Revenir à la rubrique : Culture

Vidéo – Esclavage, engagisme : La semaine de l’histoire de l’Indiaocéanie fait son retour à St-André et au musée de Villèle

Organisée depuis 2008 dans l'île sous la houlette de l'historien et président de l'Association historique internationale de l'océan Indien (AHIOI), Prosper Eve, la semaine de l'histoire de l'Indiaocéanie fait son grand retour cette année. Cette manifestation accueille d'éminents spécialistes de l'histoire des îles de l'océan Indien et issus des pays de la zone (Madagascar, Maurice, Inde).

Ecrit par SI – le mardi 22 novembre 2022 à 08H00

Pour cette édition 2022, deux villes ont été retenues pour accueillir les participants ainsi que le public. Les deux premières sessions se tiendront du 21 au 25 novembre à Saint-André. La première, intitulée « Les fêtes dans les pays de l’Indiaocéanie de l’Antiquité à nos jours », aura lieu ces lundi et mardi et exposera l’évolution des fêtes religieuses comme le Pongol ou le Tali (Inde et Maurice) ou des pratiques ancestrales comme celle de la bénédiction selon la tradition malgache ou du Famadihana (culte des Ancêtres), depuis leurs pays d’origine jusqu’à leur arrivée dans des cadres coloniaux. « Il y a des relations qui ont été tissées avec les chercheurs grâce à cette semaine de l’histoire de l’Indiaocéanie et c’est ce qui était voulu avec les membres de l’AHIOI : favoriser et dynamiser la recherche », lance Prosper Eve.

La seconde grande session, « Raconter et écrire l’histoire de l’Antiquité à nos jours dans l’Indiaocéanie », aura lieu à compter de mercredi jusqu’à vendredi. Elle portera sur l’historiographie des textes déjà produits, sur la manière dont les thématiques ont été abordées « et quelles sont les thématiques qu’il faudrait à l’avenir aborder », poursuit Prosper Eve. « Il faut sortir du schéma manichéen consistant à croire qu’il n’y avait pas de rencontre possible (NDLR : entre les esclaves et leurs maîtres). Les enfants des maîtres écoutaient les esclaves qui racontaient leurs histoires. Ce sont ensuite ces fils de maîtres qui ont mis par écrit ce que les esclaves disaient. Eugène Dayot répercute les informations fournies par les esclaves. La réalité est très complexe mais c’est ce que je veux faire comprendre, qu’il y avait pas mal de porosité ».

Le troisième grand colloque, consacré exclusivement aux travaux liés à l’esclavage aussi bien à La Réunion, à Madagascar ou à Maurice, se tiendra pour sa part samedi 26 novembre au musée de Villèle. Un colloque bienvenu puisque l’année 2023 coïncide avec le tricentenaire des « Lettres patentes de 1723 », plus communément appelé Code Noir, émises par le roi de France Louis XV pour réglementer de manière écrite la pratique de l’esclavage dans les îles Bourbon et de France, devenues aujourd’hui La Réunion et l’île Maurice. « À l’occasion de ce tricentenaire, nous ne ferons pas qu’une seule journée de colloque sur l’esclavage mais plusieurs jours d’échanges sur ce thème en particulier », confie l’historien contemporain.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mc Duc : “Il sait encore rapper le tonton !”

Après le buzz de sa prestation pour le Paris Centre Challenge de Black M, Mc Duc prépare un nouveau sigle. L’artiste urbain peï revient sur son parcours dans une interview pour Zinfos974.

Statue La Bourdonnais : l’association requérante perd le chrono face à la mairie de Saint-Denis

L’association Fort Réunion n’obtiendra pas de sursis pour la statue de François Mahé de La Bourdonnais. Le juge des référés du tribunal administratif rejette sa requête pour des questions de forme : l’association n’a pas assez d’ancienneté. L’urgence à suspendre les effets du permis de construire de la mairie portant sur la dépose de la statue et sa restauration n’a donc pas été reconnue en attendant que le juge se prononce « sur le fond » dans plusieurs mois.

Sixième édition de la semaine de la correspondance : Semaine 11

Voici deux ouvrages qui pourraient vous inspirer dans la rédaction de votre contribution scripturale. Dans les premières pages de son livre : « Le guide de l’écriture inspirée », France Gauthier affirme que l’écriture est le langage de l’Esprit. « Il y a, au fond de notre cœur, une ouverture plus grande que ce que l’on pense, une inspiration. »