Revenir à la rubrique : National

Vidéo – L’instigateur de la retraite à 65 ans en Suède met en garde Emmanuel Macron : « Ne pas recopier le modèle suédois »

Si le gouvernement ne cesse de se baser sur ses voisins européens pour justifier sa réforme des retraites et l'allongement de la durée des cotisations, des voix venues de Suède déconseillent à Emmanuel Macron de ne pas suivre le même chemin. Dans un entretien accordé à BFMTV, Karl Gustaf-Scherman, l'homme qui a réformé le modèle de retraites suédois il y a 20 ans en le portant à 65 ans, conseille au président français "de ne pas recopier le modèle suédois".

Ecrit par NP – le lundi 23 janvier 2023 à 12H01

À l’époque responsable de la Sécurité sociale suédois, Karl Gustaf-Scherman, dit aujourd’hui « regretter » son choix. Il s’en explique : « Il faut que les gens travaillent plus longtemps, mais on ne le leur explique pas. Et nous n’aidons pas ceux qui en ont besoin ». Pour rappel, l’âge légal du départ à la retraite en Suède est de 65 ans mais comme confié par Karl Gustaf-Scherman, « beaucoup de personnes qui pourraient travailler jusqu’à 65 ans ne le font pas ». L’âge moyen de départ à la retraite dans le pays scandinave est de l’ordre de 62 ans.

Il conseille donc au président français et à son gouvernement « de ne pas recopier le modèle suédois », les incitant à « une réforme française ».
 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contre l’alliance avec le RN, Eric Zemmour exclut Marion Maréchal-Le Pen de Reconquête

Les tensions sont vives au niveau national alors que les partis et représentants d’extrême-droite ainsi que ceux qui leur tendent la main s’entredéchirent. Marion Maréchal-Le Pen avait démarré les pourparlers avec Jordan Bardella pour une union d’extrême-droite en vue des Législatives. Une alliance rejetée par Eric Zemmour qui a accusé sa tête de liste des Européennes de l’avoir trahi. Il l’a donc exclue de son parti.

Emmanuel Macron propose une nouvelle majorité gouvernementale aux Républicains, Socialistes et Verts

Emmanuel Macron a exposé en fin de matinée, pendant une conférence de presse qui a duré près de trois heures, sa stratégie à une dizaine de jours du premier tour des élections législatives consécutives à sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale.
Il a invité à un rejet des extrêmes, le Rassemblement National (RN) et La France Insoumise (LFI), même s’il ne les cite pas explicitement, et à une réunion des démocrates au sein d’une nouvelle majorité de gouvernement et autour d’une « fédération des projets » des républicains comprenant selon lui les sociaux-démocrates, la droite gaulliste et les écologistes.
Les premières réactions, aussi bien au Parti Socialiste (PS) que chez Les Républicains (LR), semblent indiquer qu’ils ne sont pas prêts à franchir le pas. En tous les cas, pas avant le premier tour. Il pourrait en être autrement après le 7 juillet, dans l’hypothèse où ce serait le seul moyen d’éviter une arrivée du RN au pouvoir.

Législatives 2024 : Emmanuel Macron présente son programme

Le président de la République s’est exprimé ce mercredi midi au sujet des Législatives 2024. Il a d’abord salué le travail de son gouvernement face à l’effritement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, avant d’évoquer les résultats des Européennes et les mesures qui seront au cœur du programme pour les élections législatives.