Revenir à la rubrique : Société

Vidéo – Ericka Bareigts prône le port du masque pendant la période critique des retours de vacances

Ericka Bareigts a rencontré le préfet Jacques Billant ce mardi afin de discuter de l'éventualité d’un plan de reconfinement demandé par le Conseil scientifique. Ce dernier souhaite que les 20 plus grandes villes de France se préparent à cette éventualité. Un plan qui pourrait concerner l'ensemble de La Réunion. Consultée comme les autres maires de l'île, l'édile de Saint-Denis a fait valoir sa vision de la situation en prônant un port obligatoire qui couvrirait principalement la période critique du retour des vacances. La raison principale : le très faible taux de dépistage volontaire à J+7.

Ecrit par Nicolas Payet – le mardi 11 août 2020 à 17H36

Ericka Bareigts dévoile ce mardi après-midi les échanges qu’elle a eus avec les services de l’Agence régionale de santé ainsi qu’avec le préfet Jacques Billant.

Revivez son point presse en direct :

 

 

Ericka Bareigts se prononce ainsi en faveur du port du masque obligatoire pendant cette période critique de retour des vacances et dans des endroits qui brassent beaucoup de monde. 

Une obligation « limitée dans le temps et dans l’espace »

« Aujourd’hui, la réalité c’est qu’il y a 70% des gens de retour de vacances qui ne se font pas tester à J+7. Ça n’est pas raisonnable. Plus on incite à faire des tests, plus on peut garantir de l’état sanitaire de La Réunion et de Saint-Denis notamment. Quand j’entends dire qu’Ericka Bareigts veut confiner Saint-Denis, c’est un mensonge. Et ce n’est pas le but. Le but c’est d’aider l’autorité sanitaire à protéger la santé des Réunionnais et des Dionysiens. Je fais ainsi un appel à tous ceux qui rentrent de vacances : qu’ils aillent se faire dépister ! », exhorte la maire de Saint-Denis alors que le dépistage, rappelons-le, est obligatoire avant de monter dans l’avion mais qu’il demeure optionnel à l’arrivée sur le territoire.

« S’il-vous-plaît, faites-vous tester ! »

Selon Ericka Bareigts, « cela pose aussi la question du port du masque. Je n’ai pas l’autorité pour rendre le port du masque obligatoire en dehors des lieux municipaux. Vous savez que j’ai signé un arrêté pour rendre obligatoire le port du masque dans tous les lieux clos municipaux. Se pose la question des lieux qui ne sont pas clos. Le préfet souhaitait avoir l’avis des maires. j’ai donné mon avis. A partir du moment où vous avez l’essentiel des voyageurs qui ne se font pas dépister, il me semble important de rendre obligatoire le masque, alors pas tout le temps. Je pense qu’il est important de le rendre obligatoire maintenant, pour toute La Réunion, c’est-à-dire pendant le retour des vacances jusqu’à une période qui pourrait aller jusqu’au 20 septembre, ce qui inclus les jours d’incubation. Et limité dans les espaces, je pense aux lieux où il y a de la concentration comme les rues commerçantes », avise la maire de Saint-Denis.  

​ »Je pense que c’est une mesure qui est équilibrée, efficace, car je pense que l’exiger partout serait excessif », mesure-t-elle l’implication d’une obligation sans discernement car, ajoute-t-elle, « nous ne pouvons vivre ce que nous venons de vivre. Nous ne sortirions pas indemnes d’une telle situation ». Mais elle appelle à la conscience des voyageurs. 

« À partir du moment où l’on sait par où le virus entre, je dis aux gens, s’il-vous-plaît, faites-vous tester ! Protégez-vous, protégez votre famille, c’est essentiel ! », rappelle Ericka Bareigts. L’élue fait référence au taux très faible des voyageurs qui se font dépister à J+7 après leur retour à La Réunion ([voir notre article de samedi dernier]urlblank:https://www.zinfos974.com/Covid-19-Seuls-30-des-voyageurs-se-sont-fait-depister-a-J-7-au-mois-de-juillet_a158361.html ).

 

La première magistrate aimerait aussi que la ville soit informée par l’ARS en cas de clusters. « La transparence telle que nous la voulons, c’est pour l’efficacité. Notre demande a été entendue, j’espère que ça sera mis en œuvre ». Autre souhait de l’ex-ministre des Outre-mer est que le département se dote d’un plan ORSEC Covid, avec différents degrés d’intensité, à la manière de la graduation concernant le plan d’action utilisé pendant la période cyclonique. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

L’hommage en couleurs de Regina Pisano

L’une des créatrices de contenus les plus connues à La Réunion, Regina Pisano, se lance dans la musique. Son premier single, « Les couleurs », est un hommage à son fiancé décédé et une célébration de la vie malgré la perte d’un être cher.

Rififi au temple tamoul de Saint-Paul

Mercredi au moment de la procession du Cavadee, une fidèle a été priée de quitter sur le champ une zone réservée aux pénitents. Egratigné sur les réseaux sociaux pour sa façon de procéder, le président du temple livre sa version.

Pour la Cimade, le « fichier des étrangers » utilisé par la PAF à La Réunion est illégal

Alors que le nombre d’étrangers placés en centre de rétention administrative (CRA) a plus que triplé en 2023 à La Réunion, la Cimade a produit un signalement à la CNIL pour dénoncer l’absence de contrôle sur les informations fournies par la préfecture au Groupe de recherche pour l’exécution des mesures d’éloignement. Cette unité de la PAF, unique en France, est censée traquer dans l’île les personnes faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF). La préfecture, elle, nie partager l’accès de son fichier des étrangers avec la police.