Revenir à la rubrique : Culture

Vidéo – Esclavage, engagisme : La semaine de l’histoire de l’Indiaocéanie fait son retour à St-André et au musée de Villèle

Organisée depuis 2008 dans l'île sous la houlette de l'historien et président de l'Association historique internationale de l'océan Indien (AHIOI), Prosper Eve, la semaine de l'histoire de l'Indiaocéanie fait son grand retour cette année. Cette manifestation accueille d'éminents spécialistes de l'histoire des îles de l'océan Indien et issus des pays de la zone (Madagascar, Maurice, Inde).

Ecrit par SI – le mardi 22 novembre 2022 à 08H00

Pour cette édition 2022, deux villes ont été retenues pour accueillir les participants ainsi que le public. Les deux premières sessions se tiendront du 21 au 25 novembre à Saint-André. La première, intitulée « Les fêtes dans les pays de l’Indiaocéanie de l’Antiquité à nos jours », aura lieu ces lundi et mardi et exposera l’évolution des fêtes religieuses comme le Pongol ou le Tali (Inde et Maurice) ou des pratiques ancestrales comme celle de la bénédiction selon la tradition malgache ou du Famadihana (culte des Ancêtres), depuis leurs pays d’origine jusqu’à leur arrivée dans des cadres coloniaux. « Il y a des relations qui ont été tissées avec les chercheurs grâce à cette semaine de l’histoire de l’Indiaocéanie et c’est ce qui était voulu avec les membres de l’AHIOI : favoriser et dynamiser la recherche », lance Prosper Eve.

La seconde grande session, « Raconter et écrire l’histoire de l’Antiquité à nos jours dans l’Indiaocéanie », aura lieu à compter de mercredi jusqu’à vendredi. Elle portera sur l’historiographie des textes déjà produits, sur la manière dont les thématiques ont été abordées « et quelles sont les thématiques qu’il faudrait à l’avenir aborder », poursuit Prosper Eve. « Il faut sortir du schéma manichéen consistant à croire qu’il n’y avait pas de rencontre possible (NDLR : entre les esclaves et leurs maîtres). Les enfants des maîtres écoutaient les esclaves qui racontaient leurs histoires. Ce sont ensuite ces fils de maîtres qui ont mis par écrit ce que les esclaves disaient. Eugène Dayot répercute les informations fournies par les esclaves. La réalité est très complexe mais c’est ce que je veux faire comprendre, qu’il y avait pas mal de porosité ».

Le troisième grand colloque, consacré exclusivement aux travaux liés à l’esclavage aussi bien à La Réunion, à Madagascar ou à Maurice, se tiendra pour sa part samedi 26 novembre au musée de Villèle. Un colloque bienvenu puisque l’année 2023 coïncide avec le tricentenaire des « Lettres patentes de 1723 », plus communément appelé Code Noir, émises par le roi de France Louis XV pour réglementer de manière écrite la pratique de l’esclavage dans les îles Bourbon et de France, devenues aujourd’hui La Réunion et l’île Maurice. « À l’occasion de ce tricentenaire, nous ne ferons pas qu’une seule journée de colloque sur l’esclavage mais plusieurs jours d’échanges sur ce thème en particulier », confie l’historien contemporain.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les Chroniques de tonton Jules #171

Au fou ! C’est tout ce que j’ai trouvé à vous dire en guise d’introduction, ce jour. Les jours passent et les contes de la folie ordinaire enflent avec la constance d’un blob dévastateur. Il va devenir de plus en plus difficile de dormir sans cauchemarder.

Pire que The Exorcist : « France 2050, le scénario noir du climat »

Je déconseillerai formellement ce livre aux personnes trop sensibles incapables de maîtriser leurs émotions. Il est noir, étouffant, accablant. Pire qu’un excellent film d’épouvante, pire que La Tour Infernale, il fout une trouille carabinée. Mais il ne dit que la vérité sur ce que l’homme a créé de pire en osant s’attaquer à la Nature, la 6è extinction de masse, et elle a déjà commencé.

Saint-André s’apprête à vibrer au rythme du DMX Live Festival

La ville de Saint-André se prépare à accueillir du 7 au 9 mai prochain le tout premier DMX Live Festival, un événement musical d’envergure régionale. Organisé par DMX Productions en partenariat avec la municipalité, cet événement promet trois jours de festivités exceptionnelles au Parc du Colosse.