cette situation. Nos souhaits sont de pouvoir rattraper le temps perdu, retrouver une complicité avec notre fille".

Épuisée par son combat, Sabrina reproche aux autorités françaises et mauriciennes leur manque d’implication. "Je souhaite que le gouvernement mauricien puisse coopérer avec le gouvernement français", déclare-t-elle, réclamant au gouvernement mauricien la commission d'enquête qui n’a jamais abouti en 20 ans.

La CTMI au cœur de plusieurs scandales

Le premier scandale dont nous avons connaissance remonte à l’affaire Alladee, en 1997. Des enfants, disparus à Maurice, sont retrouvés au Zimbabwe, chez des membres de la CTMI. L’ASPA (considéré à l’époque par la presse mauricienne comme "l’agent recruteur" de l’Eglise Chrétienne) et la CTMI sont dans le viseur. Sous la pression, le premier gouvernement de Navin Rangoolam accède à la demande d’instauration d’un Select Comittee (commission d’enquête). Mais les travaux ne seront pas poursuivis après la dissolution du parlement.

Miky Hardy en pleine prêche (capture vidéo Youtube)
Miky Hardy en pleine prêche (capture vidéo Youtube)
Autre scandale, début des années 2000 : il est reproché au numéro 3 du gouvernement, Xavier-Luc Duval, d’être particulièrement proche de la fille Hardy, Carole, nommée conseillère du ministre. Ce qui aurait permis à la CTMI d’infiltrer l’appareil étatique.
 
Quelques années plus tard, c’est l’affaire Steeve Goddard qui remet les pratiques douteuses de la CTMI sur le devant de la scène. Ce père de famille a passé des semaines à Maurice pour retrouver sa fille qui avait quitté l’Afrique du Sud pour rejoindre l'Eglise Chrétienne à Maurice.
 
En 2009, le leader de l’opposition Paul Béranger dénonçait dans la presse mauricienne des "ramifications multiples entre le PMSD  (parti dont le leader est Xavier-Luc Duval, ancien ministre du Tourisme, ndlr), la Tourism Authority, Events Mauritius et l’Eglise Chrétienne" qu’il qualifiait de secte et annonçait la préparation d’un dossier. Mais aucune suite n'a été donnée. De son côté, l'église catholique a aussi qualifié la CTMI de secte.

Selon l'avocat Jean-Claude Bibi, cité par l'Express de Maurice, l’Union européenne a confirmé que l’APSA (Association pour la promotion de la santé) et d’autres organisations en lien avec la CTMI ont bénéficié injustement du Decentralised Programme of Cooperation (DPC) de l’Union Européenne, "alors que ces fonds auraient pu aller à d’autres ONG plus méritantes."

En réalité, la CTMI entretient des liens étroits avec de nombreuses entités. Une pieuvre qui pilote sociétés et organisations. L’ONG Ti Rayon Soleil (qui "vient en aide aux enfants et aux personnes vulnérables, vivant dans des poches de pauvreté" selon ses termes) dont la marraine est l’ancienne joueuse de tennis Marie Pierce, est un exemple. Sous couvert d’humanitaire, l’Eglise Chrétienne est accusée de pratiquer le prosélytisme et l’endoctrinement, les enfants faisant partie des proies faciles. Un rapport américain (le trafficking report) place d'ailleurs l'île sœur dans les mauvais élèves en matière de lutte contre le trafic humain. Mais à Maurice, où les lobbies religieux sont puissants, la CTMI n’est pas considérée comme une secte.


Marine Abat
Journaliste - En charge du secteur Ouest - Fortement attachée aux valeurs du développement durable... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Samwinsa le 24/07/2020 12:45

Donc, depuis 13 ans elle la pa vu sa fille, et là, elle i ve renouer les liens??
Elle la laisse sa fille avec la grand-mère. Elle la donc pa jouer le rôle de maman.
Pokwé la pa batay plus ke sa en 13 ans??

2.Posté par IXE le 24/07/2020 13:00

Curieux article à charge.

Le point de vue moins partisan d'un ethnologue, avec des explications plus claires: https://bboutter.blogspot.com/2009/12/leglise-chretienne-de-curepipe-suite.html

Des précisions intéressantes pour mieux cerner: https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/sa-fille-est-retenue-dans-une-secte-pendant-1711-jours-je-nai-pas-eu-de-nouvelles/ar-BB15bAGU

Savons-nous le fond de l'histoire ?

3.Posté par tiquedalle le 24/07/2020 11:46

wow!! ca fait bien longtemps que je n'avais pas entendu parler d'eux !!
J'ai grandi au sein de cette "eglise" (14 ans), j'ai fait la quête dans les rues de curepipe à l'âge de 8 ans pour APSA avec des boîtes de conserve où ils collaient les photos d'enfants souffrant de maladies, et c'est vraiment la dernière chose que je souhaite à quelqu'un. On en ressort brisé pendant plusieurs années.
Ils ont le "droit" de regard dans votre couple et dans la façon dont vous éduquez vos gosses.
J'en ai longtemps voulu à mes parents mais avec l'âge on comprend qu'eux-mêmes n'était pas conscients de tout ça.
Courage à cette maman.

4.Posté par Yves TEROUINARD le 24/07/2020 16:02

Les parents ont des droits et devoirs envers leurs enfants.
Les enfants devenus adultes, les parents ont encore des devoirs, pas des droits.
L'amour ce n'est pas "pense comme moi" ; mais de respecter ses choix, même, surtout, ils sont différents des siens.

5.Posté par zoum le 24/07/2020 16:12

Mivilude qui a été vidée de sa substance récemment sous la pression de proche de notre cher président alors qu'ils étaient dans le collimateur de cet organisme.

6.Posté par moktar le 24/07/2020 16:25

tiquedalle
not de ou la du faire la quete ensenble t la ou la fais releve souvenir
et cette ou dit les vrais quand ou sote endant la ou les briser

7.Posté par moktar le 24/07/2020 16:37

tiquedalle ou rapelle quand t sava maurise pout prier pandant 1 semaine apres t sa dans un lhotel un autre semaine ppous fe la fete
quand demoune t fe pas comme zote t veut envoye azote maurice pout change zote coeur
ote na pouin un legise malefique comme ca
jusqua aujourd hui mi porte les sequelle de zote lavage de cerveau de lenfance de merde que zote la fais vivre a mouin
aller je megare les pas trop bon quand i ar pense tout ca la

8.Posté par Cbon le 24/07/2020 17:09

Les évangélistes c comme les nionnais ils te disent et te font croire complètement le contraire de ce qu'ils pensent....

9.Posté par popol le 24/07/2020 18:53

Faite ce que je dis ne faite pas ce que je fais ! Ces personnes sont bien lotis, ils ont pignon sur rue, ne paye pas d'impôt parce - que sous la loi 1901 et ils ne sont les seules, le peuple les offrent tout
leurs salaires etc...

10.Posté par TICOQ le 24/07/2020 19:07

Toutes les "Eglises" sont des sectes, quoi qu'on en dise (groupe organisé de personnes qui ont une même doctrine au sein d'une religion).

11.Posté par The Island le 24/07/2020 20:40

Une ile paradisiaque des gens gentils , athlétiques comme dans le film
du meme nom ...( the island )
tout les ingredients etaient la pour le paradis sur terre
malheuresement ,
la réalitéé une fois les apparences mises de cotés
est bien plus sinistre
Tout ce qui ne reconnaitront pas leur ile
et qui tiendront des propos a l encontre de cette derniere
et qui ne feront pas l
apologie de Maurice et de leur ile
se verront traquer par une milice corrompus puis
embrigader dans une secte afin que le programe
de rééducation national " normalise " tout individus déviant .
Trève de scenario de film ou parfois la fiction rejoint la réalitée ou du moins
s en rapproche bon courage a cette maman

12.Posté par Ouais... le 26/07/2020 07:49

Si la secte a éloignés, la secte peut rapproché...

13.Posté par scrupulus le 26/07/2020 15:37

tout simplement incompréhensible !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes