Revenir à la rubrique : Social

Vivant dans un logement insalubre, elle doit choisir entre la rue et la santé de ses enfants

Une habitante du Chaudron, enceinte de 6 mois, a dû fuir le logement social où elle vivait pour la sécurité de ses enfants. L’appartement, totalement insalubre, met en danger l’un de ses fils gravement malade. Elle s’est réfugiée chez le père de ses enfants qui doit perdre son logement dans deux mois. Sans solutions, elle lance un appel à l’aide.

Ecrit par – le lundi 17 mai 2021 à 11H38

C’est un véritable cri de détresse que lance Marie-Judith Tincor. Cette habitante du Chaudron fait des démarches depuis 2 ans pour signaler auprès de la SODIAC l’état d’insalubrité de son logement. Malgré l’intervention d’Érick Fontaine, l’administrateur de la Confédération nationale du Logement, une inspection de la CAF qui a confirmé l’état d’insalubrité du logement et l’assistante sociale mandatée par le tribunal, rien ne bouge.

L’humidité et la moisissure sont omniprésentes. Situées au rez-de-chaussée, les eaux usées des appartements supérieurs s’infiltrent dans le logement. Les installations électriques sont dangereuses et son fils de 4 ans s’est déjà pris une décharge électrique. Ce dernier est en danger constant à l’intérieur puisqu’il souffre d’épilepsie, d’asthme et d’une maladie pulmonaire. Il a déjà été hospitalisé en raison des crises provoquées à l’intérieur du logement. La moisissure a également fait perdre à la famille tous ses meubles.

Il y a quelques mois, un incendie s’est déclaré au sous-sol, détruisant plusieurs voitures. Les boîtiers électriques et de canalisation d’eau ont endommagé les canalisations (vidéo ci-dessous). Les fuites provoquées n’ont pas été réparées et l’eau s’est écoulée pendant plusieurs mois. Conséquence : Marie-Judith se retrouve endetté d’une facture de 3 000€.

(La suite à lire plus bas)

 

Vivant dans un logement insalubre, elle doit choisir entre la rue et la santé de ses enfantsVivant dans un logement insalubre, elle doit choisir entre la rue et la santé de ses enfantsVivant dans un logement insalubre, elle doit choisir entre la rue et la santé de ses enfantsVivant dans un logement insalubre, elle doit choisir entre la rue et la santé de ses enfantsVivant dans un logement insalubre, elle doit choisir entre la rue et la santé de ses enfantsVivant dans un logement insalubre, elle doit choisir entre la rue et la santé de ses enfantsVivant dans un logement insalubre, elle doit choisir entre la rue et la santé de ses enfantsObligée de dormir dehors

Jusqu’en décembre dernier, Marie-Judith avait pu se réfugier chez son dernier compagnon, père de son futur enfant. Mais leur relation n’a pas tenu et ce dernier l’a expulsée de chez lui même si elle attend son enfant. Elle a donc envoyé ses quatre marmailles chez leur père et s’est retrouvée à dormir pendant cinq nuits sous les kiosques du front de mer dionysien. Apprenant la situation, son ex-mari n’a pas accepté de la savoir à la rue et lui a proposé de venir chez lui.

Malheureusement, cet hébergement d’urgence ne va pas durer. Son ex-mari, sans emploi, doit être expulsé de son logement en juillet prochain. Elle risque donc de se retrouver à la rue, car impossible pour elle de rentrer dans son logement. Elle risque donc de se voir retirer la garde de ses enfants. Pire, sa grossesse actuelle est à risque et sa sage-femme craint pour la santé de l’enfant à naître. À bout de force, Marie-Judith ne sait pas quoi faire pour s’en sortir. Malgré toutes ses démarches, elle n’obtient aucune nouvelle du bailleur social.

« Je suis à bout. Il ne reste plus que mes enfants. Si on me les retire, je suis prête à commettre le pire », alerte-telle. Espérons qu’une solution soit trouvée avant.

 

Vivant dans un logement insalubre, elle doit choisir entre la rue et la santé de ses enfants

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L’intersyndicale CGTR – FO – CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d’agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l’augmentation du point d’indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l’Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.

Chambre d’agriculture : Frédéric Vienne pris entre le marteau et l’enclume

Après une rencontre jugée infructueuse avec Frédéric Vienne, les représentants du personnel de la Chambre d’agriculture ont proposé ce mercredi la reconduite de la grève. Le président de la Chambre, lui, laisse entendre que l’État est à la manœuvre pour réduire les effectifs de moitié, et glisse que le Département souhaiterait s’accaparer l’outil à des fins électoralistes.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial