Revenir à la rubrique : National

Vidéo – Emmanuel Macron se donne 100 jours pour agir pour la France

Après avoir très rapidement promulgué la loi sur la réforme des retraites dans la foulée de sa validation partielle par le Conseil constitutionnel, Emmanuel Macron s'est adressé aux Français dans une allocution diffusée ce lundi à 22 heures, heure de La Réunion. Sa prise de parole intervenait alors que le président avait, jusque-là, laissé sa première ministre monter seule au front.

Ecrit par NP – le lundi 17 avril 2023 à 20H59

Le président de la République s’est exprimé ce lundi soir depuis l’Elysée pour refermer le chapitre de la réforme des retraites et surtout mettre en avant les réussites de son quinquennat passé et des ambitions pour les quatre années de son mandat actuel. 

Emmanuel Macron n’aura consacré que deux minutes sur les quatorze de son allocution au sujet brûlant de ces quatre derniers mois. A ceux qui espéraient (encore) le retrait de la réforme des retraites, le président y a opposé la « nécessité » de l’appliquer afin de « ne pas laisser le déficit s’accumuler ». Bien qu’il reconnaisse que la réforme ne soit « pas acceptée », elle devrait être appliquée d’ici l’automne prochain.

« Cette colère c’est aussi une colère parce que certains ont le sentiment de faire leur part et de ne pas être récompensés de leurs efforts », a-t-il tenté d’apaiser le jeu. Face à cette grogne sociale, le président a énuméré toutes les mesures qu’il présente comme autant de réussites de sa politique, à commencer par la baisse du chômage avec 1,7 million d’emplois créés ces six dernières années. 

Le travail fait ainsi partie du premier pilier de ce qu’il a appelé les « trois chantiers ». Sur ce même volet, il a affirmé vouloir « engager la réforme du lycée professionnel pour que le plus grand nombre de nos adolescents et de nos jeunes accèdent à des formations qualifiantes et à l’emploi ». Il compte aussi « redoubler d’efforts pour ramener vers le travail les bénéficiaires du RSA » mais aussi « réindustrialiser » le pays.

Borne va détailler la feuille de route

Le deuxième chantier évoqué est celui de la justice. « L’Etat de droit est notre socle. II n’y a pas de liberté sans lois, ni sans sanctions envers ceux qui transgressent le droit des autres », a-t-il lancé avant d’évoquer la création de 200 brigades de gendarmerie en province afin de « lutter contre toute forme de délinquance ». Dans la continuité des mesures engagées en faveur de la justice, l’Etat continuera à recruter plus de 10.000 magistrats et agents. « Des annonces fortes » sont attendues dès le mois de mai à ce sujet. 

Enfin, le « troisième chantier » porte sur « le progrès pour mieux vivre ». Le président a tenté pour cela de partager sa vision « pour que chacun d’entre vous retrouve la certitude que nos enfants pourront bâtir une vie meilleure ». Et l’exemple doit d’abord venir des services publics, a-t-il expliqué. 

Quelques mesures sont ainsi dévoilées parmi lesquelles une meilleure rémunération des enseignants, un accompagnement plus étroit des élèves dans certaines matières comme le français ou les mathématiques, une plus grande place au sport à l’école et le « remplacement systématique des enseignants absents ». 

Sur le volet de la santé, Emmanuel Macron promet de « rebâtir notre système » en désengorgeant les services d’urgence et corriger la pénurie des médecins traitants d’ici la fin de l’année pour les 600 000 patients atteints de maladie chronique.

Le chef de l’Etat a promis de faire un premier bilan de ses annonces le 14 juillet. « Nous avons devant nous 100 jours d’apaisement, d’unité, d’ambition et d’action au service de la France », a-t-il pris l’engagement. Il revient désormais à la Première ministre Elisabeth Borne de donner plus de détails sur cette feuille de route la semaine prochaine. 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello, Première ministre : Les arguments en sa faveur

L’Humanité a révélé que le Parti communiste français a proposé le nom d’Huguette Bello comme possible Première ministre venue de la coalition de gauche. Une hypothèse formulée suite aux désaccords entre les grands partis et qui prend un peu d’ampleur en cette fin de semaine alors que le Nouveau Front populaire n’arrive pas à se mettre d’accord.

Des figures dissidentes de La France insoumise lancent un nouveau mouvement politique

Plusieurs anciennes figures de La France insoumise (LFI), n’ayant pas été investies par leur parti lors des législatives anticipées, ont annoncé aujourd’hui la création de leur propre mouvement politique.
Parmi ces figures, on retrouve Clémentine Autain, Alexis Corbière, Danielle Simonnet et Raquel Garrido.
Ce nouveau groupe se nomme l’Association pour une république écologique et sociale (L’Après).

Emmanuel Macron recadre ses troupes après les couacs de ces derniers jours

De retour d’un déplacement de 48 heures à Washington, Emmanuel Macron a convoqué les principaux cadres de son camp à l’Élysée pour une réunion de recadrage. La scène s’est déroulée en fin de matinée au premier étage du palais présidentiel, dans le salon Vert, où se sont réunis le Premier ministre Gabriel Attal, l’ancienne Première ministre Élisabeth Borne, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, le patron du parti Renaissance Stéphane Séjourné, l’ancienne présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, l’ex-patron du groupe à l’Assemblée Sylvain Maillard et la ministre déléguée à l’Égalité femmes-hommes Aurore Bergé.

Poupette Kenza maintenue en détention

Poupette Kenza, de son vrai nom Kenza Benchrif, a été maintenue jeudi en détention provisoire. Elle avait été interpellée le 4 juillet à son retour de Dubaï