Revenir à la rubrique : Social

Vidéo – Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-Denis

Ils sont de retour pour battre le pavé. Les manifestants anti pass ne laissent pas retomber la pression sur le gouvernement, deux semaines après l'instauration du pass sanitaire en France.

Ecrit par – le samedi 21 août 2021 à 15H03

Le rendez-vous était donné comme chaque samedi dans le square Labourdonnais au pied de l’hôtel de préfecture à partir de 14 heures. Des centaines de manifestants protestent pour le sixième samedi de suite contre l’instauration du pass sanitaire.

Une heure plus tard, les manifestants ont entamé leur tour de la ville en s’élançant de l’avenue de la Victoire dans une ambiance bon enfant. 

Sur des images de Régis Labrousse :

 

 

Vidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisVidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisA 16 heures, les manifestants anti pass poursuivaient leur défilé dans le centre ville comme ici dans la rue Jules Auber. Sur des images d’Alexandre Robert :

 

 

Vidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisVidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisVidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisVidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisVidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisVidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisVidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisVidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisVidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisVidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-DenisVidéo - Les manifestants anti pass de retour dans les rues de Saint-Denis17H25 : Le Centre régional de gestion du trafic confirme la fin de la manifestation sur la RN1 à Saint-Denis au niveau de la préfecture. La circulation est rétablie. Les manifestants se dirigent de nouveau vers le square Labourdonnais. Au plus fort du défilé, ils étaient environ 1500 participants ce samedi 21 août. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.