Revenir à la rubrique : Social

[VIDEO] Rond-point Carrousel bloqué: La porte-parole des « Réunionnais en colère » se désolidarise de l’action

Melissa Quesnel, porte parole du mouvement citoyen « les Réunionnais en colère » a décidé, ce jeudi, de se désolidariser des actions menées cet après-midi au rond-point Carrousel à La Possession.  Mercredi matin, la vingtaine de citoyens en colère [« contre la vie chère et surtout contre l’augmentation de l’essence » ]urlblank:https://www.zinfos974.com/SRPP-Les-citoyens-sommes-de-lever-le-camp_a128175.html avait bloqué durant quelques heures l’accès à la SRPP avant que les […]

Ecrit par N.P – le jeudi 31 mai 2018 à 16H31

Melissa Quesnel, porte parole du mouvement citoyen « les Réunionnais en colère » a décidé, ce jeudi, de se désolidariser des actions menées cet après-midi au rond-point Carrousel à La Possession. 

Mercredi matin, la vingtaine de citoyens en colère [« contre la vie chère et surtout contre l’augmentation de l’essence » ]urlblank:https://www.zinfos974.com/SRPP-Les-citoyens-sommes-de-lever-le-camp_a128175.html avait bloqué durant quelques heures l’accès à la SRPP avant que les forces de l’ordre les incitent à partir. 

Ce jeudi matin, ils s’étaient à nouveau retrouvés à la Possession. Comment poursuivre le mouvement et se faire entendre? Une question qui divise le mouvement. Après avoir rejoints un temps [les manifestants de la CSAPR]urlblank:https://www.zinfos974.com/VIDEO-Ils-poursuivent-leur-lobbying-pour-la-fin-du-monopole-social-de-la-Secu_a128220.html , les citoyens en colère sont revenus cet après-midi au rond-point Carrousel dans l’idée pour certains de le bloquer. « Je ne peux pas cautionner ce qui se passe cet après-midi « , a déclaré dans une vidéo postée sur Facebook Mélissa Quesnel. La jeune femme de 26 ans, à l’initiative du mouvement, a donc préféré quitter les lieux. « Appel à la manifestation oui mais à bloquer les Réunionnais non ». Un blocage qui ne ferait que « monter les Réunionnais contre nous », a-t-elle ajouté. 

Pour autant, Mélissa Quesnel n’abandonne pas le combat même si elle reconnait des soucis d’organisation et une pointe de déception face à la faible mobilisation. Depuis le sud où elle réside, elle compte réfléchir à la suite à donner afin de structurer l’action dans un cadre légal et chercher des solutions. 

En milieu d’après-midi, des citoyens en colère entravaient toujours le rond-point Carrousel.

 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.