Revenir à la rubrique : Actu Ile de La Réunion

Vidéo – À Maurice, les tortues appâtées et harcelées à Trou aux biches

La douceur de l'île Maurice invite les touristes à explorer les lagons. Mais certaines pratiques, comme la nage avec les tortues, dérèglent l'écosystème marins et représentent un danger pour la biodiversité. Et bien que cette activité soit interdite, le business continue.

Ecrit par E. Moris – le vendredi 19 août 2022 à 09H24

Malgré des campagnes de sensibilisation, la liste des espèces menacées s’allonge chaque année, avec la complicité de quelques groupes hôteliers et opérateurs touristiques. Depuis la pandémie, les activités nautiques étaient interdites, offrant un répit à l’écosystème marin, mais depuis la pleine réouverture des frontières, un incessant ballet de bateaux et touristes perturbent la tranquillité des tortues dans le Nord de l’île.

Des opérateurs nourrissent les tortues de mer, des nageurs les pourchassent pour nager avec elles et prendre des photos.

 
En vous rendant directement sur la plage publique de Trou aux Biches vous verrez de nombreux bateaux et de nombreuses personnes qui proposeront une sortie tortues. 20 bateaux entourent la zone tous les jours. Le prix est à discuter mais vous pouvez compter entre Rs 500 et Rs 1,500, pour 5 minutes sur le spot. Les bateaux prévoient de la nourriture afin d’attirer les tortues pour être surs de les croiser…perturbant ainsi tout l’écosystème marin. En partant de la plage en face du spot il faut compter environ 200-300 mètres, à la nage en se repérant à la bouée jaune (à gauche du ponton du Beachcomber), pour repérer les tortues.
 

Selon un communiqué du ministère de l’Économie bleue, des ressources marines et de la pêche, émis le 25 janvier, il est interdit de nager avec les tortues de mer, de les nourrir et de les harceler sous quelque forme que ce soit dans les eaux mauriciennes. Notons que le ministère a pris connaissance depuis le début de l’année de ces activités illégales dans le lagon de Trou-aux-Biches, mais à ce jour, les activités liées à ce business continuent impunément.
 

Notons que selon une ONG, Community-Centred Conservation, si des tortues marines sont encore visibles au large des côtes mauriciennes, les plages n’accueillent que très rarement leur ponte. Pendant les 20 dernières années, seuls quatre cas de ponte ont été enregistrés, notamment à Gris-Gris, La Cambuse et l’île Plate. Seules deux espèces de tortues marines – en l’occurrence la tortue verte et la tortue imbriquée – fréquentent les eaux mauriciennes. Ces deux espèces sont inscrites sur la Convention du commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES) qui interdit le commerce international d’espèces en voie de disparition. A Maurice, elles sont également protégées par le Fisheries Act de 1980.

Lire la suite ici

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les Chroniques de tonton Jules #174 – L’Abbé Pierre… je suis dévasté

Il y a eu plein de nouvelles ces deux dernières semaines. Le tri est difficile à effectuer. Et je ne parle même pas des coups tordus à l’Assemblée, où les carriéristes de tout poil s’accordent sous le manteau : ma voix contre une bonne place. Ça fait mal à la démocratie. Quand, en plus, j’apprends que l’Abbé est accusé de gestes répréhensibles, lui, l’homme que je persiste à vénérer…

Le combat quotidien des personnes handicapées : Entre obstacles et résilience

« Je ressens souvent une profonde solitude lorsque je croise le regard de pitié des autres, même de ceux que j’aime. Ce regard, bien qu’empli de bonnes intentions, me rappelle constamment ma différence et me fait sentir comme un fardeau… » C’est en ces mots que Patrick S., handicapé moteur depuis 10 ans suite à un accident de voiture dans le centre-ville de Saint-Denis, exprime son ressenti sur sa situation de personne porteuse de handicap. 

Environnement : Une bananeraie 100% Bio

La Bananeraie de Bourbon, nichée au pied des colimaçons à Saint-Leu, est bien plus qu’une simple plantation. C’est un site magnifique où la nature et l’homme coexistent en parfaite harmonie.  Le regard perdu dans un vaste paysage dominant la côte et le son doux du bruissement des feuilles des arbres fruitiers invitent au calme  et à la quiétude.