Revenir à la rubrique : Actu Ile de La Réunion

Vidéo – Grand Raid 2022 : « L’esprit du trail, c’est aussi le respect de l’environnement »

À J-3 du "lâcher de fous", l'organisation du Grand Raid, le Département et le Parc national faisaient un dernier point ce lundi matin concernant le déroulement des différentes épreuves. Pour cette édition 2022 qui marque 30 années de partenariat entre les deux institutions, l'accent sera mis plus que jamais sur la protection de l'environnement et donc du respect des différents sentiers empruntés.

Ecrit par SI – le lundi 17 octobre 2022 à 11H31

Premier propriétaire foncier de l’île avec plus de 100.000 hectares naturels, le Département gère plus de 850 km de sentiers dont une partie sera utilisée par les quelque 6.000 trailers attendus cette année.

La collectivité consacre plus de 4,2 millions d’euros chaque année à l’entretien global du domaine forestier, complété par un programme d’investissement FEADER de 11 millions d’euros tous les deux ans. Pour la bonne tenue du Grand Raid, le Département, qui a validé une aide financière de 20.000 euros à l’organisation, porte une attention particulière à l’entretien et à la vérification des épreuves faites par les équipes de l’ONF.

Ainsi, différents travaux ont été effectués, comme dans le cirque de Mafate. Près de 25.000 euros de travaux acrobatiques ont été réalisés entre Roche-Plate et les Orangers et près de 20.000 euros pour des travaux du même type entre La Plaque et Ilet à Bourse. Le sentier entre Grand-Place et Roche-Plate (en passant par la Roche Ancrée) a également bénéficié d’un coup de lifting de près de 30.000 euros grâce aux petites mains de l’ONF pour un budget global pluriannuel de 126.000 euros.

Afin de mieux concilier les enjeux de préservation de la biodiversité et des contraintes de l’organisation, un travail en commun a été fait entre les équipes du Parc national et celles du Grand Raid pour optimiser certains itinéraires. L’exemple le plus frappant est l’abandon du passage à la Roche-Écrite depuis quelques éditions « ce qui a contribué concrètement à la protection du Tuit-tuit, oiseau endémique en danger critique d’extinction », explique le Parc national, qui salue l’organisation du Grand Raid dans sa meilleure prise en compte des bonnes pratiques environnementales. « Nous profitons de cette fête qu’est le Grand Raid pour en faire un exemple en matière de pratique de sport de pleine nature afin qu’on n’ait pas cette image du ‘je pratique, je consomme et je jette' », explique Valérie Rivière, conseillère départementale et elle-même traileuse lors de son temps libre.

Un sas de ravitaillement fermé mis en place pour les trailers

Pour cette édition 2022, le Parc national a proposé à l’association un nouveau mode de ravitaillement en sas fermé. Une organisation qui permet notamment de « minimiser le risque de dispersion des déchets, y compris biodégradables, dans les milieux naturels », explique le Parc national. Le principe : les trailers devront consommer dans l’enceinte du poste et se délester ensuite de tous leurs emballages et restes de nourriture sur place, le tout sous la surveillance d’un bénévole. Un fonctionnement qui est maintenant imposé dans toutes les manifestations sportives au cœur du parc, précise le Parc national.

Une mesure bien perçue du côté de l’association Grand Raid, qui assure avoir toujours « préservé l’environnement immédiat de sa course », rappelle son président, Pierre Maunier. « Le travail des bénévoles est fait en amont et en aval de chaque poste pour pas qu’on ait justement cette image de makote (…) Mais comme l’esprit du trail, c’est aussi le respect de l’environnement, il est normal que l’on s’y mette », confie-t-il.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Avec le rachat de Bolloré Logistics, la compagnie CMA CGM s’ancre à La Réunion

Après son hub de transbordement lancé au Port en 2016, CMA CGM s’est emparé du leader local du marché des transitaires Bolloré Logistics Réunion. Dans un contexte de baisse historique du trafic au Grand Port Maritime (-9%) et de chute de son propre chiffre d’affaires annuel (-36,9%), le géant marseillais CMA CGM diversifie ses activités en prenant le contrôle d’une partie de l’empire de Vincent Bolloré.