Revenir à la rubrique : National

Vidéo – Dimitri Payet gifle l’entraîneur adjoint de Lens

Lors du match opposant Marseille à Lens dimanche soir, Dimitri Payet a suscité la polémique en donnant une claque à l'entraîneur adjoint des Lensois. L'arbitre n'avait pas vu ce geste et le Saint-Philippois n'avait pas été sanctionné. Suite à cet incident, la commission de discipline de la LFP doit se réunir pour décider d'une sanction éventuelle, le geste de Dimitri Payet étant considéré comme un acte de brutalité en dehors de l'action de jeu.

Ecrit par 1776023 – le mardi 09 mai 2023 à 08H29

Dimitri Payet a créé la polémique dimanche soir lors du choc opposant Marseille à Lens en mettant une claque à Yannick Cahuzac, l’entraîneur adjoint des Sang et Or. Cette altercation a eu lieu lors de la première période du match qui était capital pour la course à la deuxième place de la Ligue 1. 

Tout a commencé lorsque Facundo Medina a envoyé un ballon en direction du banc olympien, provoquant un début de bagarre entre les Lensois et les Marseillais. Après que les esprits se sont calmés, l’arbitre Clément Turpin a exclu un membre du staff de Marseille. Yannick Cahuzac, l’adjoint de l’entraîneur de Lens, est apparu visiblement énervé. En effet, une caméra de Prime Video a capté une gifle de Dimitri Payet, alors remplaçant, envers le Corse. Les images ont été diffusées ensuite lors de l’émission « Dimanche Soir Football ».

Franck Haise, l’entraîneur de Lens, a demandé à l’arbitre de sanctionner Dimitri Payet. Mais celui-ci n’a pas reçu d’avertissement et est entré en jeu à un quart d’heure de la fin du match pour inscrire le seul but de l’OM. Cependant, cela n’a pas empêché le Racing de s’imposer et de devenir le dauphin du PSG.

Suite à cet incident, la commission de discipline de la LFP a été avertie et doit se réunir jeudi pour décider d’une sanction éventuelle. Si les rapports rédigés par les officiels mentionnent cette claque, la commission peut prendre une sanction immédiate. Le geste de Dimitri Payet relève de l’article 13 du règlement disciplinaire de la FFF, qui concerne les actes de brutalité et les coups portés en dehors de l’action de jeu. Selon le barème indicatif, une suspension de sept matches est prévue. 

Toutefois, la jurisprudence disciplinaire est plutôt de quatre à cinq matches de suspension. Quoi qu’il en soit, le Réunionnais devrait rapidement être convoqué par la commission de discipline de la LFP. En 2015, la commission avait déjà infligé deux matches de suspension à Dimitri Payet pour des insultes proférées à l’encontre du corps arbitral lors d’un match contre Lyon.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contre l’alliance avec le RN, Eric Zemmour exclut Marion Maréchal-Le Pen de Reconquête

Les tensions sont vives au niveau national alors que les partis et représentants d’extrême-droite ainsi que ceux qui leur tendent la main s’entredéchirent. Marion Maréchal-Le Pen avait démarré les pourparlers avec Jordan Bardella pour une union d’extrême-droite en vue des Législatives. Une alliance rejetée par Eric Zemmour qui a accusé sa tête de liste des Européennes de l’avoir trahi. Il l’a donc exclue de son parti.

Emmanuel Macron propose une nouvelle majorité gouvernementale aux Républicains, Socialistes et Verts

Emmanuel Macron a exposé en fin de matinée, pendant une conférence de presse qui a duré près de trois heures, sa stratégie à une dizaine de jours du premier tour des élections législatives consécutives à sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale.
Il a invité à un rejet des extrêmes, le Rassemblement National (RN) et La France Insoumise (LFI), même s’il ne les cite pas explicitement, et à une réunion des démocrates au sein d’une nouvelle majorité de gouvernement et autour d’une « fédération des projets » des républicains comprenant selon lui les sociaux-démocrates, la droite gaulliste et les écologistes.
Les premières réactions, aussi bien au Parti Socialiste (PS) que chez Les Républicains (LR), semblent indiquer qu’ils ne sont pas prêts à franchir le pas. En tous les cas, pas avant le premier tour. Il pourrait en être autrement après le 7 juillet, dans l’hypothèse où ce serait le seul moyen d’éviter une arrivée du RN au pouvoir.

Législatives 2024 : Emmanuel Macron présente son programme

Le président de la République s’est exprimé ce mercredi midi au sujet des Législatives 2024. Il a d’abord salué le travail de son gouvernement face à l’effritement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, avant d’évoquer les résultats des Européennes et les mesures qui seront au cœur du programme pour les élections législatives.